Fortnite : des avocats canadiens veulent attaquer Epic Games en justice pour "dépendance au jeu"

Alexandre Boero Contributeur
05 octobre 2019 à 08h10
0
Epic games fortnite battle royal
© Shutterstock.com

Un cabinet d'avocats montréalais veut lancer une action sous forme d'action collective contre l'éditeur du célèbre jeu, accusé de créer une dépendance chez les jeunes.

Le débat de la dépendance aux jeu vidéo est éternel et n'épargne évidemment pas le populaire Fortnite. Vendredi soir, les médias canadiens ont relayé l'attaque que prépare le cabinet d'avocats CaLex, qui exerce à Montréal. Celui-ci veut exercer une action collective contre l'éditeur du jeu, le studio Epic Games. Il en a officiellement fait la demande auprès de la Cour supérieure du Québec, juridiction locale de première instance (et parfois d'appel).

Epic Games aurait violé la loi canadienne sur la protection du consommateur

Le cabinet veut être le représentant et le défenseur des joueurs vivant au Québec ayant développé une addiction, une dépendance après avoir joué à Fortnite. Alessandra Esposito Chartrand, l'un des deux avocats dépositaires de la requête devant la justice canadienne avec Jean-Philippe Caron, accuse Epic Games d'avoir « intentionnellement créé le jeu en ayant les jeunes en tête ».


Les juristes montréalais considèrent qu'Epic a violé la loi sur la protection du consommateur en ayant « omis et/ou négligé de divulguer aux utilisateurs les risques et dangers associés » à la pratique du jeu. Plus loin encore, ils pensent que le studio a intentionnellement et de façon illicite porté atteinte aux droits à la sécurité, à la vie et à l'intégrité des utilisateurs. Une entorse qui serait contraire à la Charte des droits et libertés de la personne du Québec.

Tout est fait pour tenir en haleine le joueur

Les parents prenant part à cette requête ont des enfants âgés de 10 et 15 ans, qui souffriraient de cette dépendance causée directement par le jeu. Ils affirment que s'ils avaient eu connaissance des risques d'addiction, ils auraient empêché leurs enfants de télécharger Fortnite. Maître Esposito Chartrand déroule un peu plus les conséquences du jeu, affirmant que les enfants ne développent plus suffisamment leurs émotions humaines, se mettant en retrait et entrant « dans un engrenage », ajoute-t-elle.

Enjeux, événements réguliers, skins, emotes, le titre aux 250 millions de joueurs parvient à tenir en haleine ses utilisateurs. Et à ce propos, les juristes ont constaté la facilité avec laquelle on peut accéder à la boutique virtuelle du jeu. « Le monde joue pour faire de l'argent », regrette un assidu joueur, Antoine Fraser. « On a perdu l'essence du jeu ».

La dépendance aux jeux vidéo ? Un trouble de la santé mentale, pour l'OMS

Pour les avocats Esposito Chartrand et Caron, Fortnite a recours « aux mêmes tactiques que les créateurs de machines à sous », en faisant miroiter le gain de récompenses variables à ses joueurs. Des psychologues opérant pour Epic Games auraient réfléchi pendant quatre ans aux mécanismes accrocheurs.


Rappelons que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé, en mai dernier, que la dépendance aux jeux vidéo est enfin considérée comme un trouble de la santé mentale, ce qui donne une certaine crédibilité à cette requête en justice, dont on ignore si elle éveillera les consciences ou si elle ne restera que purement symbolique.

Source : Radio Canada
Modifié le 07/10/2019 à 07h55
35 réponses
25 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Des députés proposent de taxer les véhicules en fonction de leur poids
Un chercheur lance une pétition pour rendre gratuits les articles liés au réchauffement climatique
La nouvelle Livebox d'Orange est enfin dévoilée !
Red Dead Redemption 2 : la version PC réclamera
Des équipes d'Amazon chargées de scruter les images des caméras de surveillance de la marque
Le gouvernement américain bannit huit nouvelles entreprises chinoises de la tech
Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes
Blizzard demande leur carte d'identité aux pro-manifestants de Hong Kong pour supprimer leur compte
LDLC.com à nouveau élu Service Client de l'Année 2020
Xavier Niel défend le projet Libra... dans lequel il a investi

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top