Netflix dévoile des résultats en baisse, notamment dans les pays où les tarifs ont augmenté

18 juillet 2019 à 06h45
20
Netflix TV

Après avoir recruté un nombre record d'abonnés au premier trimestre, Netflix a sérieusement ralenti au second, prenant de court les économistes.

Il paraît que la vérité d'aujourd'hui n'est pas celle d'hier. Netflix l'a appris à ses dépens, après avoir eu connaissance de ses résultats trimestriels. Si les trois premiers mois de l'année 2019 furent exceptionnels pour la plateforme avec 9,6 millions de nouveaux abonnés, un chiffre d'affaires de 4,5 milliards de dollars et un bénéfice net de 344 millions de dollars, le deuxième trimestre se veut être l'opposé ou presque. Non seulement Netflix a ralenti, mais la firme a perdu des clients chez elle, aux États-Unis.

Des résultats très en-deçà des prévisions

Fait rarissime, Netflix va avoir du mal à se congratuler pour son bilan trimestriel. Pour la première fois depuis longtemps, le service de streaming vidéo avance dans la normalité. Alors que les prévisionnistes tablaient sur le recrutement de 5 millions d'abonnés supplémentaires, Netflix a pu en accueillir 2,83 millions de plus. C'est beaucoup, certes, mais on est à des années-lumière du record des mois précédents, même si le cap des 150 millions d'abonnés est cette fois franchi (151,56 millions).

Si l'on traverse l'Atlantique, le constat est encore plus amer. Les analystes misaient sur 350 000 clients supplémentaires made in USA. Netflix en a perdu (oui, perdu) 130 000. Officiellement, la firme de Los Gatos n'impute pas cette déconvenue à la concurrence. Et pourtant, c'est peut-être indirectement elle qui a pu causer ce ralentissement.


Entre hausse de prix et émergence des concurrents

Netflix paie sans doute sa politique récente de hausse tarifaire (qui vient très récemment de frapper la France, notamment...). La chute des recrutements touche la plupart des pays où le service est présent mais « un peu plus les régions dans lesquelles nous avons augmenté les prix », reconnaît la société. En France, les abonnements Standard et Premium ont respectivement grimpé de un et deux euros.

Outre cette hausse des prix, l'arrivée prochaine de futurs concurrents, comme Disney+ pour ne citer que lui, et la perte prochaine de séries encore très populaires comme Friends et The Office, peuvent aussi justifier ce ralentissement.

Mais la vérité d'aujourd'hui n'est peut-être pas celle de demain, puisque le groupe envisage un net regain de forme pour le troisième trimestre, durant lequel il attend sept nouveaux millions d'abonnés. Les nouvelles saisons de Casa de Papel, Stranger Things, et les ultimes épisodes de Orange is the new black pourraient être d'un grand soutien.

Source : Zone Bourse - AFP
Modifié le 18/07/2019 à 09h21
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
20
18
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Le mythique jeu d'arcade NBA Jam va faire l'objet d'un documentaire !
WhatsApp : face à la polémique, l’entreprise retarde de 3 mois sa nouvelle politique de confidentialité
Suez se rebiffe face à Veolia, en annonçant avoir reçu le soutien des fonds Ardian et GIP
HSBC est sommé de préciser son calendrier de sortie des énergies fossiles
Jeux vidéo : pourquoi les patchs day one sont-ils devenus la norme ?
Comment choisir votre téléviseur ? Tous nos conseils pour faire le bon choix
Netflix, Disney+, Apple TV+ et Prime video : les nouveautés de la SVoD en janvier 2021
Test Toshiba Canvio Flex : un disque dur externe classique et bon marché
Que peut faire un « satellite espion » ?
Haut de page