Messenger Kids : Facebook s’attaque aux enfants

le mardi 05 décembre 2017
En novembre 2017, Sean Parker, cofondateur de Facebook, revenait sur la création du réseau social et comment ses collègues et lui ont créé une plateforme destinée à rendre ses utilisateurs totalement accros. Moins d'un mois plus tard, le 4 décembre 2017, la firme de Menlo Park dévoile une version de Facebook qui se destine aux enfants de moins de 13 ans.

Ce n'est pas encore un véritable profil Facebook que les plus jeunes peuvent avoir, mais une version dédiée de l'application de messagerie instantanée Facebook Messenger.

Facebook Messenger Kids : le contrôle total accordé aux parents


Bien que Facebook soit en théorie interdit aux enfants de moins de 13 ans, il est courant qu'un enfant y ait son propre profil, avec ou sans l'accord de ses parents. Facebook ne demande pas de carte d'identité donc il suffit d'entrer une date de naissance au hasard et le tour est joué. Avec Messenger Kids, le réseau social de Mark Zuckerberg veut répondre en partie à cette problématique.

Puisqu'il n'était pas question d'ouvrir Facebook aux plus jeunes, le groupe leur a ouvert la messagerie instantanée. Avec Messenger Kids, les enfants pourront discuter avec leurs amis sur une application dédiée. Mais les parents gardent le contrôle sur cette application, ce qui devrait en partie les rassurer. Il est notamment impossible pour l'enfant de créer son propre profil.

01f4000008776336-photo-messenger-kids.jpg


Des fonctionnalités réduites et une plateforme sécurisée


Pour rassurer les parents, Facebook a pensé à tout : pour commencer, un enfant ne peut pas avoir de profil. Pour créer un profil Messenger Kids, qui n'offre que des fonctionnalités limitées, il faut qu'un des deux parents utilise son propre profil Facebook. De même, seuls les parents peuvent ajouter et accepter des « amis » sur le profil de leur enfant. Les parents de deux enfants doivent forcément être amis Facebook pour que les deux profils Messenger Kids puissent être reliés : de quoi contrôler totalement les contacts.

Les enfants, eux, peuvent utiliser Messenger Kids sur leur tablette ou leur smartphone Apple, Facebook n'ayant pas encore déployé pour l'instant la version Android. Ils peuvent en outre communiquer avec des adultes qu'ils auraient en amis, Messenger Kids étant compatible avec Facebook Messenger classique.

Naturellement, Facebook a créé une équipe dédiée pour intervenir rapidement sur les contenus potentiellement dangereux et a épuré les filtres vidéo ou encore les Gifs pour qu'ils soient adaptés aux plus petits.

Mais toute médaille a un revers : puisque Facebook a l'accord des parents (ce sont eux qui ont créé le mini-profil), l'entreprise peut collecter des données personnelles sur les enfants comme les messages échangés, leur nom ou encore leur date de naissance. Autre détail : les parents ne peuvent pas surveiller les enfants ni les messages qu'ils s'échangent entre eux. Pour ce faire, ils devront demander à leur enfant l'autorisation d'accéder à son profil, ce qui permet aussi de respecter la vie privée de l'enfant, surtout des pré-adolescents.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top