Une start-up française teste avec succès une propulsion à l’iode en orbite

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
26 novembre 2019 à 19h00
0
ThrustMe
La start-up française ThrustMe

ThrustMe, start-up fondée en 2017, a équipé d'un premier propulseur innovant à iode, un micro-satellite chinois lancé le 3 novembre. L'allumage a eu lieu avec succès.

C'est une alliance qui s'est jouée très rapidement. Contactée par l'entreprise chinoise Spacety en février 2019, voici que Thrustme équipe, moins de neuf mois plus tard, leur satellite Dianfeng désormais en orbite. Un vrai pari pour les équipes locales, qui font confiance aux français et à leur technologie qui n'avait jusque là pas trouvé le chemin de l'orbite basse.

Premier essai concluant

Soutenus par le gouvernement français, les équipes de ThrustMe ont mis les bouchées doubles et envoyé leur propulseur à iode solide, déjà équipé de son carburant, par avion. C'est déjà un avantage sur d'autres technologies : aucun besoin de pressurisation, tout est livré dans un boitier. Et après une quinzaine de jours en orbite, depuis le 3 novembre ... « Nous n'avons pas eu la patience d'attendre les mois requis. C'était trop tentant de tester ce système historique dès que possible », a déclaré Feng Yang, le fondateur et P.-D.G. de Spacety. Le moteur I2T5 a donc fonctionné quelques dizaines de minutes et prouvé son utilité.


Viens là que je te pousse

Aussi nommé Xiaoxiang-1, le satellite Dianfeng est au format « CubeSat 6U » et ne mesure que 10 x 20 x 30 cm environ. Aussi, les dimensions de I2T5 sont inférieures à celles d'un cube de 10 cm de côté, pour un poids de 900 grammes. Ce système de propulsion à gaz froid éjecte de l'iode, stockée sous forme solide. Il n'est ni complexe, ni dangereux, ni très puissant. Il a d'ailleurs d'abord été développé par ThrustMe comme le sous-système d'un bloc plus complexe de propulsion ionique... Avant que les équipes ne s'aperçoivent que certains micro et nanosatellites avaient simplement besoin d'une mini-poussée capable de lutter contre les effets des particules atmosphériques à basse altitude ou d'éviter une potentielle collision avec un débris.


Ôde à l'iode

Le petit moteur I2T5 sera testé à nouveau dans les semaines à venir, lorsque les autres charges utiles du petit satellite (une caméra multispectrale et une communication laser) auront terminé leur phase de validation. Les dirigeants de ThrustMe et de Spacety sont pour l'instants ravis, et cette technologie pourrait bien se répandre dans le petit monde des tout petits satellites. « Nous sommes maintenant très heureux d'analyser les premières données de vol et de commencer à optimiser nos modèles afin d'améliorer davantage les performances du système. C'est extrêmement encourageant pour nous de continuer à travailler sur l'iode ! », a déclaré J-M. Martinez, ingénieur en chef en dynamique des flux, responsable du développement du produit I2T5 chez ThrustMe.

Source : Presse Polytechnique
4
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Coronavirus : le traçage numérique
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
Le stockage d’énergie sous forme d’hydrogène fait un bond en avant
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
Folding@home dépasse l'ExaFLOP pour lutter contre le Coronavirus
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
scroll top