🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% ! 🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% sur le high-tech

Streaming vidéo, bilan de l'année 2022 : est-ce la fin de l'âge d'or pour Netflix et consort ?

26 décembre 2022 à 18h18
24
Streaming SVOD 2022 © Shutterstock x Clubic.com

Si le streaming vidéo a été vu par de nombreux acteurs et studios comme un nouvel eldorado, l'année qui vient de s'écouler a vu toutes les plateformes revenir brutalement à la réalité.

Durant la pandémie, les choses étaient entendues : l'avenir de la télévision et du cinéma était à chercher du côté du streaming. Pas une seule société de production ou géant de la tech ne pouvait ignorer le secteur et lançait sa propre plateforme en espérant faire sa place aux côtés des géants Netflix et Amazon Prime Vidéo.

Pourtant, 2022 a douché l'euphorie générale et les différents services de streaming doivent trouver de nouvelles manières de prospérer, tout en réduisant leurs budgets.

Des abonnés qui coûtent cher et rapportent trop peu

Le premier signal d'alerte donné cette année vient du plus gros acteur de la SVOD. En dévoilant ces résultats financiers en avril 2022 pour le premier trimestre de l'année, Netflix a annoncé la première baisse d'abonnés avec 200 000 utilisateurs perdus dans la nature. Cela ne représente que peu de choses par rapport aux 220 millions d'abonnés à la plateforme, mais ce premier signe de ralentissement a suffi à alerter les investisseurs et les analystes.

Les trois mois suivants n'ont pas été bien meilleurs avec une baisse d'un million d'abonnés. Si la firme de Los Gatos a justifié dans un premier temps ces mauvais chiffres par l'arrêt de ses services en Russie, Netflix est également pénalisée par la technique du partage de comptes, qui permet à de nombreux utilisateurs d'accéder à ses services sans payer le moindre centime.

Si Amazon ne communique aucun chiffre, Disney+ a, lui aussi, souffert durant cette année 2022. Sur le papier, tous les voyants sont au vert pour le studio aux grandes oreilles, qui a recruté 46,1 millions d'abonnés pour sa seule plateforme. En comptant Hulu et ESPN aux États-Unis, ainsi qu'Hotstar en Inde, Disney compte aujourd'hui un tout petit peu plus d'abonnés au total que Netflix, et ce, en seulement trois ans d'existence. Une vraie prouesse.

Disney+ © © JOCA_PH / Shutterstock
© JOCA_PH / Shutterstock

Pourtant, le groupe souffre avec 40% de baisse de son cours en Bourse. Si Mickey et ses amis recrutent à tout va, les couts d'acquisition de droits et de production s'envolent avec près d'1,5 milliard de dettes pour le troisième trimestre de l'année. En bref, la plateforme coute de plus en plus cher au studio, qui ne sait pas renflouer les caisses malgré une récente hausse des abonnements.

Le retour aux vieilles recettes (publicitaires) pour améliorer les choses

En 2022, les plateformes de streaming ont annoncé un brutal retour en arrière pour le consommateur : le retour de la bonne vieille publicité.

Netflix © © Unsplash
© Unsplash

Netflix aura été le premier à dégainer une nouvelle offre, à 5,99€/mois, qui incorpore avant et pendant les programmes jusqu'à quatre minutes d'annonces, soit un peu moins que la télévision linéaire. Las, le service au grand N renie ses principes en quelques mois pour proposer une offre plus accessible et maintenir sa croissance. Netflix a aussi indiqué vouloir mettre fin au partage des comptes et teste discrètement de nouvelles formules pour ménager ses utilisateurs tout en augmentant son revenu par abonné.

Disney va également sauter le pas dans les prochaines semaines et proposer une offre financée par la publicité à un prix plus doux. Attendue initialement pour la fin de l'année en France, il faudra probablement patienter jusqu'en 2023 pour en savoir plus. En attendant, le groupe a brutalement remercié Bob Chapek, son CEO arrivé seulement trois ans auparavant, le 21 novembre dernier. Jugé responsable de cette déroute financière, à cause d'une stratégie axée exclusivement sur le streaming, Disney a rappelé Bob Iger, son ancien dirigeant, attendu comme le messie pour redresser la barre et les comptes du groupe américain.

Bob Iger © JStone / Shutterstock.com
© JStone / Shutterstock.com

Les deux groupes vont par ailleurs faire des économies, en réduisant la voilure sur de nombreux projets couteux et plus risqués. L'objectif est de produire moins, mais plus fort, en s'axant sur des genres et des licences appréciées du plus grand public.

