La NASA offre une meilleure compréhension du "mur du son" via d'impressionants clichés

12
Air Force Test Pilot School T-38 aircraft
© NASA

C'est la première fois que les chercheurs de la NASA parviennent à capturer, avec une incroyable qualité, de telles images montrant clairement le flux d'ondes de choc provoqué par le franchissement du mur du son de deux avions supersoniques.

Cet exploit de l'Agence spatiale américaine pourrait, un jour, permettre de déboucher sur le retour des vols commerciaux supersoniques.

Un résultat époustouflant

Depuis une bonne dizaine d'années, la NASA travaille sur la réduction du bang supersonique : il s'agit du niveau sonore résultant de l'onde de choc d'un avion atteignant une vitesse supersonique, autrement dit, dépassant le mur du son. Via un communiqué, l'Agence spatiale américaine vient d'annoncer être parvenue à photographier deux avions supersoniques en temps réel alors qu'ils franchissaient le mur du son.

Pour parvenir à ce succès, la NASA a eu recours à sa technologie avancée de photographie aérienne nommée Schlieren System. J.T. Heineck, Physicien au Ames Research Center, s'est montré très enthousiaste vis-à-vis de cette prouesse technique : « Je suis ravi de la façon dont ces images ont été réalisées. Avec ce système perfectionné, nous avons amélioré à la fois la vitesse et la qualité de nos images par rapport aux recherches précédentes ».

Pour capturer ces photos sans précédent, la NASA a dû mettre à jour et améliorer son système d'imagerie embarquée sur l'avion Beechcraft B200 Super King Air en augmentant son champ de vision ainsi que ses capacités en termes de stockage de données, mais surtout en portant la fréquence de prise de vue à 1 400 images par seconde.

Air Force Test Pilot School T-38 aircraft_1
© NASA

Ce Beechcraft B200 s'est placé à environ 9 100 mètres d'altitude. Les deux avions supersoniques T-38 de l'US Air Force ont alors volé en formation, à moins de 10 mètres l'un de l'autre et à environ 600 mètres du B200. Le processus a été très délicat puisque les trois avions ont dû se retrouver au moment exact où les deux T-38 voleraient à une vitesse supersonique, afin que le système d'imagerie du B200 puisse capturer ces images impressionnantes.

Convaincre les régulateurs pour des vols commerciaux supersoniques ?

Aussi impressionnantes qu'elles puissent être, ces photographies sont en premier lieu destinées à apporter une meilleure compréhension de la formation des ondes de choc. Cela permettrait de mettre au point des avions supersoniques plus silencieux et, pourquoi pas, d'envisager un jour un successeur au Concorde en vue de reprendre les vols commerciaux supersoniques.

Dans cette optique, la NASA travaille actuellement avec Lockheed Martin afin de développer un démonstrateur de vol, l'avion X-59. Il serait susceptible de créer un bang supersonique à faible impact « low boom » et devrait être prêt à effectuer ses premiers vols d'essai d'ici 2022.

L'avion supersonique X-59 sera-t-il celui qui permettra de convaincre les régulateurs d'autoriser à nouveau les vols commerciaux supersoniques après la catastrophe du Concorde ? C'est bien possible, d'autant que la start-up américaine Boom Supersonic compte bien débuter l'exploitation commerciale de son avion supersonique dans les années à venir. Récemment, Boom Supersonic a d'ailleurs réussi à lever plus de 100 millions de dollars pour mettre son projet sur pied.

Modifié le 21/03/2019 à 17h42
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
12
0
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

On sait désormais expliquer les cas des exoplanètes
🔥 Vente Privée Free : la Freebox Révolution + TV by Canal à 9,99€/mois
Chine : de plus en plus d’habitants connectés, mais la fracture numérique reste profonde
Convertir les algues en carburant devient viable et rentable
Environnement : et si les avions étaient
Utiliser le dioxyde de carbone pour traiter les terres rares, l'idée fait son chemin
Amazon : le médiateur du livre veut une modification de la loi Lang
Amazon donne des indices sur sa série
Écologie : l'UE mise en cause pour sa définition des
Haut de page