Selon une étude d’Intel, les Américains ne croient pas en la voiture autonome

Par
Le 24 octobre 2018
 0
voiture autonome

Les Américains ont conscience de l'arrivée prochaine de la voiture autonome, mais dans leur esprit demeurent encore des craintes et des incertitudes.

La dernière étude publiée par Intel en collaboration avec l'agence PSB Research montre que les Américains sont réticents à l'idée de basculer sur des véhicules autonomes.

La peur de ne pas se sentir en sécurité

Seuls 21% d'entre eux sont prêts à sauter le pas. En contrepartie, 63% s'attendent à ce que ce type de véhicules soit devenu la norme mais dans... 50 ans. On a connu meilleur emballement.

« Nous devons combler le fossé entre l'acceptation des fonctions d'assistance à la conduite automatisées d'aujourd'hui et une autonomie totale », affirme Jack Weast. L'ingénieur principal d'Intel et vice-président des normes audiovisuelles chez Mobileye appuie sur un point important. Ce qui rebute aujourd'hui les Américains, et probablement les résidents d'autres zones géographiques telles que l'Europe, c'est la sécurité. Pour 43% d'entre eux, l'Homme n'est pas encore totalement prêt à assumer une relation de confiance avec la machine, tout du moins en voiture. Cette proportion est encore plus élevée chez les femmes.

Les statistiques n'y changent rien

Pourtant, Intel rappelle que les véhicules autonomes pourraient sauver 585 000 vies entre 2035 et 2045. Le département américain des Transports estime même que les voitures autonomes pourraient réduire de 94% les accidents de la route en éliminant les accidents liés à une erreur de son conducteur. Mais cet argument ne suffit pas encore à convaincre des Américains, bien décidés à prendre leur temps.



Modifié le 24/10/2018 à 11h14

Les dernières actualités Voiture autonome

scroll top