La NASA dévoile son plan officiel pour la mission Artemis, qui enverra la première femme sur la Lune en 2024

22 septembre 2020 à 14h19
21
Artémis Lune Terre © NASA
© NASA

Les États-Unis se fixent toujours l'objectif d'envoyer quatre personnes sur la Lune, au mieux d'ici quatre ans. Un projet pharaonique au budget babylonien pour peut-être revivre les belles heures d'Apollo 11.

En décembre 2017, Donald Trump appelait à un retour d'astronautes américains sur la Lune et même au-delà, avec Mars dans le viseur. Depuis, on sait que la NASA travaille à un alunissage pour 2024, si tout va bien. Dans le cadre du programme baptisé Artemis , une équipe de quatre astronautes, dont une femme, embarquerait alors à bord du vaisseau Orion. Mais avant cela, le projet devra obtenir l'aval du Congrès, qui doit accepter son financement, et passer par deux premiers vols.

Une femme astronaute sur la Lune ? Une première très attendue

Faisons fi des conditions inhérentes au programme Artemis, nous en reparlerons un peu plus loin dans cette lecture, et considérons que l'Homme va bien retourner sur la Lune. Lundi, la NASA a communiqué et confirmé qu'elle entendait bien envoyer un équipage sur le satellite de la Terre d'ici quatre ans, en 2024.

Dans son grand plan de présentation du programme Artemis, la NASA rappelle que quatre personnes embarqueront à bord de la capsule Orion en direction de la Lune. Seules deux d'entre elles auront la chance de marcher à sa surface : un homme et, c'est une première, une femme. C'était un souhait du vice-président américain Mike Pence, qui appelait de ses vœux l'envoi d'une représentante de la gent féminine sur la Lune.

L'équipage ne se posera pas à l'équateur de l'astre comme ce fut le cas pour les anciennes missions Apollo. Cette fois, l'alunissage se fera au pôle Sud de la Lune, « où la NASA et ses partenaires développeront un camp de base Artemis pour soutenir des expéditions plus longues sur la surface lunaire », indique l'agence gouvernementale. On y trouverait aussi de la glace d'eau. Dans le détail, la NASA imagine, à terme, doter la Lune d'un véhicule de terrain adapté (peut être un rover non pressurisé) ou encore d'un module d'habitation. Car au-delà de ce « simple » alunissage, les États-Unis entendent se préparer à une première mission humaine sur Mars. Les États-Unis et la NASA misent gros avec Artemis. Face au développement de programmes spatiaux dans d'autres régions du monde, les USA veulent « maintenir et renforcer » leur leadership.

Artemis Lune © NASA
La mission Artémis veut prendre ses aises sur la Lune (© NASA)

En 2024, le monde fêtera les 55 ans du succès d'Apollo 11

Artemis III, comme son nom l'indique, sera la troisième (et dernière) phase du programme du même nom. La mission « sera le point culminant des tests rigoureux et de plus de deux millions de kilomètres accumulés dans l’espace sur les systèmes de transport dans l’espace lointain de la NASA avec Artemis I et II », explique la NASA.

La mission Artemis I, justement, sera non habitée, mais avec la capsule Orion, déjà terminée, propulsée par le lanceur lourd SLS, qui pourrait être au point d'ici la fin de l'année. Le vol est prévu pour novembre 2021. On imagine que d'ici là, la NASA aura mis au point ce lancement intégré. Artemis II franchira une nouvelle étape avec l'envoi d'astronautes, en 2023. Ceux-ci ne feront que tourner autour du satellite, et n'atterriront pas. La partie en pilotage manuel des astronautes sera déterminante pour la suite du programme, puisqu'elle permettra d'en savoir plus sur les capacités et la vélocité de la capsule Orion.

Pour voir des astronautes s'envoler vers la Lune et fouler son sol, il faudra donc attendre Artemis III et 2024. Pour se rappeler au bon souvenir d'Apollo 11, en 1969. Après 55 ans d'attente. Un séjour d'une semaine sur place est évoqué par l'agence américaine. Il permettra de multiplier les sorties extravéhiculaires et de mener diverses expériences, outre le prélèvement de nombreux échantillons.

Artémis Orion passerelle © NASA
La future passerelle, à gauche, et la capsule Orion, à droite (© NASA)

Choix du véhicule d'alunissage, passerelle, budget… des questions en suspens

Plusieurs questions restent en suspens autour du programme Artemis. Concernant le véhicule d'alunissage (il serait un petit peu compliqué de faire sans), l'agence américaine a aujourd'hui le choix entre trois projets : celui de Dynetics, qui vient de créer une maquette d'alunisseur à grande échelle ; de Space X, qui compte sur son silo à grains Starship ; et de Blue Origin, première société à avoir dégainé sa maquette grandeur nature, en août dernier.

