Test Panasonic TX-65JZ2000E : le meilleur de l'OLED pour flatter rétines et pupilles

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
09 avril 2022 à 18h18
67
Panasonic JZ2000_2 © Panasonic
© Panasonic

Le nom de Panasonic est sur toutes les lèvres lorsqu’il s’agit de parler de téléviseurs, et plus particulièrement de téléviseurs OLED. Si le fabricant nippon a dévoilé son prochain flagship il y a quelques semaines, le Panasonic LZ2000 ne sera pas disponible sur le marché avant plusieurs mois. Le moment est donc idéal pour que nous testions le modèle phare du catalogue 2021, le JZ2000, ici dans sa version de 65 pouces et dont le prix a déjà bien baissé depuis sa sortie.

Panasonic TX-65JZ2000E Le meilleur de l'OLED
  • Un processeur qui fait la différence
  • Une image sublime en SDR comme en HDR
  • Section audio impressionnante
  • Pied rotatif bien pratique
  • Télécommande non rétroéclairée
  • Interface limitée en applications
  • Seulement deux ports HDMI 2.1

Panasonic formule une offre qui se veut extrêmement complète sur le papier avec le JZ2000. Il s’agit de l’un des téléviseurs OLED les mieux équipés du marché en matière d’image et de son. Il est estampillé OLED Professional Edition, comprendre par là qu'il embarque une dalle améliorée sur certains points par les ingénieurs de Panasonic. Le téléviseur est également équipé d'un système de « cheminée » audio unique en 5.1.2 pour une puissance totale de 125 W, sans oublier la compatibilité Dolby Atmos.

À cela s’ajoute la connectique HDMI 2.1, le support de l’AMD FreeSync Premium, le dernier processeur HCX Pro AI, une compatibilité multi-HDR. La volonté de Panasonic est celle de fournir une expérience « cinéma à la maison » comme peu d’autres fabricants savent le faire. Avons-nous été conquis par cet ensemble qui compte parmi les plus onéreux du marché ? Que trouvons-nous à lui reprocher ? Réponse avec notre test du Panasonic TX-65JZ2000.

Toutes les mesures réalisées dans le cadre de ce test ont été enregistrées avec le logiciel CalMAN Ultimate, une sonde X-Rite i1 Display Pro Plus et un boîtier de mesure d'Input Lag Leo Bodnar.

Prix et disponibilité

Le Panasonic TX-65JZ2000E a été commercialisé courant 2021 au tarif initial de 3 999 €. Décliné en seulement deux diagonales, le modèle de 55 pouces a été mis sur le marché à 2 999 €. Or ces prix sont actuellement tirés vers le bas, et il n’est pas rare de trouver le 65JZ2000 aux alentours de 3 000 € et le 55JZ2000 légèrement en dessous la barre des 2 500 €.

Notons qu'il est toutefois possible de profiter d'une qualité d’image similaire et de cette dalle lumineuse sans dépenser autant. La série JZ1500 est en effet tout à fait équivalente à celle qui nous intéresse ici, à l’exception de son système audio qui, pour le coup, est beaucoup plus classique. À l’heure de rédiger ces lignes, le 65JZ1500 se négocie aux alentours de 2 000 €, le modèle de 55 pouces étant vendu 1 500 €. Enfin, le Panasonic JZ1000 est un très bon téléviseur qui s’affiche avec des tarifs plus accessibles, mais sans les atouts de cette dalle OLED Professional Edition.

Fiche technique Panasonic TX-65JZ2000E

Affichage

Diagonale
65in
Résolution d'écran
3840 x 2160 pixels - 4K
Technologie d'écran
OLED
Type de dalle
WOLED
Processeur vidéo
HCX Pro AI Processor
Compatibilité HDR
HLG, HDR 10, HDR 10+, Dolby Vision, Dolby Vision IQ
Fréquence de rafraîchissement
120Hz

Audio

Puissance des haut-parleurs (watts)
125
Nombre de haut-parleurs
8
Dolby Atmos
Oui
DTS:X
Non

Connectique

Nombre de ports HDMI
4
Standard HDMI
HDMI 2.1
ARC / eARC
ARC, eARC
ALLM
Oui
Synchronisation dynamique
VRR
Autres entrées
3x usb, 1x composite, 1x ethernet, 1x CI+
Autres sorties
1x optique (SPDIF), 1x HDMI ARC/ eARC, 1x casque

Connectivité

Système d'exploitation
My Home Screen
Bluetooth
Oui
Wi-Fi
Oui
Norme Wi-Fi
5 (AC)
Assistant vocal
Google Assistant, Alexa
Chromecast
Oui
Airplay 2
Non
Homekit
Non

Caracteristiques physiques

Hauteur
910mm
Largeur
1 448mm
Profondeur
350mm
Poids
28kg
Compatibilité VESA
Oui
Test Panasonic TX-65JZ2000E_FHD © Matthieu Legouge
Test Panasonic TX-65JZ2000E_FHD © Matthieu Legouge
Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge

Images en sortie de carton avec le mode "Normal" © Matthieu Legouge pour Clubic

Design et connectique : un pied rotatif des plus pratiques

Panasonic propose, comme à son habitude, un téléviseur OLED haut de gamme relativement sobre. Peu de changements visuels sont à noter par rapport au HZ2000 de l’an passé, si ce n’est que le JZ2000 adopte un support central légèrement plus compact qui s’accompagne d’un système de gestion de câble plus proche de celui du JZ1000.

Ce pied central introduit en 2020 sur d’autres gammes autorise une rotation du téléviseur, à gauche comme à droite, sur un angle d’environ 30°. Il s’agit d’une option d’ergonomie on ne peut plus pratique, d’abord lorsqu’il s’agit de venir connecter un câble, mais surtout si vous souhaitez orienter le téléviseur différemment pour éviter certains reflets qui viendraient se répercuter sur la dalle par exemple.

Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic
Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge
Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge
Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge

OLED oblige, les bordures de la dalle sont d’une finesse qui ne nous surprend plus vraiment maintenant. En revanche, soulignons que le JZ2000 est plus imposant que la majorité des téléviseurs OLED du marché, un constat logique au regard de l’ampleur de son système audio.

Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge

Le pied central permet de positionner le téléviseur sur une grande variété de meubles TV, et ce, bien qu'il soit assez large (390 mm) et profond (350 mm). Le JZ2000 est quant à lui relativement épais avec son électronique et sa partie audio : comptez environ 69 mm, soit plus de trois fois plus qu’un LG 65OLEDG1 qu’on conseillera davantage pour une installation murale avec sa barre de son.

Autre fait marquant sur le catalogue OLED 2021 du fabricant : le poids. Notre exemplaire de test affiche seulement 28 kg sur la balance, là où le modèle de 2020 montait à 40 kg. Le pied central fait déjà économiser près de 1,5 kg, mais cette évolution provient en réalité du nouveau système de dissipation thermique développé par Panasonic.

Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge
Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge

Du côté de la connectique, on retrouve quatre ports HDMI, dont deux sont affichés comme étant HDMI 2.1 et un seul en ARC/eARC. Le reste se compose d'une sortie casque (commutable en subwoofer), d'une optique numérique, une entrée composite, un port Ethernet, deux entrées antenne TV et deux lecteurs PCMCIA. Un port USB 3.1 vient compléter le tableau à l’arrière, et deux ports USB 2.0 sur le flanc. Bluetooth et Wi-Fi 5 gèrent quant à eux la connectivité sans fil de ce téléviseur.

My Home Screen 6.0 : une interface toujours aussi limitée

Basé sur Firefox OS, My Home Screen est désormais déployé dans sa version 6.0. Quelques nouveautés sont au programme, rendant la navigation plus intuitive qu’auparavant et ajoutant quelques applications au sein d’une bibliothèque qui n’en est pas vraiment une en raison du nombre limité d’applications disponibles.

Si l’on retrouve bien des services comme Netflix, Prime Video, Disney+ ou YouTube, il ne faut cependant pas compter sur OCS, myCanal ou RMC Sport. Cela poussera sans doute les utilisateurs à recourir à une solution externe comme NVIDIA Shield TV ou Apple TV.

Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge

L'accès aux menus de réglages se fait de manière plus simple qu’auparavant. Avec Philips, et en dehors des applications, Panasonic tend à donner le plus de choix possible à l’utilisateur. Les menus et options sont fournis et très complets pour quiconque souhaite ajuster image, traitement vidéo ou calibrer son téléviseur de manière manuelle ou automatique avec Calman.

Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge
Depuis notre dernière prise en main d'un téléviseur Panasonic, Disney+ et Apple TV+ ont fait leur apparition. © Matthieu Legouge pour Clubic


La télécommande est la même pour toute la gamme JZ. Elle perd son rétroéclairage cette année, au profit d'un micro intégré. Si elle semble bien robuste, elle est toutefois imposante et plus lourde que la moyenne. L’ergonomie en pâtit, bien que cela reste une bonne télécommande aux fonctions complètes.

Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Audio : effet Dolby Atmos garanti

Panasonic ne fait pas dans la dentelle avec le système audio de son JZ2000. Équipé en audio par Technics, qui on le rappelle est une filiale de Panasonic, ce téléviseur est l’un des rares à mettre la barre suffisamment haute s’afficher comme compatible Dolby Atmos. Bien que ce système 5.1.2 montre quelques faiblesses si on le compare à un équipement home cinéma dédié, il nous a surpris dès nos premiers essais.

Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge

L’effet surround est bien présent avec un son qui parvient sans problème à prendre de la verticalité et à s’étendre sur la largeur, notamment grâce à la présence de haut-parleurs latéraux supplémentaire. La spatialisation est de fait légèrement meilleure qu’avec les modèles des années précédentes.

Ce qui étonne le plus c’est bien sûr l’écart qui existe entre ce JZ2000 et un téléviseur OLED « classique » : on ne s’attend pas vraiment à bénéficier d’un son aussi percutant en provenance du téléviseur. N’attendez tout de même pas que ce système vous immerge dans une bulle sonore complète, ses effets restent limités à une zone assez restreinte et il est d’ailleurs nécessaire d’être assis bien en face du téléviseur pour en profiter.

Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge

L’offre de Panasonic est finalement très cohérente : avec le JZ2000, la marque propose un excellent système audio aux personnes qui n’ont pas de Home Cinema ou qui utilisent une barre de son moins puissante et qualitative. Ceux qui disposent déjà d’un système audio se tourneront vers le JZ1500, le même sans l’équipement audio signé Technics.

Qualité d'image

Panasonic a développé un nouveau processeur, le HCX Pro AI, qui équipe toutes les références de la gamme JZ. Comme nous l’avions vu avec le JZ1000, cette puce fait la part belle à l’intelligence artificielle en déployant des algorithmes qui viennent analyser l’image dans le détail pour améliorer les contenus diffusés à l’écran. Un traitement qui bénéficie également au son avec un rendu qui s’adapte en circonstance à partir du moment où l’on choisit le mode « Auto AI ».

Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

L’atout numéro de Panasonic sur ce marché reste sans conteste sa capacité à sortir des téléviseurs à la colorimétrie fidèle en matière d’image cinéma. Ses traitements vidéo en sont également un exemple concret avec une gestion formidable des contenus en 24p sans qu’il ne soit nécessaire d’activer le moteur de gestion de mouvements Intelligent Frame Creation (IFC).

La marque semble avoir corrigé les soucis de saccades que certains déploraient sur les précédentes gammes avec l’IFC. Les mouvements sont fluides et la sensation reste très bonne lorsqu’il est ajusté à son seuil minimal dans le cadre d’une visualisation de film. On peut pousser le réglage un peu plus haut pour visionner du sport sans que cela n’affecte trop négativement l’image. Cette gestion parfaitement maîtrisée des mouvements permet à Panasonic de conserver une belle avance sur ses concurrents, même si l’on parle d’un écart que la plupart ne remarqueront que pas ou peu.

Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge
Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge


Concernant l’image en elle-même, on goûte ici à ce que l’OLED à de mieux à proposer. En termes de dynamisme, de piqué, de profondeur, le JZ2000 impressionne. Les contrastes fous aident beaucoup, tout comme le niveau de détails fabuleux dans les scènes sombres ainsi que dans les hautes lumières, et tout ça sans pour autant recourir à la dalle Evo de LG Display. L’image est très proche de ce que l’on attend d’un tel téléviseur, proche de la perfection lorsqu’il s’agit de diffuser des contenus de grande qualité comme du Blu-Ray 4K UHD avec Dolby Vision.

On remarque cependant quelques désagréments avec des sources de moindres qualités notamment au niveau de la gradation des noirs, comme l’explique Vincent Teoh, de HDTVTest, dans son test technique. En revanche nous n’avons pas remarqué phénomène visible de postérisation sur les contenus que nous avons visionnés.

Test Panasonic TX-65JZ2000E_4K © Matthieu Legouge
De la 4K UHD native à gauche à la mise à l'échelle depuis une source en FHD à droite © Matthieu Legouge pour Clubic


La mise à l’échelle est à la hauteur de ce que l'on peut attendre du JZ2000, l’upscaling est très doux par défaut et conserve un bon niveau de détails résultants sur une image parfaitement nette, comme le montrent nos images comparatives. La magie opère déjà un peu moins sur les contenus de basse qualité, ce qui reste normal.

Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Pour ne pas changer avec l’OLED, les reflets sont assez gênants au quotidien en fonction du positionnement du téléviseur par rapport aux fenêtres et autres baies vitrées. Le capteur de luminosité ambiante fait beaucoup pour rendre une image plus lumineuse en pleine journée, mais il reste délicat de visionner des scènes sombres dans une pièce trop exposée à la lumière et donc aux reflets.

Le revêtement semi-glossy n’est pas mauvais pour autant, les reflets indirects et les plus légers sont bien dilués, tandis que le pied rotatif et le capteur de luminosité aident à profiter un peu mieux de cette dalle en journée.

Nos mesures

Nous avons sélectionné le mode Filmmaker pour effectuer nos mesures et pris soin de désactiver le capteur de luminosité ambiante pour obtenir des mesures précises. Celui-ci est en effet activé par défaut dans ce mode d’image. À l’instar du JZ1000, nos mesures montrent que le rendu est un peu trop chaud par défaut avec l’option « Chaud2 ». Il devient trop froid lorsque nous sélectionnons un autre réglage de température de couleurs. Nous avons finalement réalisé nos mesures sans modification dans un premier temps, puis en apportant de légers ajustements pour nous rapprocher d’une température de 6 500 K. Il a simplement fallu ajuster le gain rouge à - 5, le gain vert à + 1 et le gain bleu à + 2 pour obtenir une courbe plus équilibrée.

SDR

Test Panasonic TX-65JZ2000E
Avant / après réglages

La température par défaut est de 5 978 K et l’image tire effectivement vers le rouge. De simples réglages de gain permettent de régler ceci, avec une température qui est cette fois-ci de 6 558 K, très proche de la valeur cible.

L’échelle de gris se montre quant à elle excellente, tandis que la courbe gamma n’affiche que de légères irrégularités avec un gamma moyen de 2,42.

Test Panasonic TX-65JZ2000E
Test Panasonic TX-65JZ2000E
Avant / après réglages

La colorimétrie en SDR est relativement fidèle en sortie de carton avec un delta E moyen de 2,31 et peu de dérives chromatiques. Les résultats sont toutefois proches de la perfection après réglages avec un delta E moyen de 0,88 seulement sans aucune dérive chromatique cette fois-ci.

HDR

Panasonic réussit un tour de force en matière de HDR par rapport à ses concurrents. Le fabricant se passe en effet de la dalle Evo censée être plus lumineuse tout en proposant une luminosité globale légèrement meilleure que sur les téléviseurs qui en sont équipés.

Test Panasonic TX-65JZ2000E
Test Panasonic TX-65JZ2000E

La courbe EOTF est parfaitement suivie, Panasonic adopte ici une approche cohérente pour éviter le clipping avec un lissage à partir de 60 % de luminance. Ce tone mapping n'est toutefois adopté que lorsque le « Dynamic HDR Effect » est activé, ce qui est le cas par défaut. Nous conseillons d'ailleurs de le laisser activé pour conserver un maximum de détails dans les hautes lumières. Le pic lumineux atteint quant à lui avec une mesure à 983 cd/m² sur une fenêtre de 10 %, sans avoir sollicité la dalle auparavant.

Test Panasonic TX-65JZ2000E

Lorsque l’on sollicite la dalle de manière un peu plus intensive qu’une mesure unique de pic lumineux, on remarque que le JZ2000 est capable de monter un peu plus haut, jusqu’à 1 011 cd/m². C’est actuellement un record pour une dalle OLED, mais peut-être plus pour longtemps. Enfin, l’ABL réduit significativement la luminosité sur les fenêtres de pleine taille, comme c’est le cas avec n’importe quel téléviseur OLED.

Test Panasonic TX-65JZ2000E

La colorimétrie en HDR compte parmi les plus fidèles que nous ayons relevés. Le delta E moyen avec le mode Filmmaker culmine seulement à 1,21, sans aucune dérive chromatique visible par l’œil humain.

