Comment configurer et sécuriser Windows 10 ?

18 juin 2020 à 14h30
0
Windows 10

Pour bien comprendre comment prendre en main Windows 10, il faut commencer par les bases : la configuration et la protection du système d'exploitation, pour une utilisation confortable et sécurisée de votre ordinateur.

Windows n'a pas toujours été un modèle de stabilité. Microsoft a eu toutes les peines du monde pour proposer un système d'exploitation fluide, rapide et bien pensé, le tout pour des milliers de configurations PC possibles, de multiples cartes mères, processeurs ou cartes graphiques. Pas une mince affaire, et bon nombre d'utilisateurs se demandent par exemple comment accélérer le démarrage de Windows 10 pour que celui-ci traîne un peu moins.

Mais après un laborieux Windows 8 (puis Windows 8.1) qui n'a pas su convaincre le public, la firme de Redmond s'est rattrapée avec Windows 10. Il s'agit de la première version majeure de l'OS qui a été designée pour s'imposer dans le temps avec des mises à jour de fonctionnalités régulières, là où les autres versions étaient moins bien suivies et laissaient place au bout de quelques années à un nouveau système. Windows est donc devenu un service plutôt qu'un produit, un modèle qu'on retrouve de plus en plus pour les logiciels, qu'il s'agisse du cloud, de bureautique ou de jeux vidéo.

Parti sur des bases plus saines que ses prédécesseurs et grâce aux nombreux updates et correctifs déployés, Windows 10 est devenu un système d'exploitation stable. Son manque de fiabilité constituait son principal défaut face à un macOS bien moins sujet aux bugs, mais la tendance s'est équilibrée. Cependant, il reste tout de même des techniques permettant de rendre Windows 10 plus rapide que les performances qu'il propose sans l'intervention de l'utilisateur.

Pour conserver un Windows 10 propre et efficace, il est bien entendu primordial que l'utilisateur fasse l'effort de bien entretenir son OS, notamment en évitant les mauvaises manipulations, en prenant quelques précautions d'usage et en vérifiant régulièrement l'état de sa machine.

Installer et mettre à jour Windows 10

Avant toute chose, vous devez vous assurer que votre PC est capable de faire tourner Windows 10. La configuration minimale requise est légère, mais si vous avez une machine ancienne ou très mal équipée, il est possible qu'elle ne supporte pas la dernière version du système d'exploitation. Cliquez sur le lien ci-après pour savoir comment vérifier si son ordinateur est compatible avec Windows 10. N'oubliez pas que Windows existe en plusieurs éditions (famille, professionnel...), mais aussi en deux architectures : 32 bits ou 64 bits. Microsoft prévoit d'ailleurs d'arrêter la version 32 bits, de moins en moins utilisée avec l'évolution matérielle que connaissent nos ordinateurs. Nous vous expliquons comment savoir si Windows 10 est en 32 ou 64 bits.

Clubic vous indique dans des tutoriels séparés comment télécharger Windows 10 et comment installer Windows 10. Une opération qui requiert de moins en moins l'intervention de l'utilisateur, notamment si vous achetez votre PC avec l'OS préinstallé, mais qui peut se révéler un peu plus ardue si votre ordinateur est livré sans système d'exploitation ou dans le cadre d'une réinstallation. Autant de cas que nous abordons dans nos articles. Vient ensuite l'étape suivante, à savoir comment activer Windows 10.

Ensuite, il ne reste plus qu'à régler quelques détails, notamment en activant quelques fonctionnalités. Nos tutoriels "Comment activer le WiFi sur Windows 10 ?" et "Comment activer le Bluetooth sur Windows 10 ?" vont vous aider à maîtriser la connectivité en vous connectant à Internet et en permettant l'appareillage de périphériques et accessoires sans fil comme des souris, casques, manettes de jeu, claviers... Pour un meilleur confort, n'oubliez pas non plus de vérifier comment changer la sensibilité de la souris sur Windows 10. Vous pouvez ainsi adapter la vitesse du curseur pour le rendre plus rapide ou plus lent, en fonction de vos habitudes et vos préférences.

