La NASA finance le développement de trois stations en orbite pour envisager l'après-ISS

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
06 décembre 2021 à 12h34
4
Orbital reef © © Blue Origin
Vue d'artiste de la station Orbital Reef du conglomérat mené par Blue Origin. Réaliste ? © Blue Origin

Après une phase d'appels à projets, l'agence américaine ouvre son porte-monnaie pour que trois conglomérats privés développent leurs stations spatiales en orbite basse . Une stimulation publique-privée pour faire décoller les activités habitées commerciales, mais aussi pour assurer différentes options post-ISS .

Les projets sont magnifiques… Sur le papier.

Prévoir la suite, investir tout de suite

Pour la NASA, le constat est simple : la Station Spatiale Internationale ne pourra pas continuer éternellement son rythme exceptionnel d'opérations. De plus, ses budgets orientés vers l'exploration habitée autour de la Lune ne lui permettent pas de prendre en charge une potentielle « ISS 2 ». Alors, après pratiquement vingt ans à préparer le terrain, il est temps que les entreprises privées prennent le relais, en prenant elles-mêmes les risques et en organisant leur écosystème économique en orbite basse. Reste que pour préparer une station orbitale privée, il faut des investissements massifs, et pour l'instant les industriels ne peuvent s'y atteler qu'avec l'assurance d'avoir la NASA en tant que cliente régulière.

C'est ce raisonnement qui avait déjà mené l'agence à financer Axiom Space pour que la jeune pousse texane ajoute ses deux modules à l'ISS (prévus en 2024 et 2026) avant de voler en solo. Et c'est dans ce cadre qu'elle a sélectionné trois géants (ou conglomérats) afin qu'ils développent leurs concepts pour pouvoir décoller d'ici la fin de la décennie.

Vous prenez les chèques ?

La NASA dépense donc 130 millions pour le projet « Orbital Reef » piloté par Blue Origin (associée avec Sierra Space, Boeing, Redwire Space, Genesis Engineering et l'Université de l'Arizona), décrit comme un projet évolutif d'espace de travail en orbite. Le deuxième gagnant est Nanoracks, avec Voyager Space et Lockheed Martin, qui récolte 160 millions de dollars pour sa station « Starlab » semi-gonflable. Son avantage est de pouvoir décoller en utilisant un seul décollage sur un lanceur lourd, éliminant tout besoin d'assemblage en orbite.

Starlab nanoracks © Nanoracks/NASA
Vue d'artiste de la station Starlab de Nanoracks. Son espace pressurisé serait équivalent à celui de... l'ISS ! © NASA/Nanoracks

Northrop Grumman est le troisième gagnant de l'appel d'offre avec 125.6 millions pour sa station encore non baptisée. Cette dernière est modulaire, et se base principalement sur des briques technologiques déjà utilisées sur la Station Spatiale Internationale aujourd'hui. La NASA avait reçu 11 propositions pour cet appel d'offre, et selon la rumeur, SpaceX faisait partie des participants avec une version de Starship (ce qui ne veut pas dire qu'ils avaient investi beaucoup de ressources pour avoir un dossier aussi solide que les autres). Axiom Space n'a pas postulé, ayant déjà reçu son financement.

Qui pour remplacer l'ISS ?

Ces centaines de millions, s'ils semblent impressionnants, seront loin de suffire pour que les différents industriels concernés mettent effectivement en place leur station orbitale. Il s'agit d'une aide au développement, qui va leur permettre de finaliser leurs designs, de mettre en place un calendrier, de choisir les composants et les fournisseurs, de faire des maquettes à l'échelle, bref de préparer leurs futures stations (en parallèle avec leur propre investissement). En effet, s'ils sont très beaux et prometteurs dans les documents et vues d'artistes, encore faut-il confronter ces projets de station à la réalité industrielle, comme à celle des opérations dans l'espace.

Northrop Grumman post ISS station privée © Northrop Grumman/NASA
Vue d'artiste de la station privée de Northrop Grumman. © NASA/Northrop Grumman.

La NASA organisera un « deuxième round », probablement autour de 2025, pour s'engager avec un ou deux partenaires sur un financement bien plus conséquent qui cette fois viendra en soutien de la production et la mise en orbite. L'agence américaine encourage d'ailleurs ceux qui ont été recalés à ce premier appel d'offres à s'autofinancer pour participer au suivant… Il faudra bien ce temps pour formaliser ce qui succèdera à la Station Spatiale Internationale pour les Américains, cette fois en tant que clients.

Source : NASA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
4
Eric_Ledez
Bonjour, petite coquille dans le premier paragraphe : « Après une (phrase) phase d’appels à projets, ».
ebottlaender
C’est modifié, merci !
Pck
« Starlab » semi-gonflable : comme une Quechua? Pourquoi pas, mais j’ai du mal à imaginer C’est la « coque » qui est gonflable, l’intérieur est rigide, une fois déplié?? Attention: Gonflable = Dégonflable du coup, non?.. Mais bon, il ne doit pas y avoir trop de pression extérieure? Après tout, c’est peut être génial??? ps: faudrait peut être penser à nettoyer là haut avant de repeupler… D’ailleurs Quid de l’ISS actuelle dans cinq ans? On la dégonfle?
FrancescuG
Semi-gonflable comme le module BEAM (actuellement sur ISS), je suppose ?
ebottlaender
Yes, c’est l’idée. Une structure centrale « en dur » et une ceinture, si on veut, gonflable.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Le satellite chinois Shijian-21 fait le ménage en orbite géostationnaire
Un étage de fusée Falcon 9 va s'écraser sur la Lune (et non, ça ne va rien changer)
La mission Solar Orbiter traverse pour la deuxième fois la queue d'une comète !
Les satellites Starlink présents sur 20 % des clichés d'observatoires consacrés aux astéroïdes
Hollywood dans l'espace ? Des producteurs veulent envoyer un studio de cinéma en orbite
Les fusées de SpaceX vont transporter des équipements militaires et de l'aide humanitaire pour le gouvernement américain
Avec son budget 2022, l'Agence spatiale européenne veut préparer ses astronautes pour l'avenir
Grâce au télescope CHEOPS, l'ESA découvre que cette planète est en forme de ballon de rugby
Complètement larguée : Virgin Orbit réussit un nouveau tir de sa fusée LauncherOne
Lancer des satellites depuis un sous-marin ? Pourquoi pas !
Haut de page