L’espace DCI-P3 est une nouvelle fois largement couvert et le JZ2000 fait parmi des meilleurs du marché sur ce point en affichant une couverture 99,2 %. Le résultat est logiquement un peu moins bon avec le Rec. 2020, couvert à 75,77 %.

Test Panasonic TX-65JZ2000E
Rec. 2020
Test Panasonic TX-65JZ2000E
DCI-P3

Jeux vidéo

L’expérience de jeu sur un téléviseur OLED est habituellement très satisfaisante. Les contrastes, la richesse des couleurs, les angles de vision ou encore le temps de réponse quasi instantané des pixels donnent à ces produits un net avantage.

On remarque ici que Panasonic a fourni les efforts nécessaires pour proposer un mode jeu au faible input lag, que nous mesurons à 14,3 ms. L’autre avantage du JZ2000 est que son mode de jeu peut être activé dans chaque mode d’image. Il ne s’agit donc pas d’un mode à part, ce qui signifie qu’il est possible de profiter de la justesse d’image d’un mode Filmmaker en jeu, chose qu’on ne retrouve pas vraiment ailleurs.


Néanmoins rappelons que 2021 fut l’année où les constructeurs ont rencontré quelques difficultés pour faire basculer leurs téléviseurs dans le gaming « next-gen ». Comme nous l’avons soulevé lors d’autres tests, en particulier celui des Philips OLED936 et Philips OLED806, ou encore le petit poucet de la gamme de Panasonic, le JZ1000. Comme Philips, Panasonic a annoncé et déployé une mise à jour firmware pour combler les lacunes présentes avec l’HDMI 2.1. Hélas, nous n’avons pas été en mesure d’installer cette mise à jour avec notre exemplaire de test.

Test Panasonic TX-65JZ2000E © Matthieu Legouge

Si l’on en croit certains camarades, la version 3.124 résout bien les différents problèmes rencontrés avec le VRR et la 4K à 120 Hz, chose que nous aurions cependant aimé constater de nos propres yeux. Livrée avec la version 3.053, notre unité ne peut dans l’état être mise à jour malgré toute notre bonne volonté. Nous attendons encore une réponse de la part de Panasonic concernant ce problème.

Consommation électrique

Ce téléviseur Panasonic n’est pas déraisonnablement gourmand en énergie pour un modèle OLED. Nous y mesurons une consommation de 85,2 W/m² en diffusant une mire blanche calibrée à 150 cd/m² sur une fenêtre de 10 %. Une valeur qui reste élevée en comparaison de téléviseurs LCD classiques, mais dans la moyenne basse pour un OLED de 65 pouces.

Panasonic TX-65JZ2000E : l'avis de Clubic

9

Panasonic a su peaufiner la recette de son téléviseur OLED haut de gamme pour proposer l’un des meilleurs modèles du moment. Le japonais met une nouvelle fois son savoir-faire à profit en matière de qualité d’image : le JZ2000 assure surtout un excellent rendu HDR sans pour autant recourir à une dalle « Evo ». Un petit tour de passe-passe dont seul Panasonic a le secret qui, conjugué à sa maîtrise de l’image et des traitements vidéo, lui confère une avance notoire sur ses concurrents.

Et il serait bien maladroit d’omettre ce que Panasonic propose en matière d’audio avec son JZ2000. Le système audio de ce téléviseur est simplement le plus convaincant du marché à l’heure actuelle ; l’effet Dolby Atmos est bien présent et parvient à créer un semblant de bulle autour du téléspectateur. En faisant appel à sa filiale Technics pour le son, Panasonic avance en terrain connu et ne déçoit pas. En revanche, il y a fort à parier que beaucoup d’acheteurs préfèreront se tourner vers un JZ1500 et investir dans un système audio dédié, d’autant que celui-ci se prête mieux à un montage mural puisqu’il conserve un châssis bien moins large et profond là où le JZ2000 accueille un grand nombre d’enceintes.

Pour résumer, Panasonic tient toutes ses promesses au niveau de l’image, de la colorimétrie, des traitements vidéo et du son. Reste la partie gaming que nous n’avons pas pu tester dans des conditions optimales. C’est dommage, car il s’agit là d’un point de bascule tout à fait important pour bon nombre d’acheteurs, et sans doute celui sur lequel le fabricant japonais a encore le plus de choses à démontrer. Nous espérons pouvoir constater ses éventuels progrès dans un futur proche.

Les plus

  • Un processeur qui fait la différence
  • Une image sublime en SDR comme en HDR
  • Section audio impressionnante
  • Pied rotatif bien pratique

Les moins

  • Télécommande non rétroéclairée
  • Interface limitée en applications
  • Seulement deux ports HDMI 2.1