Après ces premières étapes, le travail est encore loin d'être terminé. Microsoft sort deux mises à jour majeures chaque année. Chacune d'entre elles apporte de nouvelles fonctionnalités, des amélioration d'interface, des correctifs de bugs, des optimisations de performance ou de consommation... Plus régulièrement, ce sont des patchs de sécurité qui sont déployés pour mieux protéger votre système et votre machine. Il est primordial de garder Windows 10 bien à jour afin de profiter des nouveautés et de ne pas vous exposer à des failles de sécurité.

D'autant plus qu'il n'y a pas d'excuse de manipulation à avancer puisque le processus de mise à jour a été grandement simplifié avec la dernière version de l'OS. Le rôle de l'utilisateur est de moins en moins important, celui-ci peut ainsi se concentrer sur l'essentiel. Désormais, le système gère très bien seul les mises à jour. Et si vous souhaitez gérer cet aspect manuellement, nous vous détaillons comment mettre à jour Windows 10.

Sachez tout de même qu'il y a parfois eu des couacs avec les updates de Windows 10. De nombreux utilisateurs ont été victimes de problèmes après l'installation d'une mise à jour : disparition temporaire de fichiers, écran bleu, boucle de redémarrage... On se souvient de la mise à jour d'octobre 2018 qui a forcé certains à réinstaller Windows sur leur machine. En avril 2018, la mise à jour faisait crash des machines équipées de modèles spécifiques de SSD. Ce genre de situation ne touche généralement qu'une minorité, mais cela peut tourner au supplice quand les soucis tombent sur nous. C'est pourquoi il peut également être pertinent de désactiver les mises à jour automatiques et de les installer vous-même manuellement, quelques jours ou semaines après le déploiement, afin de vous assurer que l'update n'arrive pas avec tout un lot de bugs. L'un de nos tutoriels vous apprend comment bloquer les mises à jour Windows 10.

Pourquoi Windows 10 se dégrade-t-il avec le temps ?

De par la nature même de son fonctionnement, Windows est un système d'exploitation qui va voir ses performances baisser au fur et à mesure de son utilisation, et ce même dans le cas d'un usage basique et sans risque de votre ordinateur.

L'une des causes principales de cette dégradation est liée au système de fichier employé par Windows : le NTFS (New Technology File System). Une technologie particulièrement ancienne, puisqu'elle a été introduite en 1993 avec Windows NT 3. Elle est toujours utilisée aujourd'hui sur Windows 10, même si elle a subi quelques évolutions en plus de 25 ans d'existence.

Le NTFS enregistre les différentes informations traitées par le PC et les fichiers installés de manière assez anarchique sur les espaces de stockage disponibles. Les éléments sont en effet rangés dans plusieurs tableaux, dont la capacité de volume de cellules est limitée. Ces tableaux s'indexent les uns aux autres pour que le système d'exploitation puisse regrouper toutes les informations nécessaires à la lecture du fichier auquel Windows cherche à accéder. Autrement dit, si tout paraît bien rangé dans l'interface de votre explorateur de fichiers, c'est en fait un beau bazar en dessous, si l'on creuse un peu plus.

Cela ne cause pas de problème à court terme sur une installation récente de Windows 10. Mais avec le temps et la multiplication des tableaux, l'organisation des espaces de stockage devient un véritable capharnaüm. Pour chaque action qu'il doit réaliser, Windows doit alors se perdre dans un véritable labyrinthe avant de mettre la main sur les bons fichiers, de remettre toutes les données dans l'ordre et de les interpréter. Un processus qui prend de plus en plus de temps à mesure que l'imbrication de tableaux et de blocks se fait de plus en plus importante. Conséquence : le PC tourne au ralenti. L'ouverture d'un programme se fait plus longue, la recherche d'un fichier en tapant son nom dans la barre de recherche de l'explorateur prend plus de temps, etc.

Mais il existe d'autres raisons pour lesquelles Windows peut souffrir de ralentissements. Les mises à jour récurrentes auxquelles on a droit avec Windows 10 bouleversent le système en ajoutant ou retirant des fichiers. Et comme vu précédemment, toute opération d'écriture rend le système d'exploitation un peu plus vulnérable à une perte de performances. La suppression de fichiers ou de logiciels n'est pas non plus gérée de manière propre par Windows. L'OS se retrouve alors avec de multiples fragments d'informations inexploitables qui ne servent qu'à l'embrouiller. Il se perd dans les erreurs de registre, est incapable de retrouver un fichier déplacé alors qu'il est indispensable pour le bon fonctionnement d'une option ou le lancement d'un programme...

