Google a exclu l'équipe "sécurité et vie privée" de son projet de moteur chinois

le 03 décembre 2018 à 07h42
0
Google en Chine ?

Une longue enquête revient sur les conditions à Google quant au retour de son moteur de recherche en Chine. Un projet qui fait bien des remous en interne.

L'éthique n'a jamais été au coeur des discussions concernant le retour de Google en Chine


Le projet Dragonfly est probablement le sujet le plus discuté à la machine à café du quartier général de Google. Ce nom énigmatique désigne le retour programmé du moteur de recherche en Chine, après avoir quitté le pays en 2010 pour protester contre la censure. Une enquête réalisée par The Intercept dévoile les coulisses de ce projet à haut risque pour l'image de marque d'une entreprise dont le slogan a longtemps été « Don't be evil ».

Les premières discussions à propos de Dragonfly ont débuté en février 2017. Et dès le départ les personnes présentes lors des réunions ont été déconcertées par la teneur des débats. Les cadres de l'entreprise leur ont révélé que l'infrastructure du système de recherche dépendrait d'une société partenaire chinoise disposant de centres de données à Beijing ou à Shanghai.

Cette décision permettrait aux autorités chinoises d'avoir un accès complet sur les requêtes de recherche, et de cibler précisément les opposants au régime. Pour les dirigeants de Google, ce vrai problème éthique ne semblait pas si important pour changer de cap, notamment Scott Beaumont, responsable des opérations de Google en Chine qui « n'a pas estimé que les équipes juridiques, de sécurité et de protection de la vie privée devraient être en mesure de remettre en question ses décisions concernant les produits, et a maintenu une relation ouvertement antagoniste avec elles » selon Yonatan Zunger, un employé aux 14 ans d'ancienneté et qui a quitté l'entreprise à cause de cette affaire.

Le moteur de recherche a même été encore plus loin en éloignant l'équipe chargée de la sécurité et de la protection de la vie privée du projet Dragonfly. Plus aucun de ses membres n'ont été conviés aux réunions suivantes, comme ils le racontent aujourd'hui sous couvert d'anonymat.

Une protestation en interne sans effet pour le moment


Google a entrepris une politique visant à supprimer toute critique de l'entreprise en interne concernant cette réimplantation chinoise qui déchaine les passions entre les employés du groupe. Certains ingénieurs et autres membres du personnel informés du projet (quelques centaines sur les 88 000 salariés dans le monde) ont appris qu'ils risquaient de perdre leur emploi s'ils osaient en discuter avec des collègues qui ne travaillaient pas eux-mêmes sur Dragonfly.

Aujourd'hui, les employés de Google font pression sur leur direction pour abandonner rapidement ce projet et cesser toute tentative de retour en Chine, si cela doit passer par le sacrifice des valeurs de l'entreprise et une compromission vis-à-vis du gouvernement chinois. Une lettre ouverte à été signée par 1000 d'entre eux, sans réaction du moteur de recherche pour le moment.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

William Shatner (Star Trek) nous raconte en vidéo comment la NASA va retourner sur la Lune
Une app mobile pour diagnostiquer les otites en
Désenchantée : la saison 2 pour tous sur Netflix dès le 20 septembre
Edge Chromium, la version de développement continue son évolution
Les bactéries océaniques qui produisent de l’oxygène altérées par la pollution plastique
Hyundai et Kia investissent dans Rimac pour développer deux sportives électriques
Fondation / e / : des smartphones Android remis à neuf... les services Google en moins
La dernière maj Xbox One vous permet de voir si vos amis jouent sur PC ou console
Formule E : notre reportage dans l’antichambre des voitures électriques
Des chercheurs conçoivent un réseau de neurones artificiels
Fête des mères, nos 15 idées cadeaux pour gâter votre maman
Mercedes : le constructeur veut des voitures neutres en CO2 d'ici 2039
Être propriétaire de sa voiture, un modèle bientôt dépassé d'après le CEO de Volvo
Guacamelee! Super Turbo Championship Edition est gratuit sur le Humble Store
VivaTech 2019 - AMY (RATP), l'appli qui utilise les ultrasons pour alerter les piétons d'un danger
scroll top