SpaceX tente d’accélérer son programme Crew Dragon

4
Crew_Dragon_IFA
La capsule Crew Dragon de SpaceX en préparation pour son prochain test

La capsule habitée de SpaceX, qui aura pour mission d'emmener des astronautes vers l'ISS, est très en retard sur son programme. Les derniers tests sont en vue mais la NASA s'inquiète pour la présence de ses astronautes dans la station.

« Je suis très content de l'échange que j'ai eu avec Elon Musk, et je me rendrais chez SpaceX à Hawthorne jeudi prochain », annonce Jim Bridenstine, l'administrateur de la NASA. Une déclaration qui sonne comme un appel au calme après le tacle du même Jim Bridenstine, une semaine plus tôt, accusant l'entreprise d'avoir des années de retard dans le contrat « Commercial Crew », visant à amener des astronautes américains sur l'ISS.


Malgré tout, la pression monte pour la NASA, qui pensait début 2019 que les tests habités des capsules Boeing et SpaceX auraient lieu dans le courant de l'année, ce qui aurait permis de voir venir et commencer des rotations régulières d'équipages en 2020. Résultat, la NASA n'a pas commandé de nouvelle place au sein des capsules Soyouz, et le prochain décollage en avril 2020 n'inclut pour l'instant pas d'astronaute américain. Le manque de capsules se fait sentir !

Tout le monde sur le pont

Après l'explosion catastrophique de sa capsule Crew Dragon au mois d'avril lors d'un test de moteur d'évacuation, SpaceX et les responsables du contrat annoncent que tout est rentré dans l'ordre, et que les modifications nécessaires sont mises en place. De quoi reprendre a priori le rythme des essais vers les vols habités, brusquement arrêté avec cet accident - survenu après un vol de démonstration très réussi d'une semaine sur l'ISS en mars dernier.

Selon Elon Musk, son entreprise a mis les bouchées doubles récemment, et pourrait amener le matériel nécessaire au décollage des deux astronautes, Bob Behnken et Eric Boe, au Kennedy Space Center dans les dix semaines à venir. Le focus est aussi fait, actuellement, sur des parachutes « nouvelle génération », pensés après un autre essai raté à la fin du printemps. Il faudra toutefois que la NASA donne son feu vert avant d'autoriser les astronautes à monter dans leur vaisseau...

Évacuer dans le calme

Le prochain essai nommé IFA, pour In-Flight Abort, est un test d'évacuation d'urgence de la capsule en vol. L'idée est de simuler un souci sur la fusée au pire moment de son accélération dans l'atmosphère et d'éjecter la capsule pour sauver ses occupants. Le lanceur Falcon 9 pour le test et la capsule associée sont tous les deux en Floride en préparation, mais Elon Musk a avoué sur Twitter que l'essai n'aurait pas lieu avant la fin du mois de novembre.

Boeing doit réaliser un test similaire au sol depuis la base de White Sands dans les semaines à venir mais garde le silence sur son calendrier, plus en retard encore que celui de SpaceX, la capsule CST-100 Starliner n'ayant même pas encore fait ses preuves lors d'un voyage vers l'ISS sans astronaute.

Source : Arstechnica
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page
Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (4)

Felaz
Cantwait, 2020 va être un cru exceptionnel pour la conquête spatiale !
ebottlaender
2019 aura réservé son lot de belles surprises, mais pour les vols habités oui ça va plutôt se jouer l’an prochain !
ebottlaender
Il est officiellement un peu tard pour demander un ou plusieurs sièges de plus, mais la NASA pourrait effectivement encore supplier les russes (avec le chéquier).
illuminati
La NASA se plaint des retards mais elle ne dit pas que les fonds destinés à Boeing et SpaceX avaient été distribué au compte-gouttes les 2 premières années du contrat.
ebottlaender
C’est tout à fait vrai ! Enfin techniquement ce n’est pas de la faute de la NASA qui avait demandé ces sous mais le Congrès avait alloué son budget un peu différemment.
Voir tous les messages sur le forum