Blue Origin attaque la NASA en justice au sujet du contrat d'atterrisseur lunaire conclu avec SpaceX

23 septembre 2021 à 11h17
6
© Shutterstock
© Shutterstock

Blue Origin ne compte pas lâcher l'affaire. La société spatiale créée par Jeff Bezos conteste l'attribution par la NASA de la fabrication du système d'alunissage habité, qui permettra aux astronautes du programme Artemis de gagner la Lune, à SpaceX.

Alors qu'une première plainte a déjà été rejetée, Blue Origin, qui considère que son rival SpaceX a bénéficié d'un favoritisme de la NASA, en a déposé une nouvelle auprès de la Cour des réclamations fédérales des Etats-Unis.

Blue Origin dépose une nouvelle plainte contre la NASA

Jeff Bezos face à Elon Musk : vous en aviez peut-être rêvé, les ambitions de conquête spatiale l'ont fait. Rappelons que la mission Artemis devrait signer le grand retour d'humains sur la Lune en 2024, 52 ans après la dernière mission Apollo. Or, Blue Origin n'est vraiment pas satisfait de ne pas avoir été retenu par la NASA pour fabriquer le système d'alunissage habité (HLS) qui permettra aux astronautes de rejoindre l'astre.

En avril dernier, l'agence spatiale américaine avait seulement sélectionné SpaceX, la société spatiale privée fondée par Elon Musk, pour la construction d'une fusée Starship adaptée à ses besoins. Celle-ci fera la liaison vers la Lune, pour la mission Artemis, à partir de la station intermédiaire Gateway. Un contrat à hauteur de 2,9 milliards de dollars dont la société fondée par Jeff Bezos conteste l'impartialité.

Une première plainte déposée en avril 2021 auprès du Congrès chargé du contrôle des comptes publics (GAO) n'avait rien donnée. Déboutée, comme d'autres entreprises insatisfaites de la décision de la NASA telle que Dynetics, Blue Origin a donc déposé une seconde plainte reçue ce vendredi 13 août 2021 par la Cour des réclamations fédérales des Etats-Unis. Peu d'informations ont cependant fuité concernant les éléments du dossier, qui ont été scellé lundi 16 août. Une obstination de la part de Blue Origin qui au mieux étonne sur la Toile, au pire suscite des railleries, à l'image des tweets postés sous la publication du journaliste du Washington Post Christian Davenport.

Après Apollo, le programme Artemis en ligne en mire

Il faut dire que la participation de la mission Artemis, lancé sous la présidence de Donald Trump après l'échec d'un premier programme baptisé « Constellation » et annulé sous le gouvernement de Barack Obama en 2009, est un enjeu clé pour donner une crédibilité supplémentaire à Blue Origin. 52 ans après la dernière mission Apollo 17 (1972), permettre à un nouvel astronaute de poser le pied sur la Lune est une perspective alléchante pour les sociétés spatiales privées aux Etats-Unis.

La NASA dispose de délais restreints, et de budgets réduits, ce qui l'a conduit à externaliser la fabrication de certains éléments essentiels tel que le système d'alunissage habité. Si, dans sa décision, le Congrès chargé du contrôle des comptes publics a bien statué que la NASA aurait pu désigner plusieurs vainqueurs et pas seulement SpaceX, l'agence a également été en mesure de n'en choisir aucun. Dans la Guerre des Etoiles que se livrent les milliardaires, c'est donc pour l'instant Elon Musk qui en sort vainqueur. Pour longtemps encore ?

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (6)

WillS
Ils n’ont vraiment aucune honte chez Blue Origin. Le bon côté de tout ça, c’est qu’ils n’auront probablement plus jamais de contrat à la nasa après ces coups bas.<br /> D’ailleurs ça commence à gueuler pas mal du côté de leurs ingénieurs, qui n’apprécient pas trop les pratiques de leur management…
cid1
Que Jeff Bezos aille sur la lune tout seul comme un grand et qu’il nous prouve la faisabilité de son concept en même temps.
pecore
Le problème n’est pas la technologie mais l’image. La NASA veux garder un semblant de sérieux et ne veux pas être associée à une société qui fait de l’espace un passe temps couteux pour milliardaires en mal de sensations. Je les comprend et je les approuve.
Brobok
Hummmm, mais c’est la juridiction martienne, et malheureusement il n’y a pas encore de tribunal sur la planete rouge
dancod
Vu la fuite des cerveaux de chez BO, je pense qu’ils se battent pour leur survie. Si ils gagnent pas ce truc là, il leur restera tout juste le rôle de petite agence de tourisme…
Voir tous les messages sur le forum