Amnesty International dénoncent la surveillance de Facebook et Google

21 novembre 2019 à 10h45
0
données facebook

L'ONG s'inquiète de l'impossibilité pour des milliards d'individus de se passer des services proposés par les GAFAM, et plaide pour davantage de régulation de la part des gouvernements.

Amnesty International n'y va pas par quatre chemins pour décrire les pratiques de Google et Facebook. L'ONG a publié un rapport qui pointe du doigt la surveillance généralisée mise en place par les deux entreprises au travers de leurs différents services.

Le modèle économique de Google et Facebook qualifié de « menace » pour les droits de l'Homme

L'étude montre que Google capte aujourd'hui 90 % des recherches effectuées dans le monde et qu'un tiers de la planète utilise quotidiennement l'un des services en ligne détenus par Facebook. « Des milliards de personnes n'ont d'autre choix que d'accéder à cet espace public selon les conditions dictées par Facebook et Google », indique Kumi Naidoo, Secrétaire général d'Amnesty International.

Le nœud du problème vient du modèle économique spécifiquement mis en place par ces deux sociétés, basé sur la collecte de données personnelles nécessaires à l'élaboration de publicités ciblées, qualifiées de « menace systémique pour les droits de l'homme ».

« La prédominance des plateformes signifie qu'il est désormais impossible de s'engager sur Internet sans "consentir" à leur modèle commercial basé sur la surveillance ", ajoute le rapport.


« L'extraction et l'analyse des données personnelles, dans des proportions aussi gigantesques, sont incompatibles avec les différentes facettes du droit à la vie privée, notamment la liberté de ne pas subir d'intrusion dans nos vies privées, le droit de contrôler les informations nous concernant et le droit à un espace nous permettant d'exprimer librement nos identités ».

Amnesty International souhaite une régulation d'urgence de ces plateformes

Amnesty International plaide donc pour un changement de modèle économique de ces entreprises. Interrogée à ce sujet par The Verge, Facebook a préféré botter en touche par la voix de l'un de ses porte-paroles : « Notre modèle d'entreprise est de savoir comment des groupes comme Amnesty International, qui diffusent actuellement des publicités sur Facebook, atteignent leurs sympathisants, collectent des fonds et font avancer leur mission ».

L'autre solution reste la régulation par les États des pratiques de ces sociétés. Si les gouvernements se penchent activement sur la question en ce moment même, Amnesty International souhaite aller plus vite.


« Il est maintenant temps de reconquérir cet espace public vital pour tout le monde plutôt que quelques puissantes entreprises de la Silicon Valley qui n'ont pas de comptes à rendre », conclut Kumi Naidoo.

Source : The Verge
Modifié le 21/11/2019 à 11h08
3
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
HP désactive vos cartouches d’encre à distance en cas de résiliation à son service d’abonnement
Taxation du numérique : après une discussion Macron/Trump, la taxe provisoirement suspendue
Démarchage téléphonique : plusieurs associations lancent une pétition pour y mettre fin
Réforme de l'audiovisuel : du cinéma chaque jour de la semaine sur les chaînes gratuites ?
La police va pouvoir extraire toutes les données de vos smartphones en 10 minutes chrono
La baisse de prix sur les cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 2060 est officielle !
Kaamelott : un premier teaser et une date de sortie avancée pour le film
Netflix se bat contre Disney+ à coup de Google Trends : The Witcher y exploserait The Mandalorian
L'ESA travaille sur une usine capable de transformer la poussière de Lune en oxygène

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top