D'incroyables images et des objectifs réussis, le 4e vol de Starship était spectaculaire !

Eric Bottlaender
Par Eric Bottlaender, Spécialiste espace.
Publié le 07 juin 2024 à 19h05
Starship n'a pas manqué son 4e rendez-vous avec l'espace. © SpaceX
Starship n'a pas manqué son 4e rendez-vous avec l'espace. © SpaceX

Les équipes de SpaceX n’ont pas perdu leur temps, ce nouveau décollage a eu lieu moins de trois mois après le précédent. Centré sur les objectifs liés à la récupération du booster et du vaisseau orbital, le test s’est transformé en un véritable spectacle grâce à des vues en continu et en direct. À la clé, un nouveau succès.

À la Starbase, sur le site de SpaceX à Boca Chica au Texas, les centaines d’employés continuent d’accélérer la cadence pour produire et tester les exemplaires de Starship et de leur gigantesque booster, le Super Heavy. L’ensemble forme la fusée la plus imposante (121 mètres) et la plus puissante ayant jamais volé. Reste qu’elle n’est pas prête à entrer en service, car il ne s’agit pas d’un lanceur « classique ». En effet, le booster comme le vaisseau sont destinés à être récupérés et réutilisés, il faut donc s’y entrainer et valider ces capacités. Les 3 premiers vols ont, dans une progression étalée sur un an, réussi à montrer que Starship pouvait désormais décoller régulièrement et atteindre l’espace. Le but de ce 4e vol était plutôt de réussir les étapes suivantes : le retour au sol du booster Super Heavy, et la traversée de l’atmosphère de retour de l’espace pour Starship. Contre toute attente, les deux objectifs sont réussis... Avec quelques marges de progrès !

Les flux vidéo du booster et du Starship n'ont pas flanché, assurant un superbe spectacle. © SpaceX
Les flux vidéo du booster et du Starship n'ont pas flanché, assurant un superbe spectacle. © SpaceX

Un lancement (déjà) classique

Le décollage a eu lieu ce 6 juin à 14 h 50, après un nouveau compte à rebours sans anicroche, équipes et matériels ayant subi plusieurs remplissages de test réussis ces dernières semaines. Starship s’est élancé dans le ciel du Texas, à la frontière avec le Mexique, avec 32 moteurs allumés. Pas 33 cependant, l’un d’entre eux ayant visiblement refusé de coopérer.

Qu’importe, le lanceur est conçu pour parer à cette éventualité et peut compenser cette perte... et il l’a fait avec brio. Le reste du trajet du booster B11 vers l’espace fut conforme aux attentes, y compris la séparation « à chaud » avec le Starship S29. Introduite avec le 2e vol, cette technique consiste à allumer les moteurs de l’étage supérieur alors que le Super Heavy n’a pas encore cessé sa poussée. Ensuite, Starship continue son voyage de son côté et Super Heavy effectue une manœuvre de retournement pour venir se poser.

Le booster se pose en mer !

S’agissant d’un prototype, SpaceX n’avait pas prévu que le booster revienne se poser « à terre », il devait amerrir à la verticale sur un point précis de l’océan, au large du site de lancement. Point qu’il a atteint avec une bien meilleure précision que lors du vol précédent ! Le freinage dans la dernière minute de vol est particulièrement puissant, et même si des débris ont pu être observés lors de la dernière phase, tout laisse à penser qu’en effet le Super Heavy B11 est bien arrivé à la verticale comme prévu sur la houle.

Le booster a ensuite logiquement basculé pour se coucher sur l’océan. SpaceX n’a pas prévu de le récupérer, il a probablement coulé rapidement une fois ses évents ouverts pour dépressuriser les réservoirs. L’opération s’est si bien passée qu’Elon Musk souhaite dès le prochain vol passer à la phase suivante, c’est à dire une récupération du booster grâce aux énormes bras robotisés présents directement sur la tour de lancement.

Quant au Starship, ce dernier a poursuivi son vol sans incident (et sans image) durant une cinquantaine de minutes, jusqu’à se trouver à 110 km d’altitude environ pour son plongeon dans l’Océan Indien. Une trajectoire suborbitale balistique qui correspondait là aussi aux paramètres prévus, et qui s’est mieux passée que lors du vol n°3, pour lequel Starship avait fini par perdre le contrôle de son orientation.

Couvert de tuiles sur la face avant, le vaisseau est équipé pour traverser l’ensemble de l’atmosphère et freiner grâce à son profil de vol, qui l’amène à seulement quelques centaines de kilomètres/heure et à une dizaine de kilomètres d’altitude. Contre toute attente, le S29 a d’ailleurs pu diffuser les images de deux de ses caméras durant toute la descente, y compris la traversée à plus de 26 000km/h des zones où les frottements atmosphériques généraient le plus de chaleur, puis de pression. Un grand succès en soi pour les équipes qui ont pu récupérer énormément de données.