Qualité d'image 9

Design 8

Audio 9

Jeux video 7

Système d'exploitation 6

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
67
19
drannoc
3 000 € !!!<br /> Nan mais allô quoi !!!
Dahita
Parfait, mais a mon sens 4 commentaires:<br /> Acheter un televiseur OLED a l’aube du QD-OLED me semble hasardeux<br /> A quand le meme televiseur sans son integre/moins cher puisque cela ne sert a rien dans bien des foyers<br /> Ce foutu pied au milieu qui empeche d’utiliser une enceinte centrale au lieu de pieds sur les cotes<br /> Les boutons Netflix et autres sur la telecommande, ce qui je l’espere sera un jour considere comme concurrence deloyale et publicite deguisee<br />
Matthieu_Legouge
A quand le meme televiseur sans son integre/moins cher puisque cela ne sert a rien dans bien des foyers<br /> Il existe, c’est le JZ1500 !
LoSanno
Je le trouve très moche.
chaton51
Ah ? Il a surtout un pied rotatif et la meilleure qualité oled du marché… Donc bon …
rom-2
Est-ce qu’il est prévu prochainement de tester les Samsung The Frame 2022 ?<br /> Je suis curieux de voir les résultats en test avec leur nouvelle dalle mate.
chaton51
Sachant que les nouveaux modeles sortent bientot je vois pas l interet de ce test 1 an apres la sortie… En tt cas pour ceux qui veulent le meilleur oled en terme d image cinema c est celui la qu il faut prendre surtout que son prix baissera bientot a la sortie des nouveaux modeles. Sinon les jz1500 sont tres tres bien aussi
chaton51
La qualité ca se paie… Une ferrari ca vaut pas le prix d une twingo et tu viens pas jouer ta nabila sur ce genre d ecart de prix ou d autres d ailleurs… Apres si t as pas les moyens ya samsung ou lg… Ca reste excellent l oled lg mais en dessous en terme d image…
chaton51
Le pied central permet de pivoter ce que ne permettent pas les pied de coté. Les enceintes centrales bah quand tu as une tv de ce prix et un home cinema t as de quoi te payer un nouveau meuble aussi. Et pour la barre son la jz1500 est le modele sans … Voila…
MattS32
Dahita:<br /> Les boutons Netflix et autres sur la telecommande, ce qui je l’espere sera un jour considere comme concurrence deloyale et publicite deguisee<br /> Pour que ça soit de la concurrence déloyale, il faudrait qu’une plateforme concurrente de Netflix démontre qu’elle a voulu avoir elle aussi son bouton sur la télécommande et qu’elle n’a pas pu l’avoir dans des conditions similaires à celles de Netflix (parce que faut pas croire qu’il y a pas des conditions hein, Netflix paye les constructeurs pour être présent sur la télécommande, donc si par exemple un concurrent ne peut pas obtenir son bouton s’il paye un montant similaire à celui payé par Netflix, là il y a concurrence déloyale… mais ça on ne sait pas si c’est le cas ou non… on voit en tout cas ici qu’il y a pas moins de 3 concurrents qui ont obtenu leur place aux côtés de Netflix, donc ça parait compliqué de plaider la concurrence déloyale…).<br /> Quand au fait que ça serait de la publicité déguisée… Ben non, ce n’est pas déguisé ^^<br /> Après, si ça te gêne, tu met un coup de marqueur noir dessus et c’est réglé.
WhyPok
Sinon une puce dans le cerveau pour recevoir et apprécier la qualité d’image maximale, ça serait moins d’efforts pour tout le monde.<br /> Quitte à se cramer les neuronnes et les yeux autant supprimer les intermédiaires inutiles et venir reproduire électriquement le stimuli luminieux perçu par les cônes et bâtonnets. Directement dans le système nerveux !
Matthieu_Legouge
On va essayer
Dahita
Ca me gene d’avoir un bouton avec un coup de marqueur dessus, etrange!<br /> C’est de la publicite deguise, puisque sous couvert d’une fonctionnalite tu imposes le logo netflix sous les yeux de tous meme si le client n’est pas abonne.<br /> Concurrence deloyale parce que Tout le monde n’a pas les moyens de Netflix, et que garder une certaine neutralite permet a tous les acteurs de se developper de maniere plus equitable. C’est comme etre contre la neutralite du net, ca n’a pas de sens pour le client.<br /> @Matthieu_Legouge Merci pour l’info!
MattS32
Dahita:<br /> C’est de la publicite deguise, puisque sous couvert d’une fonctionnalite tu imposes le logo netflix sous les yeux de tous meme si le client n’est pas abonne.<br /> Ce n’est pas de la publicité déguisé, puisque… ce n’est pas déguisé. Il y a des domaines dans lesquels la loi impose clairement que la publicité doit être identifiée comme telle pour ne pas être considérée comme de la publicité déguisée.<br /> Ici on n’est pas dans un de ces cas. On a simplement un accord entre deux entreprises qui coopèrent ensemble dans leur intérêt commun. C’est du même ordre que le logo Intel sur un PC, les logo Bose dans une voiture, les sirops Sodastream estampillés Pepsi, etc…<br /> Dahita:<br /> Concurrence deloyale parce que Tout le monde n’a pas les moyens de Netflix<br /> Non. Si c’était si simple que ça, alors TOUTE forme de publicité serait déloyale… Tout le monde n’a pas les moyens de se payer une page dans un magazine, un 4x3 au bord de la route ou 30s avant le 20h de TF1… Ce n’est pas pour autant que ceux qui y parviennent sont en situation de concurrence déloyale vis à vis de leurs concurrents…<br /> Il y aurait concurrence déloyale si par exemple Panasonic demandait 1M$ à Netflix pour ce bouton mais en réclamait 10 à Amaztube TV. Ce n’est sans doute pas le cas.<br /> Et encore, même dans un cas comme ça, ça serait assez compliqué de plaider la concurrence déloyale : le concurrent d’Amaztube TV, c’est Netflix, le fait que Panasonic lui offre de meilleures conditions ne rend pas Netflix coupable de concurrence déloyale… En fait pour qu’il y ait concurrence déloyale, il faudrait prouver que Netflix exige de Panasonic qu’il impose des conditions beaucoup moins favorables aux concurrents. L’initiative de la distorsion doit venir de Netflix. Pas de Panasonic, qui n’est pas présent sur le marché de la VOD.<br /> Dahita:<br /> garder une certaine neutralite permet a tous les acteurs de se developper de maniere plus equitable<br /> Oui. Mais c’est pas pour autant qu’on peut prétendre qu’il y a des infractions qui sont commises, la loi n’imposant pas une telle neutralité aux fabricants de TV.<br /> Après, en tant que consommateur, rien ne t’empêche de manifester ton désaccord auprès de Panasonic en leur expliquant pourquoi tu ne veux pas de ce bouton et pourquoi tu n’achèteras pas une de leur TV tant qu’il sera là. Mais le fait est qu’en l’état actuel, il n’y a très probablement strictement rien qui puisse leur être reproché d’un point de vue légal.
Dahita
Ecoute, quand quelqu’un repond simplement « non » a une argumentation simple et contextualisee, generalement je laisse tomber. Tiens, a tout hasard, peut-etre que ca te fera reflechir mieux que mes propos.<br /> Journal du Geek – 30 Nov 21<br /> Les boutons Netflix et Prime Video sur nos télécommandes vont-ils être...<br /> Les raccourcis sur nos télécommandes vont être étudiées de près par la Commission des affaires culturelles. De la concurrence déloyale ?<br />
MattS32
Dahita:<br /> uand quelqu’un repond simplement « non » a une argumentation simple et contextualisee, generalement je laisse tomber<br /> Où ai-je répondu « simplement « non » » ? J’ai à chaque fois développé et expliqué pourquoi ce non…<br /> Dahita:<br /> Tiens, a tout hasard, peut-etre que ca te fera reflechir mieux que mes propos.<br /> Justement, la conclusion de cette mission va dans le sens de ce que je dit, puisqu’au niveau des télécommandes, le rapport propose principalement deux mesures :<br /> s’assurer qu’il n’y a pas de discrimination (c’est ce que je disais plus haut, pour qu’il y ait concurrence déloyale, il faut à minima qu’un service bénéficie de conditions plus favorables) : « Mettre en place des règles de transparence et de non-discrimination dans les relations entre éditeurs et opérateurs d’interface (fabricants et applications de smart TV, agrégateurs, plateformes de vidéo à la demande, fournisseurs d’accès à internet…) »<br /> réserver une partie des boutons à des acteurs locaux (ce qui va en fait à l’encontre de la première proposition, puisqu’il y a du coup une forme de discrimination) : « Réserver une part des touches des télécommandes à des éditeurs locaux, ou permettre à l’utilisateur de personnaliser tout ou partie de ces touches pour accéder aux services de son choix »<br /> Bref, ils ne considèrent ni qu’il y a concurrence déloyale, ni publicité déguisée. Mais ils souhaitent, comme c’est déjà le cas dans d’autres pans du secteur audiovisuel, mettre en place des solutions pour favoriser une certaine forme protectionnisme audiovisuel (quand on aura compris que les contenus locaux sont plébiscités quand ils sont de qualité, et que ce protectionnisme tire au contraire la qualité vers le bas en incitant les « locaux » à ne pas se fouler, puisqu’ils bénéficient d’une meilleure exposition, on aura fait un grand pas en avant… mais c’est un autre débat…).
Bombing_Basta
