Guerre en Ukraine : comment les plateformes sociales déjouent les fake news

03 mars 2022 à 14h55
10
Réseaux sociaux © © Chesnot / Getty Images

La guerre entre la Russie et l'Ukraine ne se passe pas seulement sur le terrain, c'est également une guerre d'opinion et de propagande en ligne, intensifiée par l'énorme popularité des réseaux sociaux et leurs failles. Mais les grandes plateformes réagissent et prennent des décisions pour limiter le plus possible les fausses informations venant, notamment, de Russie.

Un peu plus actives depuis les dernières élections et la pandémie, les grandes plateformes sociales doivent redoubler de vigilance quant aux contenus postés concernant la guerre en cours en Ukraine et mettent en place, pour la plupart, des actions concrètes.

Les plateformes de microblogging agissent de manière inégale

Meta (Facebook, Instagram, WhatsApp) 

À l'appel de nombreux chefs d’État européens, les profils des médias d’État russes Sputnik ou encore Russia Today ont été restreints sur Facebook et Instagram dans les pays de l'Union européenne et en Ukraine ; ces sites étaient en effet accusés de diffuser la propagande du gouvernement russe sur la guerre.

Dans les zones où ces médias sont encore présents, l'entreprise a coupé ses parts de revenus avec eux pour limiter leur monétisation. Leurs contenus ne profiteront plus d'une place de choix dans les fils d'actualité et l'algorithme ne devrait plus les recommander aux utilisateurs.

Les réseaux appartenant au groupe Meta (Instagram, Facebook, WhatsApp et Messenger ) sont également très utilisés par le peuple russe pour organiser des actions contre la guerre. Selon Nick Clegg, le président des affaires globales de la marque, Meta encourage ces actions et le fact checking indépendant, allant à l'encontre des autorités russes qui demandaient l'arrêt de ces pratiques. En réponse, l'utilisation de ces réseaux a été limitée sur le territoire par l’État russe.
Pour finir, un certain nombre de bonnes pratiques ont été partagées pour aider les utilisateurs, notamment ukrainiens, à mieux protéger leur compte.

Twitter 

À l'instar de Meta, Twitter a partagé le 24 février dernier dans un thread des bonnes pratiques pour mieux sécuriser son compte lorsqu'il est utilisé en zone de conflit.

D'autre part, Twitter dispose d'une politique précise concernant le partage de fausses informations (deepfakes, vidéos mensongères, etc.). En fonction de la gravité de l'atteinte à cette politique, une information partagée peut être supprimée ou marquée comme douteuse.

C'est ce qu'a mis en place l'entreprise pour les liens renvoyant directement sur des médias d’État comme Russia Today ou Sputnik, qui sont désormais marqués comme « affiliés à l’État russe » afin de prévenir les utilisateurs de la présence dans ces articles de possibles fausses informations et de propagande. Cette action concernerait environ 45 000 tweets par jour depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie (selon le responsable de l'intégrité de la plateforme Yoel Roth).

Enfin, autre exemple d'action menée par le réseau social, Twitter, juste avant l’invasion, avait désactivé les publicités dans les deux pays afin de ne pas surcharger les fils d'actualités de posts pouvant occulter des informations importantes.

LinkedIn

On peut trouver cela surprenant vu la nature de la plateforme, mais LinkedIn n'est pas à l'abri de la désinformation, loin de là, et encore plus depuis le début de la pandémie et les dernières élections présidentielles américaines.

Peu de mouvement en revanche de ce côté, si ce n'est une surveillance accrue des discussions qui ont lieu sur la plateforme et des vérifications plus minutieuses de la provenance des articles publiés. Le réseau détenu par Microsoft s'appuie surtout sur le respect de sa politique d'utilisation qui stipule clairement : « Utilisez votre véritable identité et partagez des informations réelles et authentiques ».

Des actions drastiques sur les réseaux de partage de vidéos

YouTube

Avec ses millions d'abonnés dans le monde (plus de 1,5 million pour le seul compte français), la chaîne Russia Today était un instrument puissant et lucratif de propagande russe. Après avoir démonétisé la chaîne, YouTube a finalement décidé de la bloquer complètement ainsi que Sputnik.