Starship tient bon, au moment de passer sous l'altitude à laquelle son prédécesseur s'était désintégré. © SpaceX

Une fin de mission à suspense

Tout s’est-il bien passé lors de cette rentrée atmosphérique ? Non, en tout cas pas tout à fait. Était-ce dû aux trois tuiles volontairement manquantes sur la partie basse du lanceur ou à des échauffements, toujours est-il que Starship a un peu souffert. En particulier, juste devant la caméra, l’un des ailerons avant s’est progressivement déformé puis doucement désintégré, tout en restant attaché au Starship, et fonctionnel. À quelques kilomètres d’altitude, les caméras endommagées elles aussi laissaient penser que le vaisseau n’était pas en bon état, et pourtant !

De façon autonome, Starship a pu exécuter sa manœuvre de retournement pour passer d’une position ventrale à la verticale, et se poser en douceur sur la mer, transmettant jusqu’au bout ses images et ses précieuses valeurs de capteurs. Un succès qui correspond aux objectifs que SpaceX s’était donnés pour ce test, malgré quelques dégâts qui laissent de la marge pour de futures améliorations. Il n’y aura probablement pas d’enquête des autorités américaines sur ce vol, qui était finalement conforme à l’attendu !

Les dégâts sur l'aileron ? Mais non c'est rien, on continue. © SpaceX

En route pour le suivant ? Elon Musk et SpaceX n’ont pas le choix, ils doivent être ambitieux vu le programme dédié à Starship dans les années à venir !

Source : direct

Par Eric Bottlaender
Spécialiste espace

Je suis un "space writer" ! Ingénieur et spécialisé espace, j'écris et je partage ma passion de l'exploration spatiale depuis 2014 (articles, presse papier, CNES, bouquins). N'hésitez pas à me poser vos questions !

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
SPH

Bravo Elon pour ce spectacle. Continuez comme ça ! :kissing_heart:

wedgantilles

Un lancement totalement incroyable, je l’ai suivi en direct et si tout n’est pas parfait les résultats et les progressions sont là, en a peine un an et avec 4 lancement le chemin parcourut est impressionnant, surtout en divisant par deux le temps entre chaque lancement.

Quand j’ai vu l’aileron commencer à se séparer je pensais que ca allait partir en perte de contrôle mais finalement l’ensemble a résister jusqu’au bout. Je pense pas au trois tuiles manquante comme point de source du problème, d’ailleurs je pense en avoir aperçu quelques une disparaitre au court du vol avant cela. Mais comme les ailerons peuvent bouger il y a nécessairement une « charnière » et j’ai l’impression que c’est là que les gaz ont fait les dommages en premier. A voir en tout cas les conclusions de leur enquête.

Enfin que dire des images de rentrée atmosphérique du jamais vu jusque là, et le tout en temps réel quasiment sans interruption, bien que les caméra aient aussi souffert, celle au sommet a du rendre l’âme elle aussi. Des images vraiment spectaculaire avec le plasma.

sylvebarbe78

Lorsqu’on voit les progrès qu’ils font d’un décollage à un autre c’est vraiment impressionnant !!! Bravo SpaceX mais le plus difficile est encore à venir…

juju251

Pour avoir regardé le vol, j’ai bien cru que c’était foutu lorsque l’aileron a commencé à être découpé au plasma. :sweat_smile:

Mais en fait, l’aileron, y en a pas besoin. ane

Blague à part, bravo aux équipes de SpaceX pour cette réussite (même si pas parfaite).
Le Starship à l’air bâtit solidement en tout cas. :smiley:

Et merci pour cet article. :slight_smile:

Martin_Penwald

Qu’importe, le lanceur est conçu pour parer à cette éventualité et peut compenser cette perte… et il l’a fait avec brio

À vide, oui, mais en charge ?

D’ailleurs, est-ce qu’on a des infos sur le transfert d’ergols du vol précédent ? Est-ce que ça a marché ? J’ai rien vu à ce sujet.

Sinon, oui, c’est cool le plasma sur le flanc, mais je m’inquièterais de l’intégrité structurelle du bidule lors du vol suivant. Je doute que ça se répare facilement.

bizbiz

Rien sur les heureux suicidaires qui sont montés à bord de Starliner ?
^^

LeChien

Un direct impressionnant.
J’ai éclaté de rire en voyant l’aileron s’orienter comme prévu en phase finale malgré sa longue torture.

Belgarath

Pas lui, plutôt les gars de SpaceX.

Martin_Penwald

Pourquoi suicidaires ?
La NASA ne les aurait pas envoyé•es si elle avait estimé le risque trop important.

viandoxone

On voit clairement qu’il tombe quelques secondes après avoir touché la plateforme maritime quand même !