Aucun intérêt face à des TV LG, marque qui fabrique TOUTES les dalles OLED du monde, y compris celles de Panassonic donc, et dont la qualité d’image de leur TV vendues 2 fois moins chères, est reconnue chez tous les testeurs, tant en vidéo qu’en jeu vidéo.<br /> Ce qui est important pour une télé, c’est la justesse des couleurs, le fameux delta e et la température de couleur, le contraste, et, pour le jeu vidéo, s’ajoutent l’imput lag, la rémanence, le nombre de FPS, et le VRR.<br /> Pour tous ces points, les LG sont parfaits, pas besoin de traitements d’images olé olé, uniquement d’afficher la source le plus proche possible de ce qu’a prévu le producteur.<br /> Pourquoi payer plus de 2000€ pour une télé oled 55" alors que pour 1000€ on a tout ça et même plus ?!?
Dahita
Tu reponds « non » au message juste au dessus.<br /> La commission ne va pas dans le sens de ce que tu dis, au contraire, je cite:<br /> "il nous semblerait opportun, soit de réserver une part de ces touches à des éditeurs locaux, soit a minima de permettre à l’utilisateur de personnaliser tout ou partie de ces touches, pour accéder à ses chaînes ou services locaux préférés”, indiquent les rapporteures. “Je pense qu’une touche neutre pourrait être une solution”, précise Michèle Victory."<br /> Il ne faut pas etre de mauvaise foi.
ybrasseleur
Dans 2 ans elle en vaudra 700€
MattS32
Dahita:<br /> Tu reponds « non » au message juste au dessus.<br /> Regarde après le non, y a des explications et des arguments sur pourquoi ce non hein. C’est pas simplement un « non » sans développer <br /> Dahita:<br /> Il ne faut pas etre de mauvaise foi.<br /> Justement, il ne faut pas être de mauvaise foi. Si la commission avait jugé que ces touches constituaient une concurrence déloyale ou une publicité déguisée, elles seraient tout simplement interdites.<br /> La proposition de réserver les touches à des acteurs locaux prouve bien que leur principal objectif est d’assurer un protectionnisme audiovisuel, comme on le pratique depuis fort longtemps. En effet, s’il y avait concurrence déloyale ou publicité déguisée, cette proposition ne résoudrait ni l’un ni l’autre : il y aurait toujours la publicité déguisée (en partie pour des acteurs internationaux, en partie pour des acteurs locaux… hé oui, le fait que ça soit local n’en ferait pas moins de la pub déguisée si c’en était…), et il y aurait toujours de la concurrence déloyale entre d’un côté les acteurs internationaux présents et ceux non présents et de l’autre les acteurs locaux présents et ceux non présents…<br /> Bref, cette proposition ne va clairement pas dans le sens d’une reconnaissance d’une quelconque pratique de concurrence déloyale ou de publicité déguisée dans la présence de ces touches.<br /> La touche neutre pourrait être considérée comme une solution à ça, mais si et seulement si elle était proposée comme SEULE solution (ce qui n’est pas le cas) et s’il était interdit de la préconfigurer pour un service (ce qui n’est pas évoqué non plus).<br /> Et surtout, cette proposition de touches neutres, elle n’est même pas dans le rapport écrit, qui ne dit rien d’autre que ça : « Réserver une part des touches des télécommandes à des éditeurs locaux, ou permettre à l’utilisateur de personnaliser tout ou partie de ces touches pour accéder aux services de son choix »<br /> On peut supposer que les touches personnalisables seraient neutres… mais si le texte de loi qui résultera éventuellement de ces travaux ne le dit pas explicitement, une touche « Netflix » dont la fonction puisse être changée sera tout de même conforme. Et la première idée mise en avant reste le fait de partager les touches entre acteurs locaux et internationaux.
tux.le.vrai
Je trouve pas terrible non plus le bouton netflix.<br /> Pour moi, une télé ne devrait être qu’un écran,<br /> pas quelque chose qui nous propose (soumet ?) du contenu.
tux.le.vrai
quant au test, ça fait des années que Panasonic est la référence.<br /> (Déjà avec les Plasmas, les dernières générations étaient TOP)
Yorgmald
Pourquoi acheter une voiture à 49k€ alors qu’une à 12k€ suffirait ?<br /> Pourquoi acheté des chaussures de marques alors que des sans marque font le même résultat ?
Yorgmald
Pour l’histoire du bouton Netflix ou Prime ou autre, pourquoi ne pas râler car les 9 premières chaînes sont mises en avant aussi ?<br /> C’est de la commodité. C’est tout. Pour ne pas râler alors aussi sur les boutons de la télécommande que l’on utilise presque jamais ?
Bombing_Basta
Pour se la péter, c’est ce que tu insinues ?
Yorgmald
Pas du tout. Tu es passé à côté de ce que je souligne.<br /> Si il y a des différences entre les produits ce n’est pas pour rien.<br /> Oui lg produit les dalles, mais une même dalle ne rendra pas le même résultat suivant ce qu’il y a derrière pour lui demander quoi rendre.<br /> Comme pour les voitures où une partie est la même base pour différentes variations et gammes.<br /> Après si la personne décide de mettre son argent dans le plus chère car les différences lui ont une valeur, alors où est le problème ?<br /> Ce n’est pas parce que tu ne peux pas prendre une pana qu’elle n’a pas lieu d’être.
swisstech
Sans remettre en cause les qualités intrinsèques de ce TV et les conclusions, Panasonic étant vraiment l’un des meilleurs dans l’exploitation de la technologie Oled, les mesures effectuées ne peuvent être considérées comme conformes, car la sonde utilisée est une basique sonde photométrique … totalement inappropriée dans le cadre d’un TV Oled.<br /> Pour effectuer le calibrage d’un TV Oled, il est nécessaire de disposer d’une sonde spectrométrique, en effet les cellules Oled (dalles LG Display) combinent 4 sous-pixels (R,V,B et Blanc), le blanc intervenant en combinaison avec les autres couleurs primaires, et de manière variable suivant les algorithmes de gestion de la dalle.<br /> Il faut donc faire une mesure en longueur d’onde de résolution &lt;= 5nm pour pouvoir discerner les composantes.<br /> Aussi, une sonde photométrique, telle la i1 Display Pro Plus, n’aura absolument pas la résolution nécessaire (20nm vs. 5nm requis) pour pouvoir faire des mesures correctes de deltaE, colorimétrie etc. et encore moins une calibrage dans les règles de l’art.<br /> Une excellente introduction au calibrage est disponible: www . satdream . tech/?tuto-calibrage-hdr, incluant un guide spécifique pour les TV Oled qui détaille toute la procédure app . box . com/s/x206i7h0a75h2ffr4jznvd7ep49352u3<br /> Evidement une sonde spectrométrique avec une résolution suffisante (~5nm) coute un bras (et se loue généralement sauf à être calibreur ou testeur professionnel pour en amortir le coût), mais il est dommage de ne pas tenir compte de la technologie mise en oeuvre et d’effectuer les mesures avec le matériel ad’hoc.
Dahita
MattS32:<br /> Regarde après le non, y a des explications<br /> Ca reste « non » einh, alors que le debat est toujours en cours avec le rapport de la commission.<br /> MattS32:<br /> Justement, il ne faut pas être de mauvaise foi. Si la commission avait jugé que ces touches constituaient une concurrence déloyale ou une publicité déguisée, elles seraient tout simplement interdites.<br /> Une commission ne peut pas interdire quoi que ce soit, elle ne peut que faire des recommandations, et tu le sais tres bien. Dans ce cas, elle recommande de changer la donne sur ces boutons. C’est donc bien qu’il y a un probleme. Qui est de mauvaise foi ici?
MattS32
Dahita:<br /> elle ne peut que faire des recommandations, et tu le sais tres bien<br /> Recommandation qui ne comportent pas la suppression pure et simple de ces boutons.<br /> Dahita:<br /> Dans ce cas, elle recommande de changer la donne sur ces boutons. C’est donc bien qu’il y a un probleme. Qui est de mauvaise foi ici?<br /> La volonté de changement est clairement à visée protectionniste. Pas parce qu’ils ont jugé qu’il y a un problème de concurrence déloyale ou de publicité cachée.<br /> Quand on veut remédier à un problème de concurrence déloyale, on fait en sorte de rétablir l’égalité entre les acteurs concernés.<br /> Proposer de partager les boutons entre une partie pour les acteurs internationaux et une partie pour les acteurs locaux ne rétablit pas une équité entre les acteurs, ça coupe juste les acteurs en deux sous-groupes.<br /> De même permettre la personnalisation des fonctions des boutons, si ça n’inclus pas une interdiction de le préconfigurer pour une plateforme, ça ne peut pas résoudre une éventuelle situation de concurrence déloyale.<br /> Ce que cherche la commission, c’est simplement que les contenus audiovisuels locaux soient mis en avant. Ce n’est pas régler un problème de concurrence déloyale ou de publicité cachée. D’ailleurs, les autres propositions de la commissions (celles qui ne ciblent pas les télécommandes) montrent bien ce but, car pas une seule de ces propositions ne met l’ensemble des acteurs sur un pied d’égalité, il s’agit clairement de favoriser les acteurs français, et en particulier ceux liés au service public :<br /> « Assurer la reprise de l’intégralité de l’offre du service public en vidéo à la<br /> demande par les box des fournisseurs d’accès à internet »<br /> « Relancer la concertation entre éditeurs et fabricants sur la mise en place<br /> d’une norme HBBTV en France »<br /> « Mettre en œuvre rapidement toutes les possibilités offertes par la<br /> transposition de l’article 7 bis de la directive SMA » (article 7 bis qui concerne la « visibilité des services d’intérêt général »)<br /> « Imposer des règles d’exposition des œuvres européennes et françaises aux<br /> super agrégateurs de contenus »<br /> « Réserver, au sein de la page d’accueil des interfaces des opérateurs, une part<br /> de l’emplacement le plus attractif à des éditeurs européens »<br /> Bref, on voit bien que le but n’est pas d’avoir une libre concurrence entre les acteurs, mais de favoriser les services publics et les acteurs européens.