Sputnik
La chaîne YouTube Russia Today France a été supprimée tandis que l'accès à Sputnik est restreint sur le territoire

La plateforme a également supprimé de petites chaînes pro-russes avec très peu d'abonnés, suspectées de participer à « l'opération d'influence Russe » et de partager des fausses informations à destination des ukrainiens.

TikTok

Des centaines de millions d'utilisateurs dans le monde s'y rassemblent pour des challenge vidéo ou des pastilles humoristiques, mais TikTok est aussi devenue une plateforme très importante dans le partage d'informations sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Et à l'inverse, elle s'est aussi transformée en un énorme réseau de désinformation sur ces événements tragiques.

L'entreprise n'est pas restée les bras croisés et a, dès lundi, restreint totalement les vidéos venant de Sputnik et Russia Today. Des actions sont également prises auprès des utilisateurs qui violent les règles d'utilisation de la plateforme en postant par exemple des contenus faux ou faisant l'éloge de la violence. Un énorme travail (tant la masse de vidéos partagées chaque jour est importante), que l'entreprise mène en lien notamment avec des organisations indépendantes de fact checking.

Ce travail risque de devenir plus compliqué encore, l'entreprise détenue par le chinois ByteDance venant d'annoncer l'arrivée des vidéos de 10 minutes contre 3 minutes maximum actuellement.

Snapchat

Par son caractère plus privé, Snapchat n'est jamais vraiment devenu un instrument de diffusion de fausses informations. Les groupes restreints et les messages à la durée de vie éphémère font heureusement de cet outil un mauvais diffuseur d'informations erronées et de propagande. Mais l'entreprise a tout de même pris des mesures : l'arrêt des publicités en Ukraine, Russie et Biélorussie et l'abandon des ventes d'espaces publicitaires auprès des entreprises russes et biélorusses.

Toutes ces actions prises par les grandes plateformes sociales sur internet n’arrêteront en aucun cas la diffusion de fausses informations et de propagande mais elles devraient en limiter la prolifération et leur impact auprès des utilisateurs, tout en les appelant à une extrême prudence concernant ce qui est posté en ligne. Enfin, ces événements dramatiques remettent une pièce dans la machine du discours sur l'impact phénoménal qu'ont les réseaux sociaux auprès des utilisateurs.

