L’informatique quantique plus abordable grâce à une isolation à base de… Lego ?

30 décembre 2019 à 09h40
0
Lego quantique
Phys.org

Les chercheurs du département de physique de l'Université de Lancaster ont trouvé un moyen de réduire les coûts des isolants thermiques. Aussi incroyable que cela puisse paraître, les Lego seraient une excellente alternative au Vespel.

C'est en refroidissant des Lego à une température de 1,6 millidegré au-dessus du zéro absolu (0,004 Kelvin) que les chercheurs sont arrivés à cette conclusion : les blocs de Lego sont de remarquables isolants thermiques sous ces conditions (la température étant 100 000 fois plus froide que celle de l'air ambiant).

Une expérience anodine qui pourrait bouleverser l'informatique quantique

En trouvant des propriétés isolantes exceptionnelles aux briques de Lego, les chercheurs de l'Université de Lancaster pourraient avoir découvert le moyen de réduire considérablement les coûts de production de plusieurs industries. La plus importante étant celle des ordinateurs quantiques, qui nécessite des températures extraordinairement basses.

Pour mener à bien cette expérience, les spécialistes ont empilé quatre briques 2x4 ordinaires de Lego au sein d'un réfrigérateur à dilution. Le tout était accompagné d'un appareil de chauffage et d'un thermomètre. La température a ensuite été amenée à un niveau proche du zéro absolu.

Comme le rapporte l'un des auteurs de l'expérimentation, Dmitry Zmeev, « Les blocs de Lego s'assemblent de telle manière qu'ils se comportent comme de très bons isolants thermiques à ces températures cryogéniques ».


Une alternative beaucoup moins onéreuse et d'avenir

Le thermoplastique ABS (acrylonitrile butadiène styrène), sur lequel se basent les Lego, semble donc être une alternative intéressante au Vespel actuel, isolant thermique. Ses propriétés seraient alors équivalentes, et son prix nettement moins élevé. Pour les chercheurs britanniques, ce résultat exceptionnel serait dû à la structure des briques qui limitent le contact physique et qui ralentit considérablement la propagation de la chaleur.

Pour une utilisation à plus grande échelle, les chercheurs se penchent actuellement sur une structure encore plus sophistiquée, toujours en ABS, qui pourrait s'imprimer directement en 3D. Le produit final pourrait alors être utilisé dans la fabrication des prochains réfrigérateurs à dilution. Les modèles existants ont un coût de plusieurs centaines de milliers d'euros. C'est d'ailleurs l'un des principaux freins au développement de cette industrie, que nous pointions du doigt dans notre dossier.

Ainsi, à partir d'une expérience sur des briques de Lego, c'est toute l'informatique quantique qui pourrait devenir plus abordable à l'avenir...




Source : Tom's Hardware/Nature
7
6
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
En pleine pandémie de COVID-19, Trump menace de ne plus financer l'OMS
PS5 : Sony dévoile la manette DualSense
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Yamaha présente trois amplificateurs rétro et des enceