La NASA va mettre SpaceX en concurrence pour amener des astronautes sur la surface lunaire

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
24 mars 2022 à 12h45
18
Starship HLS Artemis NASA Lune © SpaceX
Pour l'instant, l'atterrisseur lunaire du programme Artemis, c'est lui ! Crédits : SpaceX

Poussée par les politiciens, l'agence américaine doit finalement lâcher du lest et s'engage dans une nouvelle sélection pour un atterrisseur lunaire habité sur le programme Artemis . Elle devra obtenir une nouvelle (et importante) rallonge budgétaire… pour garder la concurrence ouverte entre Starship et le futur modèle sélectionné.

C'est la bataille des perdants du premier tour !

Et pour seulement quelques milliards…

Il y a moins d'un an en avril 2021, la NASA choisissait SpaceX comme seul gagnant de son gigantesque appel d'offres « HLS » (Human Landing System). Et donc marquait une préférence technique, budgétaire et administrative pour Starship, avec les meilleures notes dans ces trois domaines pour son évaluation, face à des concurrents aux coûts trop élevés comme la National Team (menée par Blue Origin) ou aux aspects techniques moins maîtrisés comme l'atterrisseur de Dynetics.

Pourquoi un seul gagnant ? Pour des raisons financières avant tout : si le Congrès attendait de la NASA qu'elle puisse développer une mission à la surface de la Lune dans un calendrier raisonnable, il n'y avait pas assez d'argent pour deux industriels… À moins de supprimer d'autres programmes scientifiques ou techniques emblématiques.

De la place pour les autres ?

Toutefois sur le plan politique, cette décision avait provoqué beaucoup de vagues, notamment dans les « space states », États dans lesquels SpaceX n'est pas installé (Colorado, Alabama, etc.). L'été dernier, le nouveau directeur de la NASA (Bill Nelston) avait argumenté en faveur de la concurrence sur ce type de contrat, mais n'avait pas reçu de budget particulier pour le mettre en œuvre. Depuis novembre donc, le temps que la plainte de Blue Origin soit classée, c'est SpaceX qui reçoit de l'argent et développe son Starship pour les futures missions lunaires.

Il semblerait que la Maison-Blanche ait pesé dans la décision et finalement proposé un budget en plus, il va donc y avoir une deuxième sélection… pour un atterrisseur lunaire plus capable (plus puissant, durable, réutilisable), destiné aux missions après Artemis 3 et 4. SpaceX ayant déjà gagné le premier round en est exclu, la NASA gardant la firme californienne en tant que fournisseur quoi qu'il arrive.

HLS National Team atterrisseur lunaire © NASA/National Team
Reverra-t-on une version modernisée de l'atterrisseur de la National Team ? Crédits : Blue Origin

HLS 2, le retour

L'agence américaine espère sélectionner ce deuxième atterrisseur lunaire d'ici le début de l'année prochaine, et les industriels vont pouvoir prochainement déposer leurs dossiers. Pour apaiser les politiciens, l'agence gardera donc une ligne avec de la concurrence… mais à quel prix ?

De nombreux observateurs pointent le fait que le même Congrès qui réclame à la NASA plus de compétition est celui qui lui refuse un budget plus élevé. Rappelons à tout hasard que la proposition de la National Team en 2021 estimait son développement à hauteur de 6 milliards de dollars…

Enfin, reste une dernière question : à quel moment Blue Origin portera plainte s'il n'est toujours pas sélectionné ?