<br /> Un service américain qui serait victime de cette prétendue concurrence déloyale ne verrait pas sa situation améliorée par ces mesures (pire même, puisque de fait elles imposent de restreindre la visibilité des acteurs étrangers au profit des locaux, un acteur étranger ayant déjà du mal à se faire voir aujourd’hui aurait encore plus de mal à se faire voir si ces mesures entraient en vigueur).<br /> Bref, il me parait très largement excessif de considérer au vu de ce rapport que la commission a estimé que ces boutons constituent une concurrence déloyale ou une publicité cachée. En fait, le rapport dit même clairement le contraire : « En revanche, d’après les informations dont nous disposons, il ne semble pas y avoir sur ces sujets de problèmes que le droit de la concurrence puisse appréhender. »<br /> Ce qui les embête simplement, c’est que ces boutons facilitent l’accès à des plateformes plébiscitées par le public mais qui ne sont pas locales, et là le bon vieux réflexe protectionniste qui sévit depuis des décennies dans l’audiovisuel se réveil, et au lieu de prendre des mesures pour que les produits locaux deviennent plébiscités par les consommateurs, on essaye de leur compliquer l’accès aux produits qu’ils plébiscitent/faciliter l’accès à ceux qu’ils ne plébiscitent pas.<br /> C’est comme les chaînes de TV qui pleurent parce que l’arrivée sur certaines TV de télécommandes sans touches numériques leur ruine l’avantage qu’elles ont avec leur sacro saint « petit numéro » et s’en plaignent en essayant de freiner cette évolution, au lieu d’agir pour s’adapter à l’évolution des pratiques, qui s’éloignent de toute façon toujours plus de la TV linéaire, et donc de la notion de « chaînes » numérotées entre lesquelles on zappe jusqu’à tomber sur un truc qu’on a envie de regarder… Complètement rétrograde et contreproductif. Et c’est comme ça qu’on se fait déborder de tous les côtés par des acteurs qui ont compris que le paradigme a changé.<br /> Dahita:<br /> Ca reste « non » einh, alors que le debat est toujours en cours avec le rapport de la commission.<br /> Oui, c’était un non, argumenté, pour répondre à un de tes arguments affirmant qu’il y a concurrence déloyale (soit disant que ça serait de la concurrence déloyale parce que tout le monde n’a pas les moyens de Netflix pour se payer un tel bouton… le non était juste relatif à ça, rappeler que non, le fait de ne pas avoir les moyens de se payer une exposition que quelqu’un d’autre à les moyens de se payer ne constitue pas une concurrence déloyale). Rien à voir donc avec le débat en cours. Ce non n’était donc pas général, ignorant le débat en cours. Mais spécifique à ton argument. Et donc si mon propos était trop affirmatif parce que le débat est encore en cours, le tient l’était tout autant. Un « c’est de la concurrence déloyale parce que ceci », c’est aussi affirmatif qu’un « ceci ne constitue pas une concurrence déloyale », hein…
Dahita
MattS32:<br /> La volonté de changement est clairement à visée protectionniste. Pas parce qu’ils ont jugé qu’il y a un problème de concurrence déloyale ou de publicité cachée.<br /> La commission a justement ete creee pour adresser ce probleme de concurrence deloyale, et les conclusions sont de changer le systeme. N’est pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.
MattS32
Dahita:<br /> La commission a justement ete creee pour adresser ce probleme de concurrence deloyale, et les conclusions sont de changer le systeme. N’est pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.<br /> Non, le but de cette mission était d’adresser un constat : « L’évolution des équipements et des usages audiovisuels rend les chaînes linéaires et l’offre du service public de moins en moins visibles et accessibles ». Ça ne parle pas de concurrence déloyale.<br /> Encore une fois, le rapport dit noir sur blanc qu’il n’y a pas de problème du point de vue du droit de la concurrence : « En revanche, d’après les informations dont nous disposons, il ne semble pas y avoir sur ces sujets de problèmes que le droit de la concurrence puisse appréhender. »<br /> Donc non, il n’y a pas de situation de concurrence déloyale.<br /> Par contre les propositions faites, elles, elles visent bien, à fausser la libre concurrence en favorisant les acteurs locaux…<br /> Et de façon encore plus détaillée : « En effet, le marché des téléviseurs reste très concurrentiel, même si Samsung et LG disposent d’importantes parts de marché ; et il n’y a pas non plus, pour l’instant, de position dominante sur le marché de la vidéo à la demande et des agrégateurs de contenus (Netflix est certes en plein développement mais il y a aussi Prime video, Disney, Apple TV et d’autres). Tant qu’il n’y a pas de position dominante, on ne peut pas caractériser d’abus de position dominante. On pourrait aussi chercher des ententes entre fabricants et plateformes ayant pour objet d’éliminer les concurrents, mais cette hypothèse se heurte au fait que l’accès des autres éditeurs n’est visiblement pas empêché : bien souvent, il y a un bouton Netflix, mais aussi le bouton d’un ou plusieurs autres éditeurs sur la télécommande. »<br /> Tu noteras que c’est d’ailleurs l’un des arguments que j’ai employés plus haut pour dire qu’il n’y a pas de concurrence déloyale : les constructeurs ne refusent pas de mettre des boutons pour d’autres plateformes.
Dahita
MattS32:<br /> « En revanche, d’après les informations dont nous disposons, il ne semble pas y avoir sur ces sujets de problèmes que le droit de la concurrence puisse appréhender. »<br /> Je pense que tu ne comprends pas le sens de cette phrase.
MattS32
Le sens est clair : le droit de la concurrence est respecté par les acteurs du marché.<br /> Le paragraphe qui suit le précise bien, en établissant qu’il n’y a ni situation d’abus de position dominante ni entente illicite entre fabricants et plateformes.
Dahita
Absolument pas. Le sens explique qu’ils ne sont pas reprehensibles par la loi, pas que cela ne pose pas un probleme de concurrence deloyale.<br /> Tiens, de la lecture <br /> Business AM – 26 Nov 21<br /> Les boutons Netflix et Amazon Prime sur les télécommandes concurrencent-ils...<br /> La présence de raccourcis pour les services de streaming américains sur les télécommandes et autres box Internet pose question en France, notamment<br />
MattS32
Dahita:<br /> Absolument pas. Le sens explique qu’ils ne sont pas reprehensibles par la loi, pas que cela ne pose pas un probleme de concurrence deloyale.<br /> Euh, la concurrence déloyale, c’est justement une notion juridique, ce sont l’ensemble des pratiques que la loi interdit parce qu’elles faussent la concurrence.<br /> Une pratique ne peut donc pas être qualifiée de concurrence déloyale si elle n’est pas interdite par le droit de la concurrence…<br /> Dahita:<br /> Tiens, de la lecture <br /> Article antérieur aux conclusion de la commission et qui ne répond pas à la question " Concurrence déloyale ?", disant justement que c’est le rapport de la commission qui y répondra. Et le rapport de la commission, il dit bien que le droit de la concurrence est respecté.
Dahita
La commission dit qu’il y a bien un probleme de concurrence qui n’est pas qualifie de deloyale au sens de la loi, mais qui doit etre change. Tu ne vois toujours pas le probleme? Relis l’article
MattS32
Dahita:<br /> La commission dit qu’il y a bien un probleme de concurrence qui n’est pas qualifie de deloyale au sens de la loi, mais qui doit etre change. Tu ne vois toujours pas le probleme? Relis l’article <br /> Non, la commission ne dit pas qu’il y a un problème de concurrence. Relis son rapport plutôt que d’insister sur la relécture d’un article ANTÉRIEUR aux conclussions de la commission…<br /> Elle dit surtout qu’il y a une évolution des usages qui rend les services audiovisuels « historiques », et en particulier, le service public, moins visibles et moins accessibles que par le passé (pas pour des questions de concurrence déloyale, mais simplement parce que forcément, entre l’époque où on avait 3 chaînes de TV nationale et rien d’autre et aujourd’hui où on a accès en 2 clics aux catalogues audiovisuels de dizaines et de dizaines de pays, ben les contenus « locaux » ils sont passés d’une situation où y avait que eux à une situation où ils sont noyés dans la masse, ne représentant qu’une minorité des contenus disponibles), et elle propose des solutions pour rétablir cette visibilité en faussant justement la libre concurrence pour favoriser ces acteurs par rapport aux autres (car oui, c’est bien ça qu’elle propose… imposer leur présence sur toutes les box, imposer qu’ils soient mis en avant dans les interface, imposer des quotas d’œuvres françaises et européennes aux plateformes, c’est fausser la concurrence en leur faveur).
Dahita
Tu es de mauvaise foi. La commission recommande des changements, mais il n’y a pas de probleme?
MattS32
Il n’y a pas de problème de CONCURRENCE DÉLOYALE.<br /> Il y a un « problème » de baisse de la visibilité des contenus d’origine locale, noyés dans la masse des contenus internationaux. Et la commission propose des solutions pour remédier à cette baisse de visibilité, en favorisant artificiellement la visibilité des contenus locaux : quotas, emplacement réservés, etc…
