Trafic aérien : -53% en mars, plus forte baisse de l'histoire moderne

30 avril 2020 à 09h50
0
escaliers-aéroports.jpg
Les pistes d'atterrissage du monde entier sont en grande partie désertées (© Pixabay)

Le COVID-19 est évidemment le grand responsable de la chute historique du trafic, qui n'épargne aucune zone du globe.

L'Association internationale du transport aérien (IATA), a annoncé mercredi 29 avril les résultats du trafic aérien mondial de passagers pour le mois de mars 2020. Le secteur aérien ayant été parmi les premiers à être foncièrement impacté par la crise de coronavirus, sans grande surprise, il s'agit de la plus forte baisse de l'histoire moderne de l'aviation, loin devant les crises du 11 septembre, de la crise financière de 2008 ou de l'éruption de l'Eyjafjallajökull.


Il n'y a avait plus eu si peu de passagers dans les avions depuis 2006

En mars 2020, le trafic aérien a plongé de 52,9 % par rapport à mars 2019. Très exactement, cette donnée concerne le RPK (Revenue passenger kilometer) ou kilomètre-passager payant. « Il s'agit de la plus forte baisse de l'histoire récente, reflétant l'impact des mesures gouvernementales visant à ralentir la propagation du COVID-19 », constate l'association IATA. Pour retrouver si peu de passagers dans les airs sur un mois, il faut remonter à 2006.

Au niveau des zones géographiques, l'Asie-Pacifique (-59,9%) est la région la plus désertée, devant l'Europe (-51,8%).

L'organisation, qui représente plus de 290 compagnies aériennes, note également une très forte baisse de la capacité en siège par kilomètre (ASK ou available seat kilometer), qui a diminué de 32,6 % sur un an, tout comme l'indice d'occupation des sièges à bord des avions, qui s'est effondré de 60,6 % sur une année. Sur cette dernière statistique, l'Europe (-67%) et l'Amérique latine (-68,1%) sont toujours les deux plus gros marchés de l'aérien mais aussi les deux à subir le plus la crise.


passagers-trafic-IATA.jpg
On ne peut que constater la chute vertigineuse du nombre de passagers en 2020 (© IATA)

Une situation qui s'est encore détériorée en avril

« Mars a été un mois désastreux pour l'aviation. Les compagnies aériennes ont progressivement ressenti l'impact croissant des fermetures de frontières liées au COVID-19 et des restrictions à la mobilité, y compris sur les marchés intérieurs », analyse le directeur général de l'IATA ex-président-directeur général d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac.

L'association précise que si le trafic n'avait plus était aussi faible depuis 2006, cette année-là, le secteur comportait deux fois moins d'avions, et deux fois mois de salariés. « Pire, nous savons que la situation s'est encore détériorée en avril et la plupart des signes indiquent une lente reprise », prédit le dirigeant, forcément pessimiste. Mais peut-il en être autrement à l'heure actuelle ?

Source : IATA
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Derniers actualités

Idée cadeau | Insta360 X3 : une caméra spectaculaire
Vous devriez faire attention à vos données collectées depuis ces caméras et sonnettes connectées
Google One déploie son VPN gratuit sur les Pixel 7 et 7 Pro
Le Bitcoin est à bout de souffle, peut-il encore revenir ? La BCE n'y croit pas
Le télescope James Webb réussit à photographier les nuages de Titan autour de Saturne
Canal+ lance une nouvelle offre avec Disney+ et le nouveau Paramount + !
L'excellent SSD externe portable Samsung T7 1 To chute de prix avant Noël
Dernières heures du Black Friday : ne passez pas à côté de ces offres VPN !
Voici les meilleures applications de l'App Store en 2022
Haut de page