La NASA commande une démonstration d’un robot capable d’assembler un satellite en orbite

Assemblage en orbite SPYDER
Vue d'artiste dy système SPYDER en action

Le robot nommé SPIDER devra montrer qu'il peut assembler plusieurs panneaux pour fabriquer un réflecteur.

Il devrait décoller avec la très attendue mission Restore-L, au milieu de la décennie.


Place à la démonstration

C'est un chèque de 142 millions de dollars que vient de signer la NASA pour le développement et la démonstration du système SPIDER (Space Infrastructure Demonstration Robot) proposé par Maxar Technologies. Le matériel sera embarqué sur la mission Restore-L et la démonstration aura lieu une fois que ce véhicule de service aura effectué sa mission principale. Restore-L devrait décoller pour l'orbite basse « au milieu des années 2020 » et approchera le satellite américain d'observation scientifique Landsat-7, pour s'y amarrer de façon tout automatique à l'aide d'un autre bras robotisé, avant de lui transférer du carburant pour prolonger sa durée de vie.

SPIDER entrera en action environ six mois plus tard, en assemblant en orbite un ensemble de panneaux pour former un large réflecteur.


Construire en orbite, pourquoi faire ?

Plusieurs études sont actuellement en cours sur l'assemblage en orbite, qui reste une technologie futuriste. Ses avantages sont pourtant nombreux, car des satellites toujours plus performants supposent d'importants besoins pour leurs antennes et réflecteurs de signaux (ces derniers permettant de diffuser sur différentes zones du globe).

Actuellement, ces réflecteurs de signaux sont repliés au lancement, mais leur taille est limitée par les coiffes des fusées, les dimensions des satellites et la fragilité des systèmes de déploiement. Un assemblage en orbite pourrait mener à la production de réflecteurs et d'antennes de plusieurs mètres de diamètre. D'autres entreprises comme Made In Space envisagent de coupler leurs propres technologies de fabrication additive à un robot d'assemblage en orbite pour créer des structures complexes tout en envoyant le minimum en orbite.

Restore-L prend (encore) du retard

Plusieurs fois repoussée depuis ses origines en 2006, la mission Restore-L n'en est pas à son premier rebondissement. Annoncée pour 2020, puis 2022, il semble donc qu'elle soit une fois de plus retardée. S'appuyant en grande partie sur des travaux menés au Centre Spatial Goddard de la NASA, Restore-L devrait être la première à mener une mission complète de maintenance et de ravitaillement entre deux satellites...

Source : Space news
Modifié le 03/02/2020 à 11h58
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

AMD : les spécifications des Radeon 6600 et 6000 XT ont fuité !
Revolut partenaire d’Elliptic pour proposer le retrait et le transfert de Bitcoin (BTC)
Call of Duty: Warzone : plus de 500 000 joueurs ont été bannis depuis le lancement du jeu
Google I/O 2021 : qu'attendre de la conférence de ce mardi 18 mai ?
Poco X3 Pro : chute de prix impressionnante sur l'excellent smartphone Xiaomi
Twitch annonce une baisse mondiale des prix sur les abonnements aux chaînes
Amazon attaque en justice les SMS d'arnaques transmis en son nom
Essai DS9 E-Tense 225 : la plus luxueuse des françaises, future star des ministères
Le gouvernement dévoile sa stratégie nationale pour le cloud avec un label de confiance
Si vous cherchez un VPN rapide, NordVPN affiche une réduction de 65%
Haut de page