Les séquelles des sous-traitants ex-modérateurs de Facebook font peur

Laura Léger Contributrice
21 septembre 2019 à 20h20
0
Facebook

Derrière la modération de contenu, des milliers de personnes travaillent pour rendre Facebook plus sûr. Cependant, ces contenus sont visionnés par les employés de ces entreprises qui révèlent développer des syndromes post-traumatiques.

Même si Facebook déclare faire son possible pour faciliter la vie de ses modérateurs, les langues se délient et depuis février, certains d'entre eux révèlent les horreurs qu'ils peuvent voir chaque jour sur le réseau social.

De l'horreur huit heures par jour

Dans le bureau de modération situé à Berlin, les employés sont à bout. Facebook leur ayant fait signer un accord de confidentialité, les noms ont été changés, mais les horreurs sont véritables.

Avant ces révélations, chacun devait modérer 1 000 messages en huit heures, soit un post toutes les 30 secondes. Une cadence que les employés ne peuvent plus tenir et qui a été divisée par deux depuis. Payés au salaire minimum, ils travaillent de jour comme de nuit et le week-end. Les monstruosités qu'ils voient chaque jour sont sans fin.

La plupart révèlent que le plus dur a été de lire les messages privés entre enfants et adultes qui sont « à 90 % sexuels » et souvent « violents et terrifiants ».


« Nous avons des hommes riches, blancs, d'Europe ou des USA, qui écrivent à des enfants des Philippines... qui essaient d'avoir des photos sexuelles moyennant 10 ou 20 $ », explique l'un d'eux.

De même, certains ont totalement perdu pied à cause de la haine, mais aussi des fake news qu'ils voient chaque jour : « Les vidéos complotistes et les memes qu'ils voient chaque jour les emmènent graduellement dans un univers parallèle », expliquait The Verge dès février.

« Une personne normale, une personne libérale voire progressiste, peut devenir conservatrice, plus concernée par les problèmes de migrants par exemple », déclare Daniel, un ancien employé. « En effet, la plupart des messages de haine que nous recevons sont basés sur des fake news qui visent à partager des opinions politiques très particulières ».


Graphic content

Une crise mal gérée par Facebook

Après ces révélations, Facebook a décidé de baisser la charge de travail de ses employés, ce qui n'est pas suffisant car c'est d'un suivi psychologique dont ils ont besoin.

Certains ont tenté d'en parler à un conseiller, qui leur a dit de trouver un psychologue par leurs propres moyens. Les modérateurs gèrent donc le stress comme ils le peuvent, souvent dans la drogue et l'alcool. Daniel explique avoir vu qu'un de ses collègues cherchait un Taser sur Internet par peur des étrangers, tandis qu'un autre employé dormait avec une arme.

Des solutions semblent compliquées à trouver, car le travail est méconnu. Engager plus de monde peut être une solution, mais l'horreur reste la même.


La conclusion nous vient de Gina, une ex-employée du bureau berlinois : « Je pense que c'est une violation des droits de l'Homme. Vous ne pouvez pas demander à quelqu'un de travailler vite, de bien travailler et de voir tout ce contenu. Les choses qu'on a vues ne sont pas normales ».

Source : The Guardian
18 réponses
17 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...
SpaceX : plutôt 42 000 satellites pour Starlink ?
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top