Décollage imminent pour le MEV qui va allonger la durée de vie d'un satellite "hors service"

Eric Bottlaender Contributeur
07 octobre 2019 à 17h23
0
Proton_MEV
La fusée Proton avec MEV sur son pas de tir

Mercredi 9 octobre, le premier véhicule de service destiné à rallonger la durée de vie de satellites déjà en orbite, devrait décoller de Baïkonour. Cette première mission de test devrait durer au moins 5 ans et sera observée à la loupe.

Le MEV-1 (Mission Extension Vehicle) ressemble à un satellite comme un autre. Il est d'ailleurs installé avec un vrai satellite de télécommunications, (Eutelsat 5 West B) sous la coiffe d'un lanceur russe Proton. Mais après son décollage, le MEV se mettra en chasse. Il va rejoindre un satellite, Intelsat-901, qui a déjà dépassé sa durée de vie en orbite, et qui normalement devrait être mis au placard : placé sur une orbite « cimetière » et désactivé. Le MEV va réaliser une manœuvre difficile : s'approcher et venir s'amarrer à Intelsat-901 pour le ramener en service actif !

MEV, un véhicule sangsue

Ce petit satellite, construit et opéré par Northrop Grumman, reste accroché à sa cible : il ne transfère pas de carburant, ne change pas d'antennes et n'améliore pas les capacités du satellite-hôte. Mais en restant accroché derrière lui comme une sangsue, il permet de rallonger sa durée de vie de plusieurs années.

Equipé de grands réservoirs, le MEV-1 devrait rester accroché à son satellite durant 5 ans, ce qui va permettre à Intelsat de profiter d'Intelsat-901 plusieurs années supplémentaires pour une fraction de ce qu'un tel bijou de technologie coûte à l'achat. Et tout le monde y gagne : Northrop Grumman teste son nouveau concept, reçoit de l'argent d'Intelsat, et pourra (si la démonstration est validée) utiliser le MEV-1 pour aller l'accrocher sur un ou plusieurs autres satellites à partir de 2024.

Qui veut son MEV ?

Ce type de véhicules pourrait se généraliser dans la prochaine décennie, car de nombreux « vieux » satellites qui fonctionnent très bien ont leurs réservoirs vides ou presque. Des véhicules de service économiseraient des centaines de millions aux opérateurs en attendant une nouvelle génération de satellites géostationnaires re-programmables qui se profile.

Le constructeur a déjà commandé un MEV-2 qui doit décoller dans la seconde moitié de 2020, qui aura déjà de meilleures capacités comme le largage de petits satellites co-passagers... Et à terme, Northrop Grumman espère bien en faire de véritables véhicules d'amélioration, modulaires et universels.

Le MEV-1 et Eutelsat 5 West B doivent décoller le 9 octobre à 12h17 (Paris) sur une fusée Proton depuis Baïkonour. Comme il faut plusieurs allumages moteur pour atteindre l'orbite voulue, la mission de lancement durera à elle seule plus de 15 heures avant séparation des satellites.

Source : Engadget.
1 réponses
2 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Netflix menace les partages de compte entre amis
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
M6, France Télévision et TF1 engagent un triple Salto... pour espérer retomber sur leurs pieds

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top