Source : Spacenews

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
18
8
malak
« Enfin, reste une dernière question : à quel moment Blue Origin portera plainte s’il n’est toujours pas sélectionné ? »<br /> C’est très petit comme réflexion… surtout que leur plainte était fondée… et le futur échec de SpaceX le confirmera.
Francis7
Beaucoup de fantasmes et péripéties de nos jours alors que l’homme était déjà sensé avoir marché sur la Lune en 1969.<br /> 1969 ! … ?<br /> Et on en parle comme si c’était une découverte.
ebottlaender
Personne n’en parle comme d’une découverte, et les preuves ne manquent pas que les humains ont marché sur la Lune en 1969.
ebottlaender
La justice a pourtant tranché : leur plainte n’était pas fondée.<br /> Quant à l’échec de SpaceX, c’est bien sûr une possibilité, mais ça ne veut pas dire que le processus de sélection était biaisé.
tomcat75
@malak<br /> le spacex _bashing n’a aucun intérêt, ça ce serait bien d’éviter çà l’avenir…<br /> Maintenant sur le fond, l’entreprise que se propose de réaliser spacex avec le starship est ambitieuse et ça peut se révéler plus difficile que prevu. Mais on a joué l’entreprise d’Elon Musk perdante plusieurs fois (réutilisation des boosters, amener des équipages sur l’ISS) et les contradicteurs se sont ramassés ! Gageons qu’ils reussissent donc compte tenu de leur forte volonté de pousser les limites… Quant à Blue Origin par exemple, ils font beaucoup de bruit mais ça n’avance pas fort : ni sur le BE-4 ni sur le new-Glen. Alors l’atterrisseur pour Artémis… (Si je voulais Basher, je dirais qu’il sera prêt pour 2036)
malak
La NASA a fait une fixette sur le prix et des délais très courts, sans s’occuper de la viabilité du projet. Le jugement n’a pas dit que leur plainte était infondée mais que la NASA n’avait rien fait d’illégal, point. Une décision idiote n’est pas illégale, c’est la conclusion.<br /> Si la NASA avait eu un budget plus conséquent, ça ne fait aucun doute qu’ils auraient réfléchi à deux fois, là, ils ont pris ce qu’ils avaient sous la main, peu importe.<br /> @tomcat75, dès qu’on critique, c’est du bashing ? ta vue est très limitée didonc…
mcbenny
J’ai définitivement un problème à organiser Spaceship, le SLS et tout, quelqu’un peut me rappeler qui fait/fera quoi ?
clockover
@malak<br /> Si le budget de la NASA était plus grand, le soucis aurait été identique…<br /> Blue Origin ne fait rien de plus que Virgin Galactique.<br /> Ils n’ont aucune expérience réelle, aucun lanceur orbital, rien.<br /> Des juristes et un chef grincheux oui
malak
Je peux te résumer grossièrement :<br /> Le SLS (+alunisseurs) fera tout discrètement pendant qu’on parlera encore au premier plan du développement du Starship de SpaceX.<br /> D’ailleurs la NASA compte principalement sur le SLS, c’est lui qui est en charge de toutes les prochaines missions.<br /> @clockover, il n’y a pas qu’eux… et ici on parle exclusivement de l’alunisseur, ce que n’est pas le Starship et ne sera sans doute jamais hormis dans le marketing de Musk.
ebottlaender
SLS est la fusée qui emmènera la capsule Orion jusqu’à l’orbite lunaire. Elle est équipée pour 4 astronautes.<br /> A partir de la moitié de la décennie, la capsule Orion pourra rejoindre les premiers modules d’une station en orbite autour de la Lune, c’est la Gateway.<br /> Pour atteindre la surface lunaire, la NASA a demandé aux industriels de lui fournir un HLS, ou Human Landing System, qui emmènera les astronautes de l’orbite lunaire à la surface + retour. A terme l’objectif est d’en faire une navette attachée à la station Gateway. C’est SpaceX qui a remporté le premier contrat avec une version particulière de Starship.<br /> Les politiciens américains (dont de nombreux soutiens très influents de l’industrie) ont fait pression toute l’année passée pour qu’un deuxième fournisseur soit choisi, sans toutefois accorder le budget qui va avec.<br /> D’où cette nouvelle sélection.<br />
ebottlaender
Non, SLS est en charge des missions pour transporter Orion vers la Lune. Il n’y a actuellement aucune autre mission attribuée à la fusée, sur les 4 qui sont en préparation et fabrication. La NASA (il faudra vous y faire malgré un biais que l’on devine dans vos réponses) compte sur SpaceX pour remplir sa part du contrat HLS, et insinuer qu’ils ont « pris ce qu’ils avaient sous la main » est une belle insulte pour les équipes qui ont bossé 8 mois sur les dossiers pour dire que SpaceX avait les meilleures notes avec Starship.
