🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

SpaceX : Tout savoir sur Super Heavy Starship et ses prototypes

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
03 mars 2020 à 16h23
15
starship-mk1-bocachica
Assemblage terminé pour MK1 sur le site de Boca Chica © SpaceX

Anciennement connu sous le nom de BRF pour « Big Falcon Rocket », qui regroupait le combo lanceur/vaisseau, ce projet de SpaceX laisse entrevoir une nouvelle révolution dans le secteur spatial.

Maintenant désigné par l'appellation Super Heavy pour le premier étage (le lanceur) et Starship pour le second (le vaisseau spatial), ce combo en cours de développement sur le nouveau site de SpaceX situé à Boca Chica au Texas envisage de réaliser ses premiers vols habités entre 2023 et 2024 pour ensuite être utilisé pour des voyages touristiques autour de la Lune. Le milliardaire japonais Yusaku Maezawa a par ailleurs déjà commandé ses billets pour un voyage accompagné d'une congrégation de six à huit artistes.

SpaceX : l'acteur incontournable du spatial

Depuis l'arrivée d'Elon Musk et de SpaceX dans le domaine spatial, un sérieux virage a déjà été amorcé par les grands acteurs de ce domaine, notamment des agences historiques que sont la NASA, l'ESA ou encore le Roscosmos. Les nouvelles méthodes portées par SpaceX comme la récupération et la réutilisation de ses lanceurs, ou encore la spatialisation d'équipements qui n'étaient pas destinés initialement au domaine spatial, ont en effet permis de contrôler et réduire les coûts.


SpaceX s'est ainsi vu confier d'importants contrats au fil des années, comme ce fut le cas avec le programme COTS (« Commercial Orbital Transportation Services ») de la NASA, ou encore le programme CCDeV (« Commercial Crew Development »),qui permettent à SpaceX de montrer l'étendus de ses capacités avec sa capsule Dragon pour le transport de FRET vers l'ISS et Crew Dragon qui devrait permettre à la NASA d'envoyer des astronautes américains à destination de l'ISS en se passant des services du Roscosmos et de Soyouz. Malgré tout, la récente explosion d'un capsule Crew Dragon lors d'un essai statique pourrait bien retarder le programme et laisser Boeing et son CST-100 Starliner être le premier engin américain à envoyer des Hommes sur l'ISS depuis la navette spatiale Space Shuttle.

Super Heavy Starship : l'imminente révolution

Ainsi, si le trublion californien a déjà permis de dépoussiérer le secteur spatial, son Super Heavy Starship pourrait bien supplanter la NASA dans son programme lunaire en proposant une solution qui sera, si tout se passe comme prévu, rapidement disponible et largement moins coûteuse que le lanceur SLS de la NASA.


D'une taille de 118 m (63 m pour le lanceur, 55 pour le vaisseau) et d'un diamètre de 9 m, Super Heavy Starship sera un mastodonte de 4 400 tonnes. Pour propulser cette fusée, SpaceX a prévu pas moins de 37 moteurs Raptor pour l'étage principal, ainsi que 6 pour Starship ! En développement depuis 2012, ce moteur « totalement repensé » est le premier modèle chez SpaceX à utiliser un mélange de méthane et d'oxygène liquide et devrait autoriser une poussée dans le vide de l'ordre de 3 500 kN, soit environ 357 tonnes. Le test de mise à feu statique du moteur Raptor en février est parvenu à fournir une poussée de 172 tonnes, ce qui est déjà près de deux fois plus que les actuels moteurs Merlin utilisés par SpaceX.

Raptor - BFR Starship
Le moteur Raptor sur son banc d'essai le 4 février 2019

Selon les estimations, Super Heavy Starship deviendra le combo spatial le plus puissant de la planète en permettant de lancer en orbite basse des charges utiles atteignant les 150 tonnes. Cette donnée nous montre évidemment que SpaceX ne se cantonnera pas au tourisme spatial avec Starship. A vrai dire, la société californienne entrevoit des usages multiples pour sa fusée BFR et ainsi remplacer complètement les lanceurs actuels (Falcon 9, Falcon Heavy, capsule Dragon).

Starship, le premier vaisseau à atterrir sur Mars ?

Il est peut-être encore un peu tôt pour se prononcer sur un éventuel voyage sur Mars à l'aide de Starship, mais c'est bien entendu dans les plans d'Elon Musk, qui fait d'ailleurs très régulièrement allusion à la planète rouge dans ses interventions publiques.

Néanmoins, si une mission à destination de Mars se concrétise, il y a fort à parier que SpaceX et son Super Heavy Starship soient les premiers à être paré à une telle prouesse. Dans les faits, puisque cette nouvelle fusée doit venir remplacer les lanceurs actuels de SpaceX, on peut alors entrevoir une multitude de missions différentes pour Starship.