Quelles solutions pour entretenir Windows 10 ?

Microsoft a bien conscience des limites de son système. Et si, sur d'anciennes versions de Windows, il laissait souvent l'utilisateur se débrouiller pour tenter d'améliorer la situation par lui-même, nous sommes désormais loin de cette époque. S'il est bien sûr toujours possible de recourir à des logiciels tiers installés et exécutés manuellement pour remédier à ce genre de problèmes, des fonctionnalités natives ont été intégrées à Windows 10 pour lutter contre la dégradation naturelle des performances de l'OS.

Nous vous décrivons ci-dessous quelques solutions permettant de redonner un coup de fouet à votre ordinateur. Pour plus de détails sur cette question, n'hésitez pas à consulter notre tutoriel "Comment accélérer Windows 10 ?".

La défragmentation de son disque dur

À une époque, lancer un processus de défragmentation du disque dur de son ordinateur était une étape qui finissait par devenir obligatoire à un moment ou un autre. C'est bien moins le cas aujourd'hui, notamment car Windows 10 effectue par défaut des opérations d'optimisation automatiques en arrière-plan, sans même que l'utilisateur ne s'en aperçoive. Mais une défragmentation manuelle une fois temps de temps peut redonner au PC une nouvelle jeunesse. Notez qu'il ne faut pas en abuser non plus, sous peine d'endommager votre matériel.

La fragmentation désigne d'une manière générale le fait qu'un objet soit divisé en un grand nombre de morceaux. C'est exactement la même chose en informatique, avec des fichiers qui vont être morcelés pour être stockés sur toute la surface du disque dur. Ce dernier est partagé en secteurs, que le système d'exploitation réunit pour créer ce que l'on appelle des clusters. Sur Windows, l'OS fait en sorte d'exploiter l'intégralité de ces blocs (clusters) afin qu'aucun ne reste vide et qu'il y ait un équilibre dans l'occupation de l'espace des clusters, engendrant ce phénomène de fragmentation. On se retrouve donc avec des portions d'un même fichier qui sont présentes dans plusieurs clusters à la fois, ce qui complique leur identification et leur réunion lorsque l'ordinateur en a besoin.

Imaginons par exemple cinq clusters : 3 remplis à 50 % et 2 à 48 %. Un nouveau fichier qui nécessite l'équivalent de 5 % de l'espace total de ces cinq clusters ne va pas simplement s'installer dans un cluster à 48 %. Il peut être divisé en deux (2,5 % pour chaque cluster à 48 %) ou, d'une manière encore plus barbare, comme ceci : 2,2 % pour les deux clusters à 48 % et 0,2 % pour les trois clusters à 50 % pour trouver un équilibre parfait. Et ce procédé a lieu pour chaque traitement d'informations.

La défragmentation consiste en un grand ménage de printemps. Cela ne supprime pas de fichiers, mais les déplace afin de retrouver avec une organisation plus logique. Après une défragmentation, le labyrinthe qu'était devenu le disque dur est désormais comme équipé de panneaux d'indication montrant la sortie. Les morceaux d'un même fichier sont rassemblés au même endroit et dans le bon ordre, Windows peut alors trouver les informations qu'il désire et les interpréter bien plus rapidement.

Nous vous expliquons dans un tutoriel comment défragmenter votre disque dur sur Windows 10 manuellement. Sachez aussi que vous pouvez programmer le système pour qu'il effectue en toute discrétion et à la régularité souhaitée une opération de défragmentation automatique. Vous n'avez ainsi plus besoin de vous préoccuper de cet aspect, votre ordinateur s'en charge pour vous comme un grand et vous n'allez même pas le remarquer. En principe, Windows 10 va par défaut optimiser votre disque dur pour s'attaquer à la fragmentation. Dans ce cas, aucune action de votre part n'est sollicitée.

La défragmentation est un procédé à réserver aux seuls HDD. Il est vivement déconseillé de défragmenter un SSD qui souffre, certes, du même problème engendré par le système de fichier NTSC, mais qui est bien moins résistant qu'un disque dur classique. Un SSD dispose de cellules, dont la durée de vie est limitée. C'est sur ces cellules que Windows écrit les données de fichier. Plus celles-ci subissent des opérations d'écriture, plus elles se dégradent et se rapprochent de leur mort, et par conséquent, de celle du SSD. Défragmenter un SSD, c'est supprimer et imprimer des informations en boucle sur ses cellules, et réduire considérablement sa durée de vie. Les modèles plus récents résistent bien mieux, mais mieux vaut ne pas tenter le Diable. Surtout que grâce à leurs débits bien plus élevés, les SSD sont moins sujets au phénomène de ralentissement dû à la fragmentation que connaissent les HDD.

