Reconnaissance faciale : le Vatican, lui aussi, appelle à une réglementation de la technologie

02 mars 2020 à 12h20
0
vatican-rome.jpg
© Pixabay

Le pape François, inquiet au sujet des technologies intrusives, s'est associé à IBM et Microsoft dans un discours militant pour un développement éthique de l'IA.

La reconnaissance faciale arrive peu à peu à un tournant de son développement. La technologie, jugée très intrusive, peu éthique et pas vraiment protectrice de la vie privée, fait débat en France mais aussi en Europe, où il fut un temps évoqué la possibilité d'interdire le recours à la technologie sur une durée pouvant aller de trois à cinq ans. L'inquiétude est telle qu'elle grimpe même jusqu'au sommet de l'autorité religieuse catholique, en la personne du pape François.


La signature d'un « Appel à une éthique de l'IA »

Vendredi, des autorités et entreprises étaient réunies pour participer à l'atelier du Vatican, organisé par l'Académie pontificale pour la vie, une institution siégeant au sein de la cité-État. La rencontre, sur le thème de l'intelligence artificielle, fut l'occasion pour le pape François, absent pour une « légère indisposition », de faire lire un message dans lequel il a appelé les acteurs participant à l'atelier à exiger un « cadre éthique » qui soit « de plus en plus clair », de façon à développer les nouvelles technologies « sans discrimination ni exclusion ».

À l'issue de l'atelier du Vatican, l'Académie pontificale pour la vie, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le gouvernement italien, mais aussi les géants de la tech IBM et Microsoft ont accepté de signer le « Call For an AI Ethics », l'Appel à une éthique de l'IA.

Le document soutient une approche éthique de l'intelligence artificielle et vise à promouvoir l'adoption d'un vrai sens des responsabilités au sein des entreprises, gouvernements et institutions du monde entier. L'idée est que les progrès faits dans le secteur du numérique puissent permettre le développement d'algorithmes éthiques. Dans sa lettre lue devant le Président de Microsoft, Brad Smith, et le Vice-président exécutif d'IBM, John Kelly, l'évêque de Rome n'a pas manqué de soulever que « les inégalités augmentent énormément, les connaissances et les richesses s'accumulent entre quelques mains, ce qui représente un grave risque pour les sociétés démocratiques ».


IBM signe le premier appel pontifical de son histoire

C'est la première fois qu'IBM signe un appel pontifical. C'est dire le niveau de sensibilité de la question de l'utilisation de l'IA aujourd'hui. Ciblant la reconnaissance faciale mais aussi la monétisation des données personnelles, la surveillance ou la désinformation, la firme reconnaît que les acteurs à la fois privés et publics doivent dès à présenter s'atteler à dresser un cadre réglementaire strict concernant l'utilisation de l'intelligence artificielle.

IBM, qui soutient le livre blanc récemment publié par l'Union européenne sur le sujet, est accompagnée dans cette croisade par Microsoft qui, bien qu'affirmant il y a encore quelques semaines qu'il faudra bien utiliser tôt ou tard la reconnaissance faciale, affirme qu'il n'est pas bon d'imaginer recourir à la technologie sans avoir encadré son utilisation.

Source : La Croix
Modifié le 02/03/2020 à 12h34
1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
scroll top