Source : Mashable

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
10
Archeus
Il faudrait désactiver toutes les sources qui ont parlé des 13 soldats ukrainiens morts pour être à égalité :-).
foufou2022
Je pense que tout les medias font de la propagande ou bien arrangent la verite a leur propre sauce: que ce soit les medias francais/americains/russes etc…<br /> A chacun ses interets! Les medias francais durant les 1ere et 2nde guerre mondiale n’etaient pas avares en propagande. Ex: « Les balles allemandes ne tuent pas » etc…<br /> Perso j’ai du mal a accorder ma confiance aux medias, mainstream et encore moins complotistes. Chacun re-arrange l’histoire a sa sauce quand ce n’est pas de l’ignorance ou de la stupidite de stagiaires… Je me rappelle durant le conflit syrien, France 24 montrait des archives de Bagdad soi-disant en direct en disant que c’etait Damas…
Nervantoss
Seul ceux qui ont conscience de leur malhonnêteté ont la nécessité de la censure.<br /> Personne ne devrait oublier que ce nettoyage de l’info vient de ceux qui nous on vendu la guerre d’Irak comme légitime et moral. un mensonge à minium 100 000 mort.<br /> Guerre de Libye, 6 ans après un rapport confirme toutes les théorie du complot: pétrole, control de la monnaie en Afrique…<br /> On pourra peut être ajouter la Syrie, bientôt, quoi que les USA sont très calme maintenant qu’ils ont le control de la zone pétrolière pour leurs petits protégés.<br /> La gestion de l’info par ces gens, c’est confier une école à un pédophile.<br /> Bataillions Azov, Secteur Droit, Partis Svoboda…ils vous en parleront peut etre dans 10 ans à propos de l’Ukraine…
jardinero
Savoir à qui on doit ça est une chose ,aider les victimes en est une autre .
carinae
Parce que tu penses réellement qu’ils ont été a égalité ? Se faire bombarder par une frégate qui se tient respectueusement a distance et, a priori, avec un petit coup de main de l’aviation en plus…sait on jamais…<br /> Ça montre au moins la réalité …et le courage de certains. Pour l’égalité ça se pose un peu là…
Olivier22
Depuis la pandémie, il devient difficile de savoir de prime abord quelle information est digne de foi. Combien d’infos dites « complotistes » se sont avérées proche de la réalité quelques temps plus tard?<br /> Assez pour prendre ne plus pour argent comptant les versions matraquées sans relâche par les médias mainstream, comme on dit.<br /> Tout ce qu’on peut dire, c’est que les RS font le ménage de tout ce qui n’est pas vérité officielle du moment. Est ce un bien pour la liberté et la diversité de l’information? je ne pense pas
CM35
Nervantoss:<br /> Bataillions Azov, Secteur Droit, Partis Svoboda…ils vous en parleront peut etre dans 10 ans à propos de l’Ukraine…<br /> CANAL+ l’a déjà fait avec le documentaire « Ukraine : les masques de la révolution » diffusé le 1er février 2016 dans l’émission “Spécial Investigation” :<br />
foufou2022
La Syrie je peux en parler pour y avoir vécu presque 20 ans!! On entre dans la 11ème année de guerre: la population vit dans la misère. Avant la guerre il fallait 60 livres syrienne pour 1 euro, aujourd’hui c’est plus de 4000 livres pour 1 euro. Le salaire d’un fonctionnaire moyen avant-guerre était de 15 000 livres syriennes (. Aujourd’hui c’est 30 000 livres syrienne je te laisse faire le calcul au taux actuel. En attendant d’un coté Bachar el Assad est toujours là et toujours au pouvoir plus ou moins… Aujourd’hui c’est surtout les Russes qui sont présents en nombre à Damas et c’est eux qui gèrent la Syrie principalement. Et de l’autre tu as les opposants au régime syrien/russe: des islamistes en majorité. (je parle de ceux qui ont un certain pouvoir et une certaine influence car il y a des opposants comme moi qui détestent et Bachar et les islamistes bien évidemment) Et entre la peste et le choléra tu as les civils qui, entre ces deux horreurs, sont impactés par des sanctions économiques de la part de l’UE, des USA… si tu as 2 heures d’electricité par jour à Damas c’est une bonne journée, pareil pour l’eau et encore ce n’est pas le pire ca s’est « amelioré ». Voila pourquoi je suis contre les sanctions contre un état car ce n’est jamais (ou rarement) le gouvernement qui paye, c’est des gens comme vous et moi.
atmen
Ah bon, une liste?
gerardgillieaux
Ils vous parleront peut-être aussi du groupe Wagner à propos de la russie (sans majuscule)…<br /> fr.wikipedia.org<br /> Groupe Wagner<br /> Pages pour les rédacteurs déconnectés en savoir plus<br /> Pour les articles homonymes, voir Wagner.<br /> Le fond de cet article est à vérifier (mars 2022).<br />
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Profitez de Netflix, Prime, à l'étranger grâce à ce VPN à prix réduit
Une visiteuse de Disney World se fait extorquer 40 000 dollars via son Apple Watch
Bon plan VPN : préservez votre anonymat en ligne avec ces 3 offres à prix fou !
Découvrez comment votre carte SIM pourrait protéger vos données des hackers
Attention à ce malware qui se propage et menace votre navigateur
Découvrez Proton, la toute nouvelle identité visuelle de ProtonMail
Opera VPN Pro est désormais disponible sur Windows et macOS
Zoom sur Fronton, le botnet russe qui multiplie les fake news sur les réseaux
YouTube retire 70 000 vidéos de désinformation pour contrecarrer la propagande russe sur la guerre en Ukraine
Face au malware XorDdos, Microsoft recommande son navigateur Edge aux utilisateurs de Linux
Haut de page