Si la manipulation vous intéresse, nous vous expliquons en détail dans un tuto dédié .

Faire du nettoyage sur son disque dur

Nous vous exhortons également à vous renseigner sur les moyens qui permettent de . Une telle opération peut se révéler salvatrice pour le système et n'est pas bien compliquée à réaliser. Supprimer les fichiers inutilisés et les fichiers corrompus va soulager votre ordinateur et votre disque dur, avec des bénéfices directs pour l'utilisateur : rapidité accrue, gain d'espace de stockage... Vous allez offrir à votre PC une cure de jouvence avec un nettoyage régulier. Il ne faut pas hésiter à en abuser, surtout qu'au contraire de la défragmentation, cette opération ne représente aucun danger pour le hardware de la machine, SSD inclus. Installez donc votre routine de nettoyage du disque dur.

Mettre à jour ses pilotes

Les pilotes sont des programmes informatiques qui font le lien entre le matériel, c'est-à-dire les composants du PC et les périphériques qui y sont connectés, et le système d'exploitation. Pour éviter les bugs, les problèmes de compatibilité et bénéficier des meilleures fonctionnalités, il faut donc savoir comment mettre à jour ses pilotes sur Windows 10. Windows Update est censé vérifier fréquemment l'état des pilotes et effectuer ce travail automatiquement, mais il y a parfois des ratés, nécessitant ainsi l'intervention manuelle de l'utilisateur. Vous pouvez aussi accéder au gestionnaire de périphériques sous Windows 10 afin de contrôler leur bon fonctionnement et régler leurs paramètres.

Sécuriser son système d'exploitation Windows 10

Windows a été historiquement un système d'exploitation assez sensible aux attaques informatiques. Pas qu'il soit une passoire qui laisse passer n'importe quel malware, mais étant installé sur un très grand parc de machines, il est la cible privilégiée des pirates, qui peuvent ainsi contaminer un grand nombre d'utilisateurs. L'OS de Microsoft n'a cependant jamais été aussi bien protégé qu'aujourd'hui, et avec une utilisation prudente et sans comportement à risque, Windows est un environnement plutôt sain qui ne nécessite pas l'installation d'un logiciel antivirus tiers pour être suffisamment sécurisé.

Mais avec un accès à Internet et la tentation de visiter des sites peu scrupuleux ou de télécharger illégalement des fichiers dont vous ne connaissez pas toujours très bien le contenu, mieux vaut vous prémunir au mieux de toutes ces menaces en adoptant de bonnes pratiques et en couvrant vos arrières.

Windows Defender est-il un antivirus suffisamment efficace ?

Premier rempart de défense contre les attaques, découvrez Windows Defender. Activé par défaut sur Windows 10, il s'agit d'un composant antivirus dont le rôle est de protéger le système des menaces. Il propose un ensemble de boucliers défensifs lui permettant de lutter contre tous les types d'attaques, y compris les exploits et les ransomwares. Fut un temps, il ne faisait pas particulièrement partie des solutions de sécurité les plus efficaces. Mais il a su évoluer et aujourd'hui, Windows Defender est un excellent antivirus, à tel point qu'on estime qu'il est très peu utile désormais d'installer un logiciel anti-malware tiers sur son ordinateur pour le grand public.

Dans un cadre professionnel bien sûr, la situation est différente. Mieux vaut opter pour une solution de sécurité plus complète et performante, afin notamment de protéger les données sensibles que vous traitez et vous prémunir contre les ransomwares ou vols d'informations, mais aussi pour garder un matériel fiable et performant. Dans ce cas, pour ne pas créer de conflit entre les différentes solutions de protection, mieux vaut désactiver Windows Defender.