SpaceX - Starship on Mars
Vue d'artiste sur la colonisation de Mars avec Starship

En effet, selon SpaceX, le coût de lancement de cette fusée sera bien inférieur aux engins actuellement utilisés, notamment grâce à la possibilité de réutiliser la grande majorité des composants de cette dernière. S'il parait donc logique que Starship puisse réaliser aisément des missions de lancement de satellites, de transport de fret et d'astronautes jusqu'à l'ISS, ou encore des missions habitées à destination de la Lune, Elon Musk envisage également sérieusement la conquête de Mars, mais aussi des voyages vers des destinations bien plus lointaines en vue d'explorer le système solaire.

Starhopper, le prototype en avance sur le calendrier

Initialement prévu pour fin 2019, Starhopper a finalement été dévoilé en début d'année, montrant ainsi les ambitions de SpaceX pour tenter de respecter le calendrier initial de Starship, chose assez rare dans le domaine spatial pour être souligné ici.

Bien moins haut que Starship, ce prototype mesure 39 m et sera équipé de 1 à 3 moteurs Raptors pour ses « sauts » à basse altitude. Conçu dans un alliage composé d'acier inoxydable, Starhopper et son design ressemblant à la fusée de Tintin, avec une esthétique « rétro », ont d'abord surpris. Starship reprendra en effet les mêmes éléments et matériaux, des fenêtres seront toutefois ajoutées sur la version finale de l'engin.

starhopper


Construit en plein air sur le site de Boca Chica au Texas, Starhopper a d'abord subi quelques désagréments, heureusement sans gravité, avant de réaliser avec succès ses premiers tests statiques en juin, ainsi que des vols d'essai à basse altitude. Fin août, ce tout premier prototype de Starship a pu être mis à contribution avec un vol à 150 mètres d'altitude suivi d'un atterrissage ; le but de l'opération était ici de tester le fameux moteur Raptor.

Le prototype orbital s'envolera avant la fin de l'année

Si Starhopper n'est qu'un engin de test et sera par la suite utilisé comme banc d'essai pour les moteurs Raptor, les prototypes MK1 et MK2 sont quant à eux de véritables démonstrateurs et se rapprochent plus de ce à quoi devrait ressembler le futur Starship.

starship-mk1-bocachica
Assemblage terminé pour MK1 sur le site de Boca Chica © SpaceX

Fin septembre, Elon Musk a annoncé l'achèvement de l'assemblage du prototype MK1 (Mark 1) que nous pouvons voir ci-dessus, une bien bonne nouvelle pour célébrer le tout premier lancement de satellites de l'entreprise privée, il y de cela déjà 11 ans ! Celui-ci devrait effectuer son premier vol suborbital (à 20 km d'altitude) d'ici décembre 2019 en étant équipé de trois moteurs Raptor.

MK2 est quant à lui toujours en construction sur un autre site en Floride et par une équipe différente, le but de SpaceX étant d'améliorer l'engin avec chaque nouveau prototype. Si le premier essai de MK1 est un succès, MK2 pourrait tenter un vol orbital d'ici 6 mois : si ce n'est pas le cas, SpaceX devrait y parvenir avec les prochains prototypes MK3 et MK4 ! Soulignons qu'il s'agit néanmoins d'un calendrier très optimiste qu'il sera certainement difficile de tenir. Elon Musk va cependant encore plus loin dans ses déclarations puisqu'il affirme que le premier vol habité de Starship pourrait avoir lieu d'ici 1 an, du jamais vu, mais faudrait-il encore que le vaisseau spatial réutilisable fasse ses preuves d'ici là.