Dahita
Tiens, avant que tu ne repondes pour rien:<br /> " Mais la question de savoir si la présence de ces boutons raccourcis n’est pas une forme de concurrence déloyale reste légitime, bien au-delà du point de vue de la télévision qui cherche avant tout à rester dans la course. Des plus petits acteurs tels que Salto ou Filmo TV n’ont pas forcément les moyens des géants Netflix ou Amazon pour signer des deals avec les fabricants de téléviseurs. Alors que faire? In fine, la décision de l’Assemblée nationale française pourrait donner lieu à un avis qui pourrait rétablir une concurrence équilibrée entre les différents acteurs de la sphère audiovisuelle…au détriment des consommateurs. "<br /> Tu arrives a comprendre que le fait que cela ne soit pas traitable de maniere legale ne veut pas dire que ca ne l’est pas?
MattS32
Dahita:<br /> Tu arrives a comprendre que le fait que cela ne soit pas traitable de maniere legale ne veut pas dire que ca ne l’est pas?<br /> Oui, le problème est juste que les évolutions technologiques ont fait que les contenus « locaux » sont de plus en plus noyés dans la masse. Mais tant qu’il n’y a pas d’infraction au droit à la concurrence, ça ne peut pas être qualifié de concurrence déloyale. Noyés dans la masse, ce n’est pas un problème de concurrence déloyale. C’est juste une conséquence de l’évolution des modes d’accès et de la mondialisation. Il y a 50 ans, 100% des contenus audiovisuels auxquels tu avais accès sur ta TV étaient diffusés par des diffuseurs nationaux, qui privilégiaient largement les contenus locaux, techniquement tu ne pouvais pas en recevoir d’autre. Aujourd’hui, tu as techniquement accès à des diffuseurs du monde entier, et donc à des contenus du monde entier. Et donc mécaniquement, la visibilité des locaux diminue. Ça n’est pas pour autant une concurrence déloyale.<br /> Et en l’occurrence, les distorsions de concurrence, elles sont bien plus dans les propositions faites par la commission que dans les pratiques des fabricants de TV… Parce que par exemple imposer des quotas d’œuvres françaises et d’œuvres européennes aux plateformes, c’est bien une distorsion de le concurrence en faveur des œuvres françaises et européennes (puisque ces quotas sont bien entendu supérieurs à la part réelle de ces œuvres dans la production mondiale).
Dahita
[quote]<br /> Mais tant qu’il n’y a pas d’infraction au droit à la concurrence, ça ne peut pas être qualifié de concurrence déloyale[/quote]<br /> Says who?! you?! C’est toi qui decide maintenant que l’on ne peut pas trouver ca deloyal parce que ce n’est pas legalement reprehensible? Alors l’OPEC ne fait pas de concurrence deloyale avec son controle des prix du gaz a ce rythme! Interessante approche <br /> Tu as loupe le debut de ma phrase dans mon tout premier commentaire, « a mon sens », ce qui est une opinion! Opinion qui est partagee par l’assemblee nationale, excuse moi du peu… Assemblee qui a cree la commission justement pour traiter le sujet, commission qui revient en disant que si legalement on ne peut rien faire, on a des moyens pour retablir une juste balance.<br /> Dis, il faut voir un peu plus loin que le bout de son nez a un moment.
MattS32
Dahita:<br /> Says who?! you?! C’est toi qui decide maintenant que l’on ne peut pas trouver ca deloyal parce que ce n’est pas legalement reprehensible?<br /> La notion de concurrence déloyale est une notion juridique, c’est encadré par la loi. Après on peut s’amuser à redéfinir les termes, mais la base pour se comprendre, c’est quand même de respecter les définitions hein…<br /> Dahita:<br /> Opinion qui est partagee par l’assemblee nationale, excuse moi du peu…<br /> Ben non. Nulle part l’AN ne dit qu’il y a concurrence déloyale. Elle s’est posée la question, après avoir été saisie par des acteurs du marché. Elle a confié une mission à une commission pour répondre à la question. Et la commission a répondu que non, il n’y a pas de situation de concurrence déloyale (cherche dans le rapport, tu verras que le terme n’apparait pas), mais qu’il y a une perte de visibilité des acteurs locaux due à l’évolution des la technologie et des usages (ce qui ne peut pas être qualifié de concurrence déloyale), et elle propose des actions pour remédier à cette perte de visibilité.<br /> Je te laisse à la conclusion finale du rapport (l’as-tu vraiment lu ce rapport ? j’en doute de plus en plus, puisque tu ne fais que citer des articles datant d’avant les travaux de la commission) :<br /> Que souhaitons-nous, au final ?<br /> Que les chaînes que les Français plébiscitent, notamment de service public et d’intérêt général, soient facilement accessibles et immédiatement visibles ; que l’offre du service public, financée par la contribution à l’audiovisuel public, soit reprise dans son entièreté – y compris l’offre à la demande qui est de plus en plus riche – par l’ensemble de ces nouveaux distributeurs ; que les services et programmes proposés par les constructeurs reflètent la diversité culturelle comme la diversité éditoriale dont nous pouvons nous enorgueillir en Europe, et notamment en France.<br /> Nulle part cette conclusion n’évoque un problème de concurrence déloyale, elle veut juste mettre en avant les contenus locaux (accès facile et visibilité immédiate, c’est une mise en avant par rapport aux autres, pas une libre concurrence avec eux…). À la limite, on pourrait presque croire même que le but c’est d’imposer que les chaînes publiques aient leur bouton gratuitement, par obligation légale, alors que Netflix paye pour…
Dahita
MattS32:<br /> Ben non. Nulle part l’AN ne dit qu’il y a concurrence déloyale. Elle s’est posée la question, après avoir été saisie par des acteurs du marché. Elle a confié une mission à une commission pour répondre à la question.<br /> Donc l’assemblee partage bien l’opinion qu’il y a un souci de concurrence deloyale, sans quoi elle n’aurait pas cree de commission pour s’en assurer <br /> « Le but de la mission lancée par la Commission des affaires culturelles, déterminer si ces pratiques peuvent mettre à mal la concurrence entre les différents acteurs du secteur. Interrogé par Les Échos, son président Bruno Studer, évoque d’ailleurs la possibilité de *“faire appel à l’Autorité de la concurrence, selon les conclusions de la mission”. »<br /> Toujours pas? Tu reponds juste pour repondre en fait?
MattS32
Dahita:<br /> Donc l’assemblee partage bien l’opinion qu’il y a un souci de concurrence deloyale, sans quoi elle n’aurait pas cree de commission pour s’en assurer <br /> Non. Se poser la question, PARCE QU’ELLE A ÉTÉ SAISIE, ce n’est pas penser qu’il ya concurrence déloyale… C’est se poser la question… Penser comme toi qu’il y a un problème, c’est déjà répondre par l’affirmative à la question, donc ne plus la poser.<br /> Dahita:<br /> “faire appel à l’Autorité de la concurrence, selon les conclusions de la mission”<br /> Oui, « selon les conclusions de la mission ». Donc si la mission avait conclu qu’il y a un problème relevant de la concurrence déloyale, alors l’Autorité de la concurrence aurait été saisie.<br /> Mais ça c’est ce qui a été dit AVANT que les conclusions ne sortent. Donc quand ils en étaient au stade de faire des hypothèses sur les actions à prendre en fonction de ce que seront les conclusions. Encore une fois, au lieu de t’en remettre aux conclusions qui répondent à la question, tu restes bloqué sur de vieux articles datant d’avant les travaux de la commission, quand la question était encore sans réponse… Ce qui me conforte dans l’idée que tu n’as pas lu le rapport. Forcément, tu fais visiblement uniquement des recherches sur « concurrence déloyale netflix télécommande », ce qui ne donne que des articles datant du lancement de la mission, pas d’article sur le rapport de la mission, puisque ce rapport ne parle pas d’une concurrence déloyale…<br /> Depuis ces articles que tu cites, les conclusions sont sorties. Et elles disent qu’il n’y aucun problème relevant du droit de la concurrence. Donc l’Autorité de la concurrence ne sera sans doute pas saisie.
Dahita
MattS32:<br /> Oui, « selon les conclusions de la mission ». Donc si la mission avait conclu qu’il y a un problème relevant de la concurrence déloyale, alors l’Autorité de la concurrence aurait été saisie.<br /> Pourquoi la commission a-t-elle ete creee selon toi?
MattS32
Pour étudier la situation, voir s’il y a un problème de concurrence déloyale et proposer des solutions pour rendre les offres locales plus visibles (mais aussi les contenus locaux au sein d’offres non locales, puisqu’il est question aussi par exemple d’imposer des quotas d’œuvres françaises et européennes dans les recommandations faites aux utilisateurs par les plateformes étrangères).<br /> Si comme tu le prétends l’AN estimait qu’il y a concurrence déloyale, elle n’aurait pas eu besoin de créer une commission pour répondre à la question, puisque la question n’aurait plus été posée, l’AN ayant déjà sa réponse…
Dahita
MattS32:<br /> Pour étudier la situation, voir s’il y a un problème de concurrence déloyale<br /> Donc on est d’accord que l’opnion de l’assemblee etait qu’il y avait un probleme potentiel. Eh beh…
MattS32
