À 393 000 km/h, la sonde solaire Parker écrase tous les records de vitesse

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
04 février 2020 à 15h00
14
parker solar prob
Vue d'artiste de la sonde solaire Parker

Le 29 janvier, la mission a approché le Soleil une nouvelle fois, signant le record de la plus courte distance par rapport à notre étoile... Et atteignant une vitesse phénoménale.


À vos chronos

Moins d'une minute pour couvrir la distance Paris-New-York. Ce n'est qu'un ordre de grandeur, donné pour tenter de comprendre la vitesse record que vient d'atteindre la sonde solaire Parker, lors de son passage au plus près du Soleil, le 29 janvier dernier. Le petit observatoire et ses cinq expériences majeures « plonge » à chaque orbite vers la surface de notre étoile pour enregistrer ses données, qui sont ensuite analysées pour tenter de comprendre l'origine du vent solaire, les phénomènes en cours dans la couronne ou encore les mécanismes complexes des champs magnétiques solaires.

Cette fois, la sonde est passée à seulement 18,6 millions de kilomètres du Soleil, ce qui peut sembler énorme mais représente moins de la moitié de la distance Mercure-Soleil !


Une sonde autonome

Au JHUAPL, le John Hopkins Applied Physics Laboratory, qui chapeaute la mission, les équipes ont été soulagées de recevoir un signal de la sonde, qui a transmis un « Statut A ». En effet lorsqu'elle passe au plus près du Soleil, la sonde solaire Parker ne peut s'orienter vers la Terre, mais doit s'orienter précisément pour que son bouclier protège ses instruments, tout en leur permettant de fonctionner au mieux. Le programme à bord est donc conçu pour un « pilotage automatique »... Alors même que sa face exposée aux rayonnements solaires doit soutenir une température de 612°C.

Et ce n'est qu'un début !

C'est la quatrième orbite que complète la sonde solaire Parker autour du Soleil, sur 26 prévues au total jusqu'à 2025. L'orbite suivante aura lieu au mois de juin, avant que l'observatoire se serve de la planète Venus pour profiter d'un effet de fronde, qui lui permettra de réduire encore son orbite et de passer au plus près de notre étoile, en économisant un maximum de carburant.

Les records établis en ce début d'année devraient donc considérablement évoluer dans les années à venir... Et s'accompagneront de nouveaux résultats scientifiques, après les premières publications réalisées en 2019.

Source : NASA
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
14
13
bmustang
à moins qu’elle soit cramée avant ?
ebottlaender
Avant quoi ?
Nmut
C’est sûr les branquignoles de la NASA n’ont pas pensé qu’il ferait plus chaud en se rapprochant du soleil…<br /> C’était de l’humour? Je n’ai pas compris ta remarque!
DIDLH
Ils sont pas cons à la Nasa, ils font approcher la sonde du soleil pendant la nuit pour pas qu’elle crame ( vieille blague Belge que je recycle)…
TotO
Allé, encore 3000x plus vite et c’est StarWars ! (en attendant la vitesse démesurée)
RaoulTropCool
Branquilgnoles, branquilgnoles… quand le Mars Climate Orbiter à plus de 100 millions de dollars US s’est écrasé sur Mars à cause d’une conversion ratée entre les systèmes métriques, je suis pas certain que la qualificatif n’était pas mérité
Popoulo
Excellent ^^
iksarfighter
110 Km/s
Nmut
Pas faux, mais ce n’est pas parce que 2 branquignoles font une connerie sur un problème caché (le codeur et le valideur) que tous les ingénieurs sont bêtes et oublient le problème principal! <br /> D’ailleurs les 2 types concernés ont du pointer au chômage assez rapidement, ils n’ont donc peut-être pas participé à cette mission là…<br /> Après, l’erreur est toujours possible malheureusement.
notolik
393 000 km/h !!<br /> Il a pas intérêt à passer devant un radar tourelle…
Pernel
Ils y vont la nuit, plus sûr.
gtx
il a du se faire flasher lol
elonus_muskator
Cette vitesse est tout a fait logique car le périhélie est au plus bas de ce qui n’a jamais été fait, alors que l’aphélie est entre vénus et la Terre. C’est donc la conséquence logique de la 2ème loi de Kepler, dite « loi des aires ».<br /> Et elle fera encore mieux en descendant plus bas dans les années qui viennent. Sans avoir besoin d’utiliser une propulsion (autrement que pour la correction de trajectoire et la descente du périhélie lors du passage a l’aphélie), simplement grâce à la loi des aires. A noter que, du coup, il est impossible de rester longtemps si bas, et donc d’avoir autre chose qu’une courte fenêtre pour étudier le soleil au plus près, avant de s’en éloigner et de ralentir énormément.<br /> La même sonde a l’aphélie est plus lente que la Terre (en référentiel solaire) alors qu’elle est pourtant plus proche du soleil à cette période du vol.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Soldes Amazon : Souris Gaming Corsair M65 Elite RGB à moins de 60€
Escobar Inc. revient avec le Escobar Fold 2, son second smartphone pliable
L'Apple TV débarque sur les téléviseurs LG
Les ventes de la PlayStation 4 souffrent de l'arrivée imminente de la PS5
Blizzard fournit une première réponse laconique face à la débâcle Warcraft 3 : Reforged
Platinum Games lance un Kickstarter pour The Wonderful 101: Remastered
Les pilotes Vulkan pourraient supporter les Raspberry Pi et en augmenter les capacités graphiques
Soldes Fnac 2020: PC portable Lenovo IdeaPad S340-15API à seulement 399,99€ via ODR
Haut de page