L'industrie du jeu vidéo s'oppose à la classification de l'addiction aux jeux vidéo comme maladie

Thibaut Popelier Contributeur
29 mai 2019 à 10h21
0
Jeux vidéo addiction

C'est désormais officiel, les joueurs accrocs aux jeux vidéo pourront être reconnus comme étant malades et donc recevoir les traitements qui vont avec. Cette décision a été prise par l'OMS et a fait réagir les gamers mais aussi les professionnels de l'industrie du jeu vidéo. Les tractations risquent de durer encore un moment...

Une maladie comme les autres ?

En 2014, l'Organisation Mondiale de la Santé s'était déjà penchée sur le cas du jeu vidéo en classifiant le jeu pathologique comme un trouble ayant des répercutions sur la vie quotidienne, aussi bien dans le cadre privé que professionnel. Le 27 mai dernier, l'OMS a franchi une nouvelle étape en reconnaissant la dépendance au jeu vidéo comme une maladie ou plus précisément comme un trouble de la santé mentale.

Ainsi, celles et ceux qui seront diagnostiqués pourront recevoir des traitements médicaux. Cette annonce n'a pas été du goût de tout le monde et l'industrie de ce média a réagi rapidement en s'opposant fermement à cette classification. Même si les prérogatives pour être reconnu « malade » sont nombreuses (altération significative du comportement pendant au moins 12 mois par exemple), l'image du jeu vidéo se retrouve encore une fois traînée dans la boue, aux yeux de certains.

Plusieurs pays protestent

L'Entertainment Software Association (ou ESA) a ainsi publié un communiqué pour demander à l'OMS revoir son jugement :

« L'industrie mondiale du jeu vidéo - incluant des représentants à travers l'Europe, aux USA, au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Corée du Sud, et au Brésil - fait aujourd'hui appel aux états membres de l'OMS pour qu'il réexaminent rapidement leur décision d'inclure la pratique excessive du jeu vidéo dans la onzième révision de la classification internationale des maladies.
L'OMS est une organisation très estimée et ses directives doivent se baser sur des enquêtes, analyses et autres rapports menés par des experts indépendants. Le trouble du jeu vidéo n'est pas documenté par des preuves solides pour justifier sa classification...
 ».

Pour le moment, l'OMS n'a pas répondu à ce communiqué de l'ESA. Ce feuilleton risque donc de se poursuivre pendant plusieurs jours, le temps que la question soit définitivement tranchée.

Source : ESA

E3 2019 : suivez l'événement en live avec Clubic !

banner_e3
A partir du 8 juin et durant toute la durée du salon, retrouvez Clubic en live sur Twitch, Youtube ou encore Facebook pour vivre en direct l'E3 2019 !
Modifié le 07/06/2019 à 13h56
22 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Consommation de
Débat | YouTube change-t-il pour le pire ?
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
Les camions électriques Volvo sont désormais en vente (et bientôt sur nos routes)
Facebook active la caméra et le micro des iPhone en permanence sans en avertir les utilisateurs
Sonic le Film : après la polémique, le hérisson bleu dévoile son nouveau look
Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top