clockover
malak:<br /> @clockover, il n’y a pas qu’eux… et ici on parle exclusivement de l’alunisseur, ce que n’est pas le Starship et ne sera sans doute jamais hormis dans le marketing de Musk.<br /> Ba si… en face SpaceX envoie plus de charge utile en orbite que quiconque dans le monde le tout en récupérant leurs lanceurs…<br /> Bref d’un côté une boite qui ne produit rien, ne fait rien à part râler et jouer du juridique, utilise le nom de son fondateur pour exister.<br /> Ce même fondateur qui crache sur Virgin Galactique par mépris…<br /> Une boite qui s’engage à envoyer une constellation mais vu qu’ils ne font RIEN ils risquent de perdre leur attribution…<br /> C’est une boite qui arrive à ses fins en mettant des bâtons dans les roues par des methodes méprisables (bloquer l’attribution à une constellation, embaucher les employés d’une autre, porter plainte…).<br /> De l’autre une entreprise qui produit et avance et qui pousse l’administration à se bouger pour les suivre… Le Starship sera bien en orbite cette année… Et pourquoi pas un alunisseur oui d’ici qq années.<br /> Bref deux boites, deux mentalités bien différentes même si elles utilisent toutes les deux leurs iconiques fondateurs.
ebottlaender
Exagérer dans le sens inverse n’apporte rien non plus. Dire que Blue Origin ne « produit rien » est factuellement faux. Les vols de New Shepard ça fonctionne très bien par exemple, et l’entreprise a réussi à plus ou moins enterrer son concurrent Virgin G.<br /> New Glenn ça progresse aussi. Ce n’est pas parce que le lanceur et surtout ses moteurs sont très en retard (les concurrents aussi) que tout à coup ils ne font rien. Blue Origin est une boite qui développe lentement ses solutions, mais qui a le sérieux et les finances pour s’acheter le temps. Les méthodes par contre, on en parle régulièrement dans nos colonnes.<br /> Quant à savoir si Starship sera en orbite cette année… Ce devait déjà être le cas l’an dernier, nous verrons bien !
malak
clockover:<br /> Et le Starship sera bien en orbite cette année…<br /> Il devait l’être l’année dernière… et être en orbite, c’est pas leur objectif… c’est un peu plus poussé que ça ^^
clockover
C’est un des objectifs ce n’est pas l’unique oui…<br /> Elon a toujours été optimiste niveau délai tout le monde le sait.<br /> En attendant, le chantier est là: l’infrastructure se met en place, les prototype sont produits.
clockover
J’exagère volontairement car en face on a quand même qq un de mauvaise foi alors forcement j’en fait de même.<br /> "New Glenn ça progresse aussi. " « mais qui a le sérieux et les finances pour s’acheter le temps. »<br /> Oui on suppose…
PsykotropyK
@malak tu troll pas mal sur SpaceX mais y’a pas beaucoup de fond, surtout pour défendre des compétiteurs qui n’ont encore rien démontré contrairement à SpaceX justement.<br /> Il y a des retards sur Spaceship? Qui s’en étonne en fait? Regarde le SLS : on en est a 16 reprogrammations et 5 ans de retard.<br /> Vu l’ambition du projet (lanceur, station, alunisseur, …) le nombre d’intervenants, etc, il y en aura d’autre des retards. Sans compter que comme le budget ne suis pas les ambitions…<br /> Quand au choix de SpaceX, il a été fait rationnellement. Ça ne garanti rien quand au résultat et n’enlève rien à la complexité du projet. Le problème aurait été identique avec un choix sur Blue Origin, sans compter un coût largement supérieur et un lanceur à l’état d’ébauche.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Des astronautes vers la ceinture d'astéroïdes dès 2073 ?
La capsule Starliner rentre sur Terre cette nuit, et la NASA tient à lui assurer un avenir
La sonde Psyche voit son décollage retardé en septembre à cause d'un problème logiciel
Ça y est, Starlink est officiellement disponible pour un usage semi-nomade
Le télescope James Webb est presque prêt et s'entraîne à suivre des objets
La capsule Starliner de Boeing s'amarre enfin à la station internationale
La sonde interstellaire Voyager 1 envoie des données
Plus près de toi, Soleil ! La sonde européenne Solar Orbiter livre des images inédites
L'atterrisseur InSight va bientôt prendre sa retraite (mais il écoute quand même les tremblements de Mars)
Voici le son d'un trou noir... et c'est beau
Haut de page