L'utilisateur, le meilleur antivirus pour Windows 10

Gardez bien à l'esprit que la meilleure protection contre les menaces lorsque vous êtes sur votre ordinateur, c'est encore vous-même. C'est avant tout le comportement des utilisateurs qui va dire si le PC est sensible aux programmes malveillants. Évitez impérativement d'installer des logiciels crackés ou d'une source non fiable sur votre machine, de télécharger des fichiers sur des sites que vous ne connaissez pas ou d'avoir recours aux systèmes de torrent ou peer-to-peer, qui peuvent parfois réserver de mauvaises surprises. C'est votre bonne attitude qui fait office de première couche de sécurité, et il s'agit de la plus importante d'entre elles puisque c'est vous qui avez la main sur votre ordinateur et qui possédez les autorisations pour modifier vos paramètres système.

Anticiper de futurs bugs et plantages

Si Windows est devenu un système fiable, il existe encore des possibilités de bugs et plantages, certains pouvant même potentiellement vous faire perdre vos données ou empêcher l'utilisation normale de votre machine. C'est pourquoi il est primordial de régulièrement créer un point de restauration sur Windows 10. En cas de problème, cela va vous permettre de retrouver votre ordinateur à un état similaire à celui dans lequel il était lorsque le point de restauration a été créé. Il est possible de réaliser l'opération manuellement ou bien de planifier la création automatique d'un nouveau point de restauration à l'intervalle de votre choix, une fois par semaine par exemple. Il est recommandé de paramétrer cette option, quelle que que soit votre utilisation du PC, mais surtout si vous avez un usage dit "à risque", notamment si vous avez l'habitude de télécharger et d'installer des jeux ou logiciels crackés, qui représentent un risque pour l'intégrité de votre OS et de votre PC. Nous vous détaillons dans cet article comment restaurer Windows 10 depuis un point de restauration.

Rappelons au passage que pour une sécurité maximale, transférer vos point de restauration sur un espace de stockage externe sécurisé à l'abri de toute attaque ou infection constitue une solution de tranquillité. Car, dans certains cas, l'ordinateur est tellement atteint qu'il n'est même pas possible d'utiliser un point de restauration. Si votre PC attrape un virus et que celui-ci contamine l'ensemble de l'ordinateur, dont les points de sauvegarde, vous pouvez considérer que vous êtes bon pour effacer l'ensemble du disque dur et repartir sur une base saine. Le point de restauration sauvegardé sur le PC même est surtout utile en cas de baisse de performances, ou si l'affichage de spams ou d'autres bugs est remarqué. Vous avez encore accès à votre machine, et si vous ne savez pas d'où vient le souci qui vient de surgir, effectuez un petit retour dans le passé quand il n'y avait pas de problème.

Dans le même ordre d'idées, il peut être intéressant de partitionner son disque dur sur Windows 10. Les arguments pour effectuer une telle opération sont multiples. Pour la sécurité d'abord, afin d'avoir une partition saine en cas de problème sur une autre. Et pour une question de praticité aussi, afin de ne pas mélanger vos activités, chaque partition pouvant être assignée à une tâche (une pour le travail, une autre pour le jeu vidéo...).

Que faire lorsque son ordinateur plante ?

En cas de plantage, Windows 10 intègre plusieurs solutions pour tenter de réparer votre ordinateur. L'une des plus importantes est le démarrage du PC en mode sans échec. Avec cette option, il est possible d'accéder normalement aux paramètres de la machine et du système, mais avec de nombreux logiciels, pilotes et fonctionnalités désactivés, car ils peuvent être la source du problème. Le mode sans échec permet ainsi d'éviter les bugs causés par ceux-ci et de tenter en toute quiétude de chercher l'origine du problème et, le cas échéant, de désinstaller le programme fautif, ou encore de lancer une restauration du système. Pour savoir comment démarrer Windows 10 en mode sans échec, veuillez consulter notre tutoriel à ce sujet en cliquant sur le lien.

Dans le pire des cas, il faudra passer par une réinstallation complète de Windows 10. Nous vous indiquons justement ici comment installer Windows 10 depuis une clé USB, étant donné que les lecteurs CD ont tendance à disparaître des ordinateurs, et notamment des PC portables.

Modifié le 18/06/2020 à 15h04
1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Pourquoi nous faire confiance ?

Pour vous, Clubic sélectionne puis teste des centaines de produits afin de répondre aux usages les plus courants. De la qualité pour tous et à tous les prix, voilà notre objectif ! En savoir plus

scroll top