Potentiel, oui. Pas avéré. Et « était », au passé.<br /> Au présent, maintenant qu’on a le rapport de la commission, le constat est qu’il n’y a pas de situation de concurrence déloyale.
Dahita
MattS32:<br /> le constat est qu’il n’y a pas de situation de concurrence déloyale.<br /> Ce n’est pas le cas. Tu continues de prendre le terme au sens legal, ce dont je n’ai jamais parle, et la commission recommande de prendre des mesures, ce qui en plus n’est qu’une recommendation puisque l’assemble peut toujours decider de faire appel a l’autorite de la concurrence.
MattS32
Dahita:<br /> et la commission recommande de prendre des mesures<br /> Mais ces mesures ne sont pas pour répondre à un problème de concurrence. Elles sont pour répondre à une chute de visibilité des services audiovisuels français, chute qui résulte de l’évolution technique (accès facile à des contenus de nombreux pays) et à des évolutions d’usages (abandon progressif du linéaire au profit de la VOD). Y a deux pages entières du rapport pour expliquer ça, alors que la notion de « concurrence » n’est évoquée que deux fois quelques lignes en 16 pages (une fois sur la collecte de données par les constructeurs, avec la crainte qu’un constructeur puisse collecter des données d’usage d’un service et les vendre à un service concurrent, une fois pour dire qu’il n’y a pas de problème en regard du droit de la concurrence).<br /> Et d’ailleurs, le gros des mesures proposées ne concernent même pas les boutons de télécommande et la seule mesure visant spécifiquement ces boutons ne cherche absolument pas à empêcher leur existence (elle dit même que les interdire n’est ni faisable ni souhaitable…).<br /> Bref, faut vraiment avoir une lecture sacrément orientée (ou une non lecture) de ce rapport pour prétendre qu’il conclut que ces boutons constituent une concurrence déloyale, même avec une définition étendue de ce terme.<br /> Dahita:<br /> puisque l’assemble peut toujours decider de faire appel a l’autorite de la concurrence<br /> Oui, elle peut toujours. Mais avec un rapport qui dit que d’un point de vue du droit à la concurrence, aucun problème n’a été constaté, elle va pas avoir grand chose pour étayer un dossier devant l’Autorité de la concurrence, qui est là pour veiller au respect du droit de la concurrence justement…<br /> À la limite l’Autorité de la concurrence pourrait mener une enquête poussée sur les contrats entre les plateformes est les constructeurs pour bien vérifier qu’il n’y a rien d’illégal dedans). Mais ça ne mènera dans ce cas pas à une interdiction du principe des boutons d’accès direct, mais juste à un recadrage des conditions contractuelles de mise en place de ces boutons.
Palou
@Dahita @MattS32 On se calme SVP, les 3/4 des messages sont de vous et ça tourne en rond
Bombing_Basta
Ce n’est pas parce-que je peux prendre une pana, que je dois prendre une pana.<br /> Et justement, niveau rendu, les TV LG OLED n’ont à rougir face à aucune autre.<br /> Ça serait plutôt l’inverse vu la différence de tarif entre une Sony ou une Pana et une LG.<br /> Peu importe le nombre de post-processing de cette télé, le seul qui vaille est celui qui rend au plus juste, la colorimétrie de toute source lui étant raccordée, idem chez LG.<br /> Personne ne fera la différence entre un delta-e moyen de 1.3 et un autre de 1.4…<br /> Aucune caractéristique ici ne justifie 1000 ou 1500€ d’écart de prix.
Bombing_Basta
Qui aurait cru qu’il y aurait un jour un remake de « La Guerre Des Boutons »…<br /> Et sinon, au risque qu’il soit passé inapperçu, je me permet de te donner un lien vers un commentaire très intéressant (donc pas un des miens lol) : Commentaires : Test Panasonic TX-65JZ2000E : le meilleur de l'OLED pour flatter rétines et pupilles - #28 par swisstech<br /> Histoire que tu en fasses part aux équipes « test affichage ».
TNZ
J’aurais été plus vache : il ne peut pas prendre une Pana parce qu’il n’a pas la culture nécessaire pour apprécier la différence de qualité et de confort visuel.<br /> On observe les mêmes choses dans les discussions sur le matériel audio.
lulu1980
Ou peut être que c’est vous qui avez un avis faussé.<br /> C’est chère donc c’est bien, les chiffres sont meilleur mais finalement en test aveugle …<br /> Combien de personnes aiment un vin pour son étiquette ou son prix…
EnLighter
Téléviseur très intéressant. Le système audio lui permet de se positionner clairement devant le Ténor LG selon moi.<br /> Merci pour cet article très complet.
Yorgmald
Pour certaines personnes tu as raison.<br /> Beaucoup pensent que plus c’est-cher-mieux-c’est, une pensée qui n’est pas non plus totalement fausse car dans certains domaine c’est réel.<br /> Tu prends l’exemple du vin comme très bon exemple, beaucoup pensent boire un bon vin juste en regardant le prix ou l’étiquette sans prendre en concidération tout le reste. Ceci est une erreur. Cependant certains vins sont très honéreux et c’est justifiable mais beaucoup de gens ne seront pas capable de percevoir l’ensemble des différences qui justifient le prix de la bouteille.<br /> De plus certains producteurs de produits jouent sur cette pensée du cher=bien en affichant des prix bien trop élevés pour la qualité réelle du produit et font aussi que beaucoup de client en perdent un sens des valeurs et d’analyses de celle-ci.
lulu1980
C’est exactement ça. Vous avez parfaitement développé ma pensée.<br /> On retrouve ce comportement dans beaucoup de domaines et effectivement les pros gonflent les prix dans cette optique … et (ce qui est triste) ça marche!
cooper
C’est simplement votre avis <br /> LG produit la dalle « de base », puis chaque marque la retravaille pour un résultat assez différent.<br /> Par exemple SONY est plus chère mais en terme de SAV, ce sont des TV qui dure dans le temps. Une valeur sur. Et si on vraiment cinéfile, SONY est bien situer pour la reproduction des films entre le fluide et les saccades sans l’effet « camescope ».<br /> Panasonic propose la dalle OLED la plus luminose du marché, idéal pour visualiser un programme en journée. Il propose également la meilleure fluidité sans tuer l’image, et une offre très complète pour le HDR.<br /> Philips est sélectionné pour l’ambilight, par contre en terme de saccade et fluidité, très dur à configurer.<br /> LG m’a soeur en possède une, c’est un peu le même soucis entre les saccades ou les artefacts.<br /> Et en terme prix, Panasonic est très bien placé, le JZ1500 se trouve à 2400€ en 65 pouces ! Et possède la même dalle pro que le 2000.
Bombing_Basta
Ah parce-qu’il faut de la « culture » maintenant pour apprécier ou non un produit de consommation ? Idem pour savoir lire un test de site professionnel ?<br /> T’es surement du genre à défendre une barre de son à 1000€ qui se la joue 5.1 question matériel audio aussi non ?
Bombing_Basta
Mon avis c’est que cette TV est surement très bonne, mais que la différence de qualité ne justifie pas plus de 1000€ d’écart, à mes yeux (version 55" face à LG).<br /> Libre à ceux qui le souhaitent, de dépenser le double pour au final, très peu de différence.
TNZ
Mauvaise compréhension.<br /> Je suis exactement l’opposé de ce que tu décris. Le prix ne garantis en rien la qualité du produit.
TNZ
Avoir de la culture pour apprécier ou non … pas vraiment.<br /> Avoir de la culture pour sentir les différences de rendus (visuel ou acoustique) et se rendre compte si cela améliore ou dégrade la restitution … oui.<br /> Avoir de la culture pour comprendre les notions abordées par les revues professionnelles et se représenter le résultat … oui.<br /> Avoir de la culture pour lire LesNumériques … non.<br /> Et en parlant de barre de son, je n’arrive même pas à comprendre à quoi cela peut il bien servir dans le cadre de la restitution acoustique. Si tu cherches un peu, je n’apprécie pas du tout la Dione tant pour son prix que pour la démarche métier qu’elle porte.
manu_XP
Hélas 65" c’est trop petit. On prend vite gout à la grandeur, j’ai un QLED de 75" que je trouve déjà trop petit.
chaton51
voila hop moi j’ai pris un 55JZ1500 en promo . Et si certains pensent que la différence de prix part rapport a LG ils feraient peut etre bien d’ouvrir leurs yeux un minimum. Et puis la calibration faite par les pros en studio a holywood ca se paie. Et qu’on ne me dise pas que ca ne sert à rien. Autant demander a un musicien de composer et de masteriser sa musique avec un casque Beats.
chaton51
apres le probleme sur l’oled c’est que les tailles plus gdes que 65 ‹  › ca tape en prix.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Ces écouteurs sans fil raviront votre maman pour la fête des mères
Les AirPods Pro 2 dès cette année, mais sans passer à l'USB-C ?
Sony lance les LinkBuds S, des WF-1000Xm4 simplifiés mais next-gen... et brouille encore les pistes
On connaît le prix des Google Pixel Buds Pro en France... et c'est une bonne surprise !
Après sa
Turtle Beach dévoile une oreillette-micro gamer pour smartphone et ordinateur
Cette barre de son Sony voit son prix diminuer de plus de 100€ !
Sony WH-1000Xm5 : le roi des casques nomades révolutionne enfin son design et perfectionne sa technologie
Officiellement abandonnés par Apple, les iPod sont déjà en rupture de stock
Workspace, Google Assistant, Android 13, Pixel 6A, Pixel Buds Pro : ce qu'il faut retenir de la Google I/O 2022
Haut de page