La NASA devrait mener un examen préliminaire des différents projets début 2021 pour déterminer les conceptions les plus matures susceptibles d'être associées à Artemis III (la phase du programme qui consiste à faire marcher une femme et un homme sur la Lune). Et ainsi faire sa première sélection.

Quid de la « Gateway », cette passerelle censée devenir d'ici quelques années une station lunaire internationale permettant de faciliter les séjours sur la Lune et de simuler les conditions d'une expédition vers Mars ? Plusieurs lancements sont prévus d'ici 2024 pour entamer sa construction, mais rien n'indique qu'elle sera prête à temps.

La mauvaise nouvelle, c'est qu'il n'est pas totalement certain que ce programme puisse voir le jour. La NASA estime le coût de l'opération à 28 milliards de dollars sur les cinq prochaines années, dont 16 milliards rien que pour le seul alunisseur. Alors que le Congrès est appelé à voter la première partie de cette somme (3,2 milliards de dollars) avant la fin de l'année, les élections présidentielles pourraient bousculer les choses. Le Congrès pourrait ainsi refuser ce financement. Et même si Donald Trump et Joe Biden ont affirmé vouloir poursuivre le programme Artemis, le spectre de l'annulation du programme Constellation en 2010 sur demande de Barack Obama, qui avait pourtant coûté des milliards de dollars aux Américains, reste dans les mémoires. Artemis est ainsi née sur les cendres de Constellation.

Artémis exploration Lune © NASA
Vue d'artiste des activités scientifiques menées par les membres d'Artemis (© NASA)

