Missionnée par l'ESA, la start-up ClearSpace va désorbiter un débris du lanceur Vega

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
10 décembre 2019 à 18h00
0
orbites thor
Les orbites des lancements Thor, dans les années 1960

À l'issue de la réunion ministérielle qui a défini ses budgets, l'agence spatiale européenne a investi 70 millions d'euros sur trois ans dans la start-up ClearSpace. La mission de démonstration, nommée ClearSpace-1, devrait décoller en 2025.

Chercher un Vespa

L'agence spatiale européenne (ESA) avait réussi à faire inscrire la lutte contre les dangers spatiaux dans ses priorités, et la thématique des débris en orbite y figure en bonne place.

C'est dans ce cadre qu'elle a signé avec la start-up suisse ClearSpace un contrat pour une mission de démonstration : un petit véhicule devra décoller à l'horizon 2024-2025 et se rendre en orbite basse pour s'accrocher à un débris de 100 kg et le ramener brûler dans l'atmosphère. L'objet n'a pas été choisi au hasard, puisqu'il s'agit de adaptateur Vespa qui a permis de mettre en orbite le satellite de l'ESA, Proba-V, en 2013, sur un lanceur européen Vega. L'objet est actuellement en orbite à 800 x 660 km d'altitude.

Petite structure, grandes ambitions

La sélection de ClearSpace pour mener à bien le projet apparaît pourtant comme une surprise, au regard du budget final qui devrait monter jusqu'à 125 millions d'euros. Il s'agit en effet d'une petite start-up suisse qui emploie seulement neuf personnes actuellement. Toutefois, l'entreprise compte se servir de cette mission comme d'un tremplin pour embaucher plusieurs dizaines d'employés, et ne travaillera par ailleurs pas seule sur ce projet : le véhicule, qui sera équipé de quatre bras robotisés fera intervenir tout un consortium d'entreprises européennes. On peut imaginer que celles qui ont participé à la démonstration en orbite (RemoveDebris) seront sur les rangs.


Une cible représentative

La mission, nommée ClearSpace-1, emmènera d'abord le véhicule sur une orbite à environ 500 km d'altitude pour une suite de tests avant d'aller approcher et désorbiter l'adaptateur Vespa. L'objectif futur étant qu'un véhicule de service dédié à la désorbitation ne rentre pas lui-même dans l'atmosphère, et puisse repartir « à l'assaut » d'autres débris. Celui-ci a été choisi parce qu'il présente un profil identique à celui de nombreux satellites présents et futurs en orbite basse : une petite taille et une centaine de kilogrammes.

« Imaginez comme il serait dangereux de naviguer en pleine mer si toutes les épaves de tous les navires perdus dans l'histoire étaient en train de dériver à la surface de la mer. C'est la situation actuelle en orbite, et nous ne pouvons accepter que cela perdure », a rappelé Jan Worner, le directeur de l'ESA.

Source : Space News
11
5
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Coronavirus : le traçage numérique
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
Le stockage d’énergie sous forme d’hydrogène fait un bond en avant
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Folding@home dépasse l'ExaFLOP pour lutter contre le Coronavirus
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
scroll top