Quelques jolis succès, et des échecs cuisants

L'année 2022 de la SVOD n'a pas été uniquement traversée de nuages sombres. Les plateformes ont rencontré de très jolis succès, avec à la clé quelques vrais hits qui ont marqué la période.

Netflix pour débuter a pu compter sur la saison 4 de Stranger Things ou Dahmer pour créer l'évènement avec des scores d'audience à faire pâlir de jalousie les chaines de TV traditionnelles. Disney+ a une nouvelle fois pu compter sur Marvel Studios et Star Wars, avec Obi-Wan Kenobi, pour recruter toujours plus de fans de ces univers.

Difficile d'oublier également Le Seigneur des Anneaux : les Anneaux de Pouvoir, et sa qualité visuelle qui n'a rien à envier à celle d'une méga-production cinématographique et qui a fait entrer le SVOD dans la Cour des grands d'un point de vue industriel et de la fabrication, ou le spin-off de Game of Thrones, House of the Dragon, qui a fait les belles heures d'HBO Max à la rentrée.

Le Seigneur des Anneaux : les Anneaux de Pouvoir © © Amazon Prime Video
© Amazon Prime Video

En décembre 2022, les spectateurs français ont pu aussi découvrir Paramount+, l'offre du studio éponyme, apportant toujours plus de séries et de films issus de ses catalogues.

2023 ne s'annonce pourtant pas sous les meilleurs auspices. Lionsgate+ fermera ses portes dans les premiers mois de l'année. Salto pourrait aussi mettre la clé sous la porte, sauf à trouver un repreneur. OCS perdra les droits du catalogue HBO avant la fin de cette année et pourrait se faire racheter par Canal+. Aux États-Unis enfin, HBO Max pourrait disparaitre au profit d'une nouvelle plateforme, Max, et plusieurs séries ont déjà quitté le service avec parmi elles la très célèbre Westworld.