Source : NASA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
21
16
Selyos
Quand tu vois les défis techniques aujourd’hui pour y aller, ça me fait rire ceux qui croient encore qu’on a fait un aller-retour il y a 50 ans…<br /> Fin, je dis ça, je ne dis rien xD on va encore dire qu’on crie au complot même quand scientifiquement parlant, il était clairement impossible d’y avoir été à cette époque mais bon, c’est bien connu, c’est la marmotte qui emballe le chocolat Milka dans l’alu !
cloomcloom
Bonjour @Selyos,<br /> Pouvez vous lister les défis techniques d’aujourd’hui?<br /> Je pense que vous confondez défis techniques avec meilleure amélioration technique possible pour pouvoir faire un maximum d’expériences et d’exploration sur place, diminuer drastiquement le coût (j’imagine que c’est le défi #1). La NASA n’a pas un budget aussi fou qu’on pourrait le croire.<br /> Pour ce qui est des «&nbsp;complots&nbsp;» récurrents, Defekator fait la lumière sur les plus connus:<br />
Guillaume1972
Ah complotisme,lorsque tu nous tiens, tu fais sans doute parti de ceux qui pensent aussi que les dinosaures sont une légende, triste époque…Nous n’avons sans doute jamais passés le mur du son non plus et Christophe Colomb n’est sans doute jamais allé en Amérique, ou bien que les pyramides ont été construites par des extraterrestres, ah ah ah…Même si tu allais personnellement sur la Lune, tu croirais au mensonge…Peut-être aussi fais-tu parti de ceux pensant que Defekator est au service du «&nbsp;système&nbsp;»…
Njbx
Il y a une différence entre aller sur la lune avec une probabilité d’échec 1/10 contre 1/1000 maintenant.<br /> En 69 ils sont bien allés sur la lune, mais ils avaient eu chaud au cul…
nirgal76
«&nbsp;Fin, je dis ça, je ne dis rien&nbsp;»<br /> Bah, dis rien alors.
tfpsly
Il y a une différence entre aller sur la lune avec une probabilité d’échec 1/10 contre 1/1000 maintenant.<br /> En 69 ils sont bien allés sur la lune, mais ils avaient eu chaud au cul…<br /> Exact. Et avec un budget bien plus conséquent à l’époque (en $ constant, corrigé de l’inflation).<br /> Faut dire qu’ils étaient en guerre froide à l’époque et que voir que l’URSS avait des lanceurs balistiques aussi puissants (la fusée russe ayant lancé Spoutnik était un missile balistique dont la charge nucléaire avait été remplacée par une capsule avec un satellite).<br /> C’est la frousse d’être si en retard sur la Russie en lanceurs (nucléaires entre autre, et aussi pour l’exploit de la conquête spatiale) qui a poussé les Américains à mettre tout les moyens possibles pour arriver sur la Lune en quelques années avant les Russes. Et quand ils ont vu que les Russes n’y iraient pas, les Américains ont aussi tout arrêté.<br /> Très bien expliqué par Neil deGrasse Tyson :<br />
jason56
Toi t’as pas fait des études. Commence par là.
wedgantilles
Ca va surtout aussi être une question de budget et de voir s’il sera effectivement maintenu, que Trump soit réélu ou non. Il n’y a pas vraiment de garantie que le budget soit maintenu dans le futur après les élections.
jason56
La NASA devrait tout sous-traiter à Space X.<br /> Il a jamais fait de mécanique il a créé Tesla<br /> Il n’a jamais étudié l’astronautique il met des gens en orbite<br /> Là cela lui occupera les vendredi après-midi et ce sera fait en temps dans les budgets
wedgantilles
C’est surtout une question de coût aujourd’hui et d’intérêt politique. C’était la guerre froide USA/URSS qui poussait tout ce monde à travailler sur ce projet.<br /> Il est évident qu’on y est allé, sans quoi pas d’échantillon de sol lunaire, ou tout les autres éléments que l’on peut voire qui confirme le fait d’y être allé. comme la mesure de la distance terre lune avec un laser, possible uniquement avec les miroirs placés sur place par les missions Apollo, et les atterrisseurs russe.
dontbugme
Le problème c’est qu’avec toute la technologie robotique actuelle, c’est complètement inutile d’envoyer des hommes, s’ils tentent de le faire ça sera seulement pour le préstige.<br /> Et c’est ridicule de risquer la vie d’etre humains rien que pour ça.<br /> Et c’est pas trump qui va risquer sa vie, alors il s’en fout…
tfpsly
jason56:<br /> La NASA devrait tout sous-traiter à Space X.<br /> Il a jamais fait de mécanique il a créé Tesla<br /> Non <br /> jason56:<br /> Il n’a jamais étudié l’astronautique il met des gens en orbite<br /> Il finance, mais non il n’invente ni ne monte les lanceurs lui-même
nirgal76
Tiens, cadeau :<br /> https://www.amazon.com/Celebrity-Prayer-Candles-Funny-Candle/dp/B07K1M8138<br /> 631×1500 91 KB
jason56
Possible mais c’est quand même sa société.<br /> Bill Gates n’a jamais écrit une ligne de Windows<br /> Jobs n’a pas écrit FreeBSD<br /> Linus ne développe plus depuis 20 ans<br /> IBM n’a pas créé Red Hat ni inventé le microordinateur<br /> Je peux même ajouter<br /> Musk ne nettoye pas non plus les chiottes de sa ses sociétés, pas plus qu’il ne passe l’aspirateur
tfpsly
sousturd:<br /> En supposant que les chiffres soit vrais ,comment expliquer que l’URSS ait fait bien mieux et plus rapidement que les USA avec un budget moindre tout en n’étant pas capable d’aller sur la Lune ?<br /> Encore aujourd’hui, la Russie à une avance technologique considérable sur l’armement par rapport aux USA avec un budget bien moindre.<br /> Comparer les budgets n’a pas trop de sens, un ingé russe ne coutant pas le même prix qu’un ingé américain par exemple.<br /> Pour l’avance des Russes : les Américains ont récupérer des scientifiques allemands; les Russes ont récupéré… des scientifiques ET leur centre de recherche + plein de matos à Peenemünde, en Allemagne de l’Est. Wiki.<br /> De nos jours les Russes ont une avance dans certains domaines (avioniques par ex), et du retard dans d’autres (principalement tout ce qui touche à l’électronique). Donc dire que l’un a «&nbsp;une avance technologique considérable sur l’armement&nbsp;» bof…
Blackalf
On revient au sujet, s.v.p.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

PS5 VS Series S et X : laquelle allez-vous précommander et pourquoi ?
Un développeur de Silk Road plaide coupable pour sa participation au site
Xbox Game Pass : 15 millions d'abonnés dans le monde, soit 5 millions de plus depuis avril
L'Apple Watch Series 6 alimentée par une batterie plus grosse dans un design plus fin
iOS 14 : plus de 25% des iPhone et iPad actifs ont reçu la mise à jour 5 jours après sa sortie
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Xbox Series X et Series S : les précommandes sont lancées !
Bon plan : la carte microSDXC SanDisk Extreme Pro 64 Go + adaptateur SD à moins de 20€
Un Raspberry Pi 3 et un soupçon d'IA pour mieux trier vos déchets
Haut de page