Impuissante, la communauté spatiale observe deux anciens satellites se frôler en orbite basse

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
30 janvier 2020 à 14h33
0
Collision satellites
Vue de l'approche des deux satellites sur une simulation de LeoLabs

Les satellites POPPY-7B/GGSE-4 et le télescope IRAS, inactifs en orbite depuis plus de 35 ans, sont passés à moins de 50 mètres l'un de l'autre.

La catastrophe a été frôlée la nuit dernière, à 00h32 (heure de Paris).


Alerte rouge

C'est la petite start-up LeoLabs, spécialisée dans le suivi des satellites et débris en orbite, qui a tiré la sonnette d'alarme la première, le 27 janvier. En effet, les calculs actualisés de trajectoire montraient que deux satellites présentaient un risque élevé de collision, 900 km au-dessus de la ville de Pittsburgh (Etats-Unis). Orbitant dans des sens opposés, l'ancien satellite de la défense américaine POPPY-7B (lancé en 1967) et l'ancien télescope infrarouge international IRAS (lancé en 1983) n'étaient pas capables de manœuvrer et allaient se croiser à une vitesse cumulée de 53 000 km/h.

Deux reliques, un choc ?

Le drame n'a cependant pas eu lieu, et les deux satellites inactifs se sont croisés la nuit dernière, passant à moins de 50 mètres l'un de l'autre... En sachant tout de même que POPPY-7B est équipé d'une expérience du mesure du champ gravitationnel (d'où son autre nom de GGSE-4) incluant un mat de 18 mètres de long. Observés par des radars et télescopes optiques dans la nuit et ce matin, aucune des deux unités n'est entourée de débris pouvant indiquer une collision. La probabilité de choc était estimée à 1/20, ce qui est rarissime (l'alerte est donnée à partir de 1/1 000).


Les bras ballants

Il n'empêche que cette situation, malgré une détection survenue plus de deux jours à l'avance, vient rappeler que, pour un nombre important de débris en orbite, les observateurs au sol sont de simples spectateurs : il n'existe pas encore aujourd'hui de service en activité permettant de désorbiter de vieux satellites ou débris.

L'alerte de ce mois de janvier devrait tout de même relancer les débats sur la fin de vie des satellites en orbite. De surcroît, à l'altitude à laquelle orbitent IRAS et POPPY-7B, il faudra à ces satellites au moins quelques centaines, voire quelques milliers d'années avant de se consumer « naturellement » dans l'atmosphère terrestre.

Notons enfin que contrairement à ce qu'ont cru certains observateurs, une collision n'aurait eu aucun effet sur la ville de Pittsburgh, située juste en-dessous, mais aurait généré un important nuage de petits débris potentiellement dangereux pour d'autres satellites. Aujourd'hui, la seule collision établie entre deux satellites a eu lieu en orbite basse en 2009 entre Cosmos-2251 et Iridium-33. Plus de 1 500 débris répertoriés lors de cet incident sont encore au-dessus de nos têtes...

Source : NASA
Modifié le 30/01/2020 à 14h33
25
16
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va cesser définitivement ses activités cette nuit
Convention citoyenne pour le climat : Macron promet 15 milliards d'euros et des réponses
Vraiment efficace le toit solaire de Tesla ? Une famille fait le bilan après trois mois d'utilisation
Amazon : des hackers auraient réussi à contourner la double authentification
Les émissions de CO2 dues à l'automobile ont encore augmenté en 2019, la faute aux SUV
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
L’iPhone 12, livré sans chargeur ni écouteurs ?
Reddit bannit un forum pro-Trump, accusé de promouvoir la haine, Twitch suspend sa chaîne
Selon Epic Games, la PS5 est
Pour Steve Sinofsky, ex boss de Windows, le Mac sous ARM sera
scroll top