Avec cette vitesse de croisière, SpaceX pourrait bien organiser ses voyages lunaires plus tôt que prévu, tout en réduisant de façon drastique le coût d'un vol habité !
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
15
12
Djekyl
C’est bien connu que SpaceX n’y connait rien et dit n’importe quoi, c’était le même son de cloche quand ils ont dit qu’ils allaient faire des lanceurs orbitaux réutilisables.<br /> Il y a encore quelques mois on entendait aussi<br /> que Falcon Heavy était une aberration vu qu’il n’y avait pas de marché pour une puissance pareille, mais bizarrement le carnet de commande se remplit, l’air force s’y intéresse et la Nasa l’envisage pour la lune …<br /> Bref, je garde votre commentaire en favori pour plus tard Nostradamus
tomcat75
Ha que ça fait du bien de “pisser dans le sens” du vent et dire ce que tout le monde a envie d’entendre sur Elon Musk et SpaceX ? Ça fait intelligent et connaisseur ? Non ça fait mouton de Panurge ! Elon Musk fait de la communication c’est indéniable, mais ses entreprises relèvent des défis et réalisent des projets dont les grands sages se sont gaussés, avant de devoir avaler leur chapeau. Il n’est pas sûr que SpaceX puisse envoyer des hommes (*) sur mars pour 2030, mais je pense que son entreprise est capable de faire ce qu’elle prévoie de faire pour la Lune… Quant au hopper, comme son nom l’indique il n’est là que pour des tests de moteurs en condition réelle et son successeur de test suborbital ne doit pas être confondu avec le Starship ! Donc prétendre se gausser des “ignares” quand on n’y connait rien soi-même…<br /> (*) hommes, employé au NEUTRE (valable pour homme ou femme) donc inutile de dire “humains” à la place
z-spy
Je me dit de plus en plus que Hergé avait une vision de la fusée réutilisable très réaliste !
bmustang
il est pour quand le prochain tir indien que j’évite d’acheter un billet à cette date ?
max_971
Si ils utilisent ces prototypes pour faire déjà des atterrissages sur Mars, ils peuvent tenir leurs délais.<br /> Ils peuvent faire croire qu’ils testent juste au niveau de l’atmosphère et hop, ils font atterrir sur la Lune et ensuite sur Mars (je suis un peu trop optimiste, je sais).
Niverolle
“Nostradamus” ==&gt; Que dire alors d’Elon Musk qui avait prédit une mort rapide (5 ans) à ses concurrents ? C’était en 2006, nous sommes en 2019, et ils sont toujours là avec des carnets remplis pour plusieurs années ! Pour la réutilisation, c’est joli mais est-ce seulement rentable ? Quand au Falcon Heavy, il n’a toujours pas réalisé de GTO potable (disons au niveau de ce que propose la Proton). Et justement, l’armée exige une bien meilleure qualité de service qu’un périgée à 180 km ou un DV de 2300 m/s, d’où le micmac politico-judiciaire actuel à Washington. Sans oublier que Space X avait aussi porté plainte contre la NASA lorsque celle-ci ne l’avait pas choisi pour la mission Lucy (toujours pour des raisons de qualité de service). Bref, c’est toute la différence entre le rêve et la réalité.
Niverolle
Pour être tout à fait honnête, Hergé a largement pompé cette vision de la fusée réutilisable dans le film “Destination Moon” d’Irving Pichel (qui est sorti 3 ans avant la bande dessinée).
i5i5
Quand ils auront trouvé une solution pour survivre à la traversée des ceintures de Van Allen, passage obligé pour aller sur la Lune, on rediscutera d’aller sur Mars …
Elrix
“Pour des raisons de qualité de services”<br /> Il n’y a que les niais pour croire que c’est le principal problème.
pomdeter
C’est bien connu qu il faut passer par la…quand on croit connaitre des choses intelligentes on se renseigne un minimum et…a merdum on peut les éviter pour pas passer dedans comme des branquignols.
Niverolle
Peut-être bien, il y a beaucoup de politique dans ces contrats, mais qu’est-ce qui te faits dire que les arguments de la NASA ne sont pas solides ?
Elrix
Qu’est-ce qui te fait dire que ce ne sont que des problèmes techniques?
Niverolle
Le fait que la NASA a bel et bien avancé des arguments, et que s’ils avaient été bidons cela aurait fait très moche au tribunal. Ceci étant dit, on peux très bien ne pas être de l’avis de la NASA, mais alors le minimum est de contre-argumenter.
MarlburroW
Attention c’est “BFR” et pas “BRF”
illuminati
“Si le premier essai de MK1 est un succès, MK2 pourrait tenter un vol orbital d’ici 6 mois : si ce n’est pas le cas, SpaceX devrait y parvenir avec les prochains prototypes MK3 et MK4 !”<br /> Erreur. Le Mk2 ne tentera pas de vol orbital. La construction du Mk3 débutera dans environ 2 mois, et le Mk4 dans 4 ou 5 mois. Ensuite le Mk5 sera construit et sera probablement le prototype final. C’est ce Mk5 qui ira se balader dans l’Espace. En même temps que ce Mk5, la construction de 2 Super Heavy débutera. D’ici 1 an le Starship et son lanceur géant seront achevée et prêt à l’emploi.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Apple sort déjà iOS 13.1.2, 24 heures seulement après la 13.1.1
Les violations de données touchent 6 entreprises sur 10
Canon travaille sur un EOS Ra dédié à l’astrophotographie
Netflix annonce la saison 4 de Stranger Things avec un premier trailer
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
Haut de page