Les scientifiques de la mission Rosetta découvrent une famille de molécules par accident

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
21 janvier 2020 à 16h47
0
Comet on 30 January 2016
Gros plan sur la comète 67p lors de la mission Rosetta


Une poussière est entrée dans l'instrument d'analyse de gaz de la mission Rosetta... Trois ans après l'incident, une équipe publie les résultats des analyses dans Nature Astronomy et prouve la présence de sels d'ammonium sur la comète 67p « Tchouri ».

Une poussière dans l'œil

Après deux ans à étudier la comète 67p Churyumov-Gerasimenko de très près, les équipes savent, en septembre 2016, qu'il ne reste que quelques semaines avant la fin de la mission. Ils peuvent, de fait, s'autoriser des manœuvres audacieuses, comme traverser un panache de particules juste éjectées du noyau de la comète en « rase-mottes ». Le risque est toutefois bien présent : une poussière a réussi à se nicher au sein même de l'instrument ROSINA, ce qui aurait pu l'endommager. Heureusement, la poussière en question était constituée de matériaux glacés qui se sont lentement sublimés (c'est-à-dire transformés directement en gaz). ROSINA a ainsi pu enregistrer la composition précise des éléments constitutifs de cette poussière et les équipes y ont alors découvert plusieurs molécules que l'on appelle des sels d'ammonium.


Exobiologie terrestre ?

C'est la première fois (et la seule) que la mission Rosetta rencontre ces molécules autour de la comète : le matériau éjecté est très peu dense et lorsque les particules se subliment, ces gaz sont trop peu concentrés pour être détectés. Cet incident est aussi une aubaine remarquable. Les sels d'ammonium font d'abord partie de la longue liste des ingrédients des « briques du vivant », comme la synthèse des acides aminés ou de nucléotides. En outre, les comètes pourraient être responsables d'une partie de leur arrivée sur Terre.

Des plans sur la comète

Associés à la découverte d'autres composés au sein même du noyau de la comète avec l'instrument infrarouge VIRTIS, ces sels d'ammonium sont une bonne nouvelle pour imaginer la vie autour d'autres étoiles. En effet, la composition même de la comète 67p ne serait pas liée à la formation de notre jeune Soleil, mais à des matériaux antérieurs, ce qui laisse supposer qu'ils ne sont pas uniquement présents dans notre Système solaire.


Enfin, découvrir des sels d'ammonium permettrait potentiellement de répondre à une petite énigme chimique, car les rares mesures réalisées autour des comètes (67p, Haley, etc.) montrent tous un déficit en azote par rapport aux modèles. Si, à l'avenir, on arrivait à prouver la présence systématique des sels d'ammonium sur les comètes - ce qui est encore loin d'être le cas - alors le débat serait clos.

Source : Esa et Twitter
Modifié le 21/01/2020 à 22h48
0
1
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Le cascadeur Mike Hughes meurt après le crash de sa fusée artisanale
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
Tesla aurait six ans d’avance technologique sur ses principaux concurrents
L'Espagnol Renfe va bâtir le réseau TGV des États-Unis pour 6 milliards de dollars !
Comment l'Unreal Engine a permis de créer l'univers de The Mandalorian
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
5G : Martin Bouygues n'exclut pas d'attaquer l'État en justice s'il ne peut pas travailler avec Huawei
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung
Windows 10 : de nouvelle icônes plus colorées font leur apparition
Star Wars : un énorme coffret 4K Ultra HD

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top