Les séquelles des sous-traitants ex-modérateurs de Facebook font peur

21 septembre 2019 à 20h20
0
Facebook

Derrière la modération de contenu, des milliers de personnes travaillent pour rendre Facebook plus sûr. Cependant, ces contenus sont visionnés par les employés de ces entreprises qui révèlent développer des syndromes post-traumatiques.

Même si Facebook déclare faire son possible pour faciliter la vie de ses modérateurs, les langues se délient et depuis février, certains d'entre eux révèlent les horreurs qu'ils peuvent voir chaque jour sur le réseau social.

De l'horreur huit heures par jour

Dans le bureau de modération situé à Berlin, les employés sont à bout. Facebook leur ayant fait signer un accord de confidentialité, les noms ont été changés, mais les horreurs sont véritables.

Avant ces révélations, chacun devait modérer 1 000 messages en huit heures, soit un post toutes les 30 secondes. Une cadence que les employés ne peuvent plus tenir et qui a été divisée par deux depuis. Payés au salaire minimum, ils travaillent de jour comme de nuit et le week-end. Les monstruosités qu'ils voient chaque jour sont sans fin.

La plupart révèlent que le plus dur a été de lire les messages privés entre enfants et adultes qui sont « à 90 % sexuels » et souvent « violents et terrifiants ».


« Nous avons des hommes riches, blancs, d'Europe ou des USA, qui écrivent à des enfants des Philippines... qui essaient d'avoir des photos sexuelles moyennant 10 ou 20 $ », explique l'un d'eux.

De même, certains ont totalement perdu pied à cause de la haine, mais aussi des fake news qu'ils voient chaque jour : « Les vidéos complotistes et les memes qu'ils voient chaque jour les emmènent graduellement dans un univers parallèle », expliquait The Verge dès février.

« Une personne normale, une personne libérale voire progressiste, peut devenir conservatrice, plus concernée par les problèmes de migrants par exemple », déclare Daniel, un ancien employé. « En effet, la plupart des messages de haine que nous recevons sont basés sur des fake news qui visent à partager des opinions politiques très particulières ».


Graphic content

Une crise mal gérée par Facebook

Après ces révélations, Facebook a décidé de baisser la charge de travail de ses employés, ce qui n'est pas suffisant car c'est d'un suivi psychologique dont ils ont besoin.

Certains ont tenté d'en parler à un conseiller, qui leur a dit de trouver un psychologue par leurs propres moyens. Les modérateurs gèrent donc le stress comme ils le peuvent, souvent dans la drogue et l'alcool. Daniel explique avoir vu qu'un de ses collègues cherchait un Taser sur Internet par peur des étrangers, tandis qu'un autre employé dormait avec une arme.

Des solutions semblent compliquées à trouver, car le travail est méconnu. Engager plus de monde peut être une solution, mais l'horreur reste la même.


La conclusion nous vient de Gina, une ex-employée du bureau berlinois : « Je pense que c'est une violation des droits de l'Homme. Vous ne pouvez pas demander à quelqu'un de travailler vite, de bien travailler et de voir tout ce contenu. Les choses qu'on a vues ne sont pas normales ».

Source : The Guardian
18
17
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
Malgré le coronavirus, Tesla sauve les meubles au second trimestre 2020 avec plus de 90 000 livraisons
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
La 5G, une technologie pour
53 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019, un record pas très glorieux
5G : à Singapour, Ericsson et Nokia sont préférés à Huawei, encore...
Windows : le futur design du menu démarrer montre ses variantes
Les jeux PS5 et Xbox Series X plus onéreux que sur les consoles actuelles ?
PlayStation suspend temporairement ses publicités sur Facebook et Instagram
scroll top