Conquête spatiale : le niveau de rayonnements sur la Lune a été mesuré pour la première fois

01 octobre 2020 à 08h00
12
nasa lune
© NASA

Une étude publiée dans la revue Science Advances a permis de mesurer le taux de rayonnements ionisants atteignant la surface de notre satellite. Les scientifiques peuvent dès lors se faire une idée des protections dont devront s'équiper les astronautes qui s’y rendront pour de longs séjours.

Si sur Terre , l’atmosphère nous en protège, ces radiations sont parmi les plus grands dangers encourus pendant les voyages spatiaux. Pouvant pénétrer la peau humaine, endommager l’ADN, ou encore causer le cancer, ils sont issus de puissantes éruptions solaires, de rayons cosmiques venus de l’espace lointain ou, dans le cas de la Lune, de l’interaction entre les rayonnements et le sol lunaire, qui engendre neutrons et rayons gamma.

Un niveau 200 fois plus élevé que sur Terre

Jusqu’à présent, nous ne connaissions pas la mesure exacte de ce rayonnement ; les astronautes des missions Apollo étaient bien dotés de dosimètres, instruments destinés à évaluer leur exposition aux radiations, toutefois ces mesures ayant été effectuées sur toute la durée de leur mission - et pas uniquement lorsqu’ils se trouvaient à la surface de la Lune - les données récoltées restaient imprécises.

Alors que les États-Unis se préparent à envoyer deux nouveaux humains sur notre satellite, dans le cadre de la mission Artemis, avant d'y installer une base, des scientifiques ont voulu savoir à quel taux de rayonnement les astronautes seraient soumis lorsqu’ils fouleraient le sol lunaire. Pour rappel, la Chine prévoit également d’y construire une base à l’horizon 2030. 

C’est d'ailleurs grâce à la sonde chinoise Chang’E 4, qui s’est posée sur la face cachée de la Lune en 2019, que les mesures ont pu être réalisées. Un dosimètre se trouve en effet à bord du vaisseau et les résultats de ses analyses sont enfin connus : « Les niveaux de rayonnement que nous avons mesurés sur la Lune sont environ 200 fois plus élevés qu'à la surface de la Terre et 5 à 10 fois plus élevés que lors d'un vol de New York à Francfort »,  a déclaré Robert Wimmer-Schweingruber, professeur de physique à l'université de Kiel en Allemagne et co-auteur de l'étude. 

Par ailleurs, ce niveau est deux fois plus élevé que celui du rayonnement subi par les astronautes séjournant à bord de l’ISS , qui se trouve à la limite intérieure du champ magnétique terrestre et donc relativement protégée de ces rayonnements. 

La base devra être protégée

Bien entendu, les combinaisons spatiales sont pensées pour protéger les humains de ce type de danger, mais ces mesures restent particulièrement utiles pour préparer les prochains voyages sur la Lune, qui devraient être plus longs que les précédents. À partir de ces résultats, les chercheurs ont ainsi réalisé des calculs leur permettant de savoir comment protéger celles et ceux qui seront à l’intérieur de l'éventuelle future base : il suffirait, selon le professeur Wimmer-Schweingruber, de recouvrir les habitats lunaires avec un revêtement de plus de 50 cm de sol lunaire pour écarter tout danger. 

Les choses se compliqueront grandement dans le cadre d’un voyage vers Mars , dont la durée est estimée à entre deux et trois ans. Les astronautes seront exposés à des niveaux de rayonnements bien plus importants, et ce bien que les véhicules soient dotés de « boucliers de protection ». Comme le note CNN, les recherches en la matières portent plutôt sur une solution pharmacologique afin de réduire les effets des rayonnements sur le corps humain. 