La période dorée du streaming est désormais derrière nous. Avec une concurrence féroce, et un pouvoir d'achat des ménages en baisse, les plateformes sont revenues brutalement sur Terre et doivent faire face à l'âge de raison. Et il n'y aura pas de place pour tout le monde.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
24
22
yam103
La recette est classique: dumping économique pour asphyxier les concurrents. Maintenant qu’il reste 2 ou 3 acteurs majeurs américains pour ne pas tomber sous le coup des lois anti trusts, ils vont pouvoir remonter tranquillement leur prix pour devenir rentable.
Than
Il n’y aura pas de place pour tout le monde pour une raison simple : les spectateurs n’ont ni un budget illimité, ni un temps disponible pour de la vidéo illimité.<br /> A quand la licence globale ? :o))))))))
weedhopper
Supprimer la partage de mot de passe reviendra à multiplier le prix de l’abonnement par 4 pour netflix.<br /> Donc…
luck61
La quantité ne fait pas la qualité, après pour ceux qui n’ont que ça à faire de leurs soirées et week end c’est sur
Inconnu
Pas grave, volontairement sectaires et obstinés à vouloir tirer la couverture pour eux seuls, incapables de coopérer ensemble pour proposer une réelle interpolation entre tous, ils iront taper sur le streaming illégal pour cacher leur incompétence à proposer une offre digne de ce nom qui respecte l’utilisateur et continuerons à obliger le client à souscrire à plusieurs offres simultanément pour qu’il puisse avoir accès à un vrai catalogue : Pouvoir regarder sur un seul compte toutes les productions, offre mondiale sans restriction de pays, etc … Eux ont tout compris depuis longtemps. Que touts ces majors commencent déjà par proposer une offre comparable à un prix raisonnable !
gregelhombre
On parle des succès mais quels sont les échecs ?
dredd
On fait le bilan calmement<br /> En s’remémorant chaque instant<br /> En pensant au temp d’avant<br /> Où fallait pas dix abonnements
JohnnyG
C’est pas avec la nouvelle politique de Netflix qu’on se dirige vers une diversification du cinema et des series.<br /> Finalement c’est presque comme pour la musique ou ce qu’on entend a la radio n’est qu’une version a peine remaniée de ce qu’il y avait avant… Les nouveaux artistes ont du mal a proposer un univers qui tranche, et bien souvent pour ne pas prendre de risque le label impose une reprise comme premier titre…
rsebas3620
j’aime bien l’expression « abonné trop cher » comme si en plus de payer l’abonnement, on avait en reel impact sur<br /> -le cout de netflix (alors que c’est eux meme qu’ils ne sont pas foutu de se reguler tout seul)<br /> -la qualité proposé (encore une fois l’abonné n’a tres peu son mot dire a part un pouce j’aime j’aime pas ou j’adore)<br /> -le nombre de chose proposé (la aussi par le meme biais)<br /> au final on veut faire culpabiliser l’abonné en disant « wouah tu coute trop cher avec tes exigences, on va monter le prix » alorq qu’au final c’est netflix qui se trompe de cible et fait payer a l’abonné son manque de relfection sur ce que veux l’abonné<br /> et il font tous pareils, il y a tellement de series sur le wokisme, les non binaire et non genré qu’a la fin tu as l’impression de regarder une seule et unique chose, un non divertissement militantiste qui ne sert a rien a part dire "nous chez netflix (ou disney ou les autres) on a les balls pour denoncer " alors qu’au final on veut juste etre diverti ,par quelque chose d’interressant et de frais
jedig73
hausse de prix, multiplication des plateformes, qualité des programmes peu au RV ( wokisme, feminisme, lgbt, sont au finale plus negatif que positifi pour le secteur, les majors s’en appercevront peut etre trop tard…) , baisse du pouvoir d’achat (- a cause de l’energie entres autres) des menages mondiale… Il en faut pas plus pour voir le debut de la descente de la courbe de progression( comme celle du covid en cloche) . Il y a seulement 4 ans 2 ou 3 plateformes et un prix acceptable etait suffisant, mais comme ca marchait, tout le monde veut sa part ( cf Disney+) et le prix s’envole ( et donc de moins en moins adapté aux menages, meme moyen).
Doss
Ce que je pige pas c’est qui si le partage de compte leur coûte chère, ils peuvent supprimer l’abo 4 utilisateurs et proposer le 4k des l’abo 2 utilisateurs.
Kahn-San
la multiplication des services (donc des abonnements) + la crise = augmentation du piratage<br /> et ce n’est pas en interdisant le partage que ça va arranger les choses
KlingonBrain
Ce que je pige pas c’est qui si le partage de compte leur coûte chère, ils peuvent supprimer l’abo 4 utilisateurs et proposer le 4k des l’abo 2 utilisateurs.<br /> Tout à fait.<br /> Le ou ça devient trop compliqué à utiliser, par exemple pour regarder en voyage, je me désabonne. Et si la concurrence ne propose pas mieux, il restera toujours la lecture.
brice_wernet
