Nouvelle phase de tests pour le Starship de SpaceX

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
18 novembre 2019 à 18h10
0
starship-mk1-bocachica
Le Starship Mk1 lors de son premier assemblage en septembre

À Boca Chica (Texas), le prototype Starship Mk1 se prépare pour ses premiers tests sur son futur pas de tir, avec des essais liées à ses réservoirs. La route des opérations se précise en vue du vol d'essai pour tenter de réaliser une parabole à 20 km d'altitude avant de revenir se poser.

Lors de la conférence d'Elon Musk diffusée en direct sur Youtube le 28 septembre, le premier exemplaire de Starship trônait, assemblé, derrière lui. Mais dès le départ du P.-D.G., le lendemain, le démontage était de rigueur : moteurs, ailerons, réservoirs et nez de la fusée, aucun système n'était prêt au vol. Depuis, les équipes se relaient jour et nuit pour préparer le prototype le plus avancé de Starship. La moitié basse (sur laquelle les moteurs n'ont pas été ré-installés) a été transférée le 30 octobre sur son pas de tir, dont les environs ont eux aussi été lourdement modifiés ces dernières semaines. Nouveaux réservoirs, nouvelles conduites, construction d'une impressionnante zone dédiée à l'atterrissage : les terrassiers n'ont pas manqué de travail.


Les opérations dangereuses démarrent

Cette semaine, dès lundi 18 novembre, SpaceX a demandé et obtenu des autorités le blocage de la route menant à la plage, ce qui signale le début des essais avec les réservoirs de Starship. Il faut bien comprendre qu'étant donné la proximité entre le prototype et la route, il n'est pas question de tester une mise sous pression des réservoirs ou des transferts de carburants sans une évacuation d'une partie du site. D'autant plus que, contrairement au prototype précédent (la « cocotte minute » StarHopper, présente à une centaine de mètres de sa grande sœur), la quantité d'ergols (oxygène et méthane) sera significative. Si Starship est bien équipé des réservoirs prévus, cela représente le transfert de 1 200 tonnes de liquides, soit plus de deux fois les capacités de Falcon 9.

On comprend alors que les tests graduels n'ont pas encore besoin des moteurs : il faudra plusieurs essais pour que le procédé et le matériel soient au point avant d'envisager une mise à feu.

Pas pour demain, mais pour après-demain ?

Toutefois les équipes de SpaceX semblent déterminées à garder le pied sur l'accélérateur, conformément aux demandes de leur P.-D.G. en septembre. Après la ré-installation des plans canards sur la coiffe, cette dernière n'a pas été ramenée sur le pas de tir. Ce sera pourtant le cas avant le prochain décollage : les éléments aérodynamiques sont en effet indispensables pour effectuer la manœuvre permettant au lanceur de se retourner juste avant de se poser.

Autre élément à surveiller, l'arrivée des trois moteurs Raptor, cette fois préparés pour leur vol. SpaceX devrait réaliser plusieurs essais avant de les envoyer à 20 kilomètres d'altitude. Tests des turbopompes, essais d'allumage au sol, Starship devra montrer patte blanche avant de décoller, et contrer le mauvais temps qui a plusieurs fois inondé la route ces derniers jours. Ni SpaceX ni Elon Musk n'ont pour l'instant évoqué une date pour le vol parabolique.

Source : Teslarati
0
0

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Coronavirus : le traçage numérique
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
Le stockage d’énergie sous forme d’hydrogène fait un bond en avant
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Folding@home dépasse l'ExaFLOP pour lutter contre le Coronavirus
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
scroll top