Environnement : et si les avions étaient "verts" d'ici 2050 ?

Alexandre Boero Contributeur
10 mars 2019 à 13h02
0
air-france-pixabay-avion.jpg
Pixabay

Pointé du doigt pour la pollution excessive de ses engins, le secteur aérien croit en une forte réduction de ses émissions, malgré un trafic qui continuera à prendre de l'ampleur.

Avec l'objectif affiché de diminuer par deux les émissions de CO2 de leurs appareils d'ici 2050, les professionnels de l'aviation vont avoir du pain sur la planche en raison de l'augmentation du trafic qui, d'ici là, devrait tout simplement doubler. Pour relever ce défi environnemental, les chercheurs du Conseil pour la recherche aéronautique civile (CORAC), réunis sous la houlette du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS) ce 7 mars, ont multiplié les pistes.

La modernisation des appareils comme base de travail

Stéphane Cueille, Président du comité de pilotage du CORAC et Directeur de la recherche chez Safran, a conscience que le transport aérien a deux défis majeurs à relever pour ces prochaines années : celui de la transition énergétique, corrélé à la croissance du trafic aérien. À ce titre, l'instance de concertation entre l'État et l'industrie a dévoilé jeudi sa nouvelle feuille de route qui inclut l'entrée en service de la prochaine génération d'aéronefs pour la période 2025-2030 et les aéronefs en rupture au-delà de 2030.

Une modernisation de la flotte pourrait permettre une réduction des émissions de l'ordre de 1,7 % par an. Il s'agit d'une première piste de réflexion, mais elle reste insuffisante.

Des carburants alternatifs pour contribuer à la réduction des émissions

Aujourd'hui, le transport aérien représente, à lui seul, 2 à 3 % des émissions de CO² de la planète. Et pour diviser par deux les émissions au cours des trois prochaines décennies, le Conseil pour la recherche aéronautique civile préconise l'utilisation de carburants alternatifs, comme un biokérosène fabriqué à partir de déchets, ou, à partir de 2030, comme nous le disions, des technologies de rupture, plus aérodynamiques, qui permettront de transporter un poids équivalent avec moins de poussée.

Cependant, des propositions à la pratique, il y a souvent un gouffre. Si les acteurs du secteur que sont Air France, Airbus, Total, Suez et Safran sont tombés d'accord avec l'État français sur la fabrication d'un biokérosène à partir de déchets ou de résidus usagés, les progrès ne sont que trop peu rapides et l'avion électrique semble déjà oublié. Alors, d'autres technologies comme l'hydrogène ou les carburants de synthèse constituent autant de pistes à exploiter.

Si la France veut jouer le jeu, il faudra que les autres pays s'alignent et notamment certains gros pollueurs comme les États-Unis, dont le développement d'engins supersoniques fait grincer des dents.

22 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Un chercheur lance une pétition pour rendre gratuits les articles liés au réchauffement climatique
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Des équipes d'Amazon chargées de scruter les images des caméras de surveillance de la marque
Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes
Blizzard demande leur carte d'identité aux pro-manifestants de Hong Kong pour supprimer leur compte
LDLC.com à nouveau élu Service Client de l'Année 2020
Xavier Niel défend le projet Libra... dans lequel il a investi
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Dyson laisse tomber son projet de voiture électrique
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top