Le problème de netflix, c’est que autant ça voguait à ses débuts sur des programmes un peu décalés, peu distribués, autant maintenant ils génèrent les programmes automatiquement et leur idéntité c’est:<br /> Le dernier acteur qui a bien marché<br /> La scène d’action qui a bien marché est refaite<br /> Plus de giclures de sang qu’à la TV parce qu’on peut se différencier avec ça<br /> Plus de racolage aussi et soyons très expansifs sur le sexe même quand ça n’a aucun rapport avec l’histoire, les gens aiment<br /> Bref, ils sont dans les travers de toutes les grosse sociétés de production: pas de risque en peaufinant toujours le même plat avec les mêmes ingrédient, seule la sauce diffère un peu (= la licence…)<br /> Le peu de programmes un peu sympa, on en fait le tour en deux mois. Bref, ce n’est pas de mon goût. Ca l’était au début, quand ils passaient des séries non finies comme pushing daisies, mais il les ont enlevées avant que je ne m’abonne…<br /> Videofutur, dans sa version VOD, était pas mal (dans sa version location par la poste, c’était le TOP), je découvrais des oeuvres européennes (un thriller belge autour d’un père et sa gamine que j’ai adoré, si quelqu’un peu me trouver le nom…)<br /> Les autre gros noms de la SVOD sont du même acabi. Disney tourne autour de Marvel et Star wars et franchement je n’en ai pas regardé le tiers des films et le dixième des séries tellement je m’y ennuie, leurs séries sont bidons et pleines d’épisodes fillers…<br /> Le côté woke est tellement évident parfois que ça casse toute impression de sincérité de l’oeuvre: certains personnages sont là pour le quota, le peu d’intrigue autour juste pour le faire exister 3 épisodes.<br /> 2 séries toutefois que j’ai adorées en SVOD: Good Omens, The tick, et the good place (bien qu’un peu longue, mais le côté « auto reboot » systématique, woaw)
ayaredone
La phrase de Coluche est et restera toujours d’actualité : « il suffirait que les gens n’achètent pas pour que ça ne se vende pas… »<br /> Je rajoute : la gourmandise est un vilain défaut
brice_wernet
Jamais la licence globale. Ce serait utilisé tout simplement pour obtenir un cashflow constant.<br /> Les plus habitués récupèreront la majeures partie de ce cash flow en faisant ce que Netflix/Disney/Amazon font de mieux: reproduire adnauseum les mêmes schémas sans créativité.<br /> La licence globale, c’est la mort de la nouveauté.
Than
Alors qu’on accepte que le piratage/partage en dehors des clous existera toujours, puisqu’il « sert » de contrepieds à toutes les aberrations de la multiplication des plateformes.
ayaredone
Je propose de changer l’expression : « il n’y a que 2 choses infinies : l’univers et la bêtise » en « il y a 3 choses infinies : l’univers, la bêtise et la cupidité »<br /> mais pas la croissance
gaadek
Non, Netflix n’est pas pénalisé par le partage de compte, il se retrouve juste confronté à une concurrence plus agressive.<br /> Je ne compte plus le nombre de films &amp; séries qui ont disparus du catalogue Netflix pour se retrouver sur Diney+ ou Paramount+! Donc les utilisateurs, qui pour la plupart ne peuvent/veulent pas payer 3 abonnements différents pour 3 service de SVOD font leur choix. Et je rejoins d’autres commentaires sur la pauvreté en terme d’offre sur Netflix de contenu original de qualité, mais ça, c’est chacun qui peut juger de la pertinence de l’offre.<br /> J’ajouterai qu’avec les abonnements sans engagement, c’est devenu aussi plus simple de changer de plateforme de SVOD chaque mois si on à envie
Blackalf
Ce qui m’amuse, c’est qu’il semble y avoir des gens (trop jeunes ?) qui ne savent pas grand-chose du passé. ^^<br /> Il y a environ 15 ans, je fréquentais plusieurs vidéo clubs, pour la simple raison qu’ils ne proposaient pas tous les même films, ou que certains n’avaient que la version VHS et d’autres la version dvd, voire même Blu-ray. Et dans chacun de ces vidéo clubs, il y avait un abonnement annuel à payer.<br /> Bref, quelque part rien n’a changé, ou on se limite à un seul abonnement avec ses limites ou on en veut plusieurs…mais alors il ne faut pas se plaindre de devoir payer.
Comcom1
+1, j’avais fais une remarque équivalente sur un autre article qui disait que Netflix allait de nouveau lutter contre le partage de compte, hors on sait très bien que ce n’est pas possible sauf rendre la vie impossible à l’utilisateur légitime ou supprimer les offres multi-utilisateurs sauf que ça non plus ils ne le feront pas car il reste toujours plus rentable d’avoir 1/4 d’utilisateur (du moins un seul compte qui paye pour 4 que 0) à partir de là je ne vois pas ce qu’il va changer…<br /> Quant à la multiplication des offres, ça ne fait que diviser les offres par plateforme et clairement c’est ce qui tue le streaming vidéo à petit feu VS le streaming musical qui lui offre la quasi totalité des musiques.<br /> M’enfin ça relancera d’autant plus de site de streaming illégal, téléchargement, IPTV ou autres solutions… (qui d’ailleurs n’ont pas disparues)
IATW
Et nous bombarder de pubs… Le piratage a encore de beaux jours devant lui…
hacktarus
trop de plateforme, j’ai tout couper,<br /> je préfère retourner aux vielles habitudes<br /> le tout gratos
glandeuranon
Alors qu’un abonnement chez OVH, c’est combien ?
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Scout, la fusée du
Connaissez-vous les salaires dans la cybercriminalité ? Vous allez être jaloux...
Impressionnée par le succès de ChatGPT, l'Europe veut encadrer l'IA
Soldes Amazon et Cdiscount : TOP 10 des offres folles à saisir ce week-end
Bon plan : profitez dès maintenant des offres avantageuses antivirus et VPN Norton !
Prix fou : CyberGhost vous offre son VPN avec 82% de réduction
Twitch : ces chiffres qui témoignent de l'incroyable succès de la plateforme
Réalisé en partie avec l'IA, cet anime Netflix fait déjà polémique
Nouveaux AirPods Max et AirPods d'entrée de gamme, c'est pour quand ?
Vous avez aimé ChatGPT ? Découvrez CatGPT
Haut de page