Sources : Science , CNN

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
12
9
GRITI
Est-ce qu’il a déjà été évoqué de terraformer la lune?<br /> Si le champ magnétique terrestre nous protège, est-il envisageable (si pas déjà le cas) de protéger les vaisseaux et bases en leur faisant générer un champ magnétique assez puissant?
Nmut
On n’est pas rendu pour terraformer la Lune. La gravité est faible pour retenir une atmosphère, et pas sur qu’il y ait assez d’oxygène et d’eau sur place… <br /> Le champ magnétique ne protège que de certains rayonnements mais pas tous, et il faudrait une belle quantité d’énergie (ou un sacré aimant) pour le produire sur plusieurs années.
GRITI
Nmut:<br /> et il faudrait une belle quantité d’énergie (ou un sacré aimant)<br /> C’est ce que je me disais tout en espérant qu’on savait faire.
CallMeLeDuc
En effet la Terraformation c’est possible dans les jeux vidéos et la SF <br /> Dans la réalité c’est impossible avec le niveau technologique actuel de l’humanité.<br /> Ni même dans 100 ans. pour la simple raison que pour créer une atmosphère il faut rassembler une quantité de paramètres que seule la Terre peut fournir a cet instant.<br /> Gravité.<br /> Eau<br /> Volcans qui fournissent du Co² et nutriments pour les bactéries.<br /> Pression atmosphérique pour empêcher l’eau de s’évaporer dans l’espace.<br /> et bien sur une magnétosphère pour protéger toute forme de vie sur la surface…<br /> Non vraiment la terraformation c’est juste impossible ^^
Bombing_Basta
Tu fais comment pour terraformer la Lune, qui n’a ni la gravité permettant de retenir une atmosphère, ni champ magnétique pour protéger des rayons, ni matière première (connue) comme l’eau?<br /> À part l’entourer d’une bulle de plexi ou inventer un bouclier énergétique style science fiction, ça va être compliqué…<br /> Même Mars n’a pas la gravité ni le champ magnétique adéquat…<br /> CallMeLeDuc:<br /> Volcans qui fournissent du Co²<br /> Je pense aussi que les volcans participent en [grande?] partie au maintient des eaux en surface sur Terre.<br /> L’eau qui s’infiltre profondément dans la croute terrestre remonte par l’action convective du magma, en partie en vapeur, en partie en geysers ou sources chaudes, en partie au plus profond de nos océans par les fumeurs.<br /> J’imagine pas sans le manteau quelle masse d’eau disparaitrait dans l’écorce…
GRITI
Je n’y connais rien d’oú mes questions.<br /> Pour la terraformation, il me semblait avoir lu quelque part que c’était une volonté pour Mars. J’ai du confondre ou mélanger plusieurs infos. Et aucun rapport avec la trilogie de romans sur Mars .
Bombing_Basta
Oui, y’a Musk l’illuminé mégalo qui a vaguement causé d’employer des bombes nucléaires pour terraformer Mars, m’enfin bon, si Musk était scientifique, ça se saurait (puis bon y’a un «&nbsp;docufiction&nbsp;» sur Netflix avec lui sur la colonisation de Mars, mais dans «&nbsp;docufiction&nbsp;», faut retenir «&nbsp;fiction&nbsp;» uniquement).<br /> https://www.qwant.com/?q=musk%20bombe%20nucléaire%20mars&amp;t=web&amp;client=qwant-firefox<br /> Pour la petite histoire, les scientifiques, les vrais, pensent que Mars a pu avoir une atmosphère primitive comparable à l’atmosphère primitive de notre planète, mais l’activité volcanique, et donc le noyau magnétique de Mars, étant morts il y a bien longtemps, Mars n’a plus de magnétosphère capable d’arrêter les «&nbsp;vents&nbsp;» solaires, et ces derniers ont simplement balayé l’atmosphère de Mars (du moins la majeure partie, il en reste une infime proportion).<br /> Créer une atmosphère sur Mars sans protection physique ou magnétique reviendrait à se battre contre le soleil à mains nues, et ce même si la gravité y est, de souvenir quasiment la même que sur Terre (0.8 x celle de la Terre).
philouze
il reste la possibilité d’un dipôle au point de lagrange L1 mars-soleil, ce qui permet d’intercepter avec une relativement petite surface (et de relativement «&nbsp;petits&nbsp;» moyens), une grande partie du vent solaire bien avant qu’il n’atteigne mars, en la mettant «&nbsp;à l’ombre&nbsp;» de ce dipôle
Bombing_Basta
Il reste la nécessité de créer une atmosphère d’au moins 700 millibars sur une planète à des millions de kilomètres et quand bien même elle aurait les ressources nécessaires sur place pour créer cette atmosphère, il faudrait assez de ressources pour construire des générateurs, et les alimenter en énergie.<br /> Des milliards de kilomètres cube d’atmosphère à créer d’on ne sait pas ce qu’il y a réellement sur place, avec quasiment rien.<br /> C’est pas avec une falcon heavy ou deux qu’on va en venir à bout. Ni quelques bombe atomiques.<br /> Bref, je ne doute pas de la possibilité de coloniser Mars, voir pourquoi pas de la terraformer, mais pour ça faudrait une politique mondiale d’union des ressources et des peuples, bref, c’est pas demain la veille.<br /> Déjà qu’on arrête de massacrer notre planète avant de vouloir la copier ailleurs…
jcc137
L’eau finirait par remonter sous l’effet de l’extrême chaleur du noyau, et cela même si l’eau bout à 200° à une certaine profondeur à cause de la très forte pression atmosphérique à ce niveau.
sas-seb
La Lune je ne crois pas, c’est un satellite totalement stérile.<br /> Par contre, Mars ça sera certainement possible car il y a la présence d’eau.<br /> La terraformation sera possible, non pas grâce à la technologie (en tout cas actuellement), mais simplement grâce aux bactéries capables de transformer le méthane de l’atmosphère martienne en oxygène. Ces bactéries existent sur Terre. Il suffirait de les transporter sur Mars et de les cultiver en masse et de les disséminer sur le sol martien. Il faudrait ensuite attendre plusieurs décennies avant qu’elle devienne respirable j’imagine ?..
Mandolin-Kid
La solution n’est pas de terraformer le Lune, ce qui est impossible, mais de trouver des abris sûrs. Et il y en, ainsi que sur Mars. Ce sont de vastes cavernes d’origine volcanique, vastes et hautes, qui se sont formées il y a 3 milliards d’années (si je ne me trompe), au temps où la Lune était encore chaude. Quand tout s’est refroidi, la lave étant écoulée, ces immenses tunnels ont été remplis… de vide. S’ils tiennent depuis si longtemps, c’est qu’ils sont solides. On peut établir une station dedans, et il y a déjà une de ces cavernes volcaniques qui a été repérée et doit être explorée. Sur Mars aussi on en a repéré.
GRITI
Je ne connaissais pas ces cavernes. Merci de l’info.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Suez : Engie accepte l'offre de Veolia mais se laisse jusqu'au 4 octobre pour décider
Apple dépose un brevet de batterie à hydrogène pour ses MacBook et iPad
Windows sur ARM : un nouvel émulateur x64 promet l'arrivée de nombreuses applications
Netflix au travail sur une série Conan le Barbare, et peut-être plus encore
Google Maps pour Android déploie son
Google Nest Audio : le successeur du Google Home
Google dévoile officiellement son nouveau Chromecast
Google Pixel 5 et Pixel 4a 5G : sortie le 15 octobre à partir de 499€
Voici à quoi ressemble l'interface du prochain Chromecast
Les premiers secours de Washington (mal)heureux élus pour tester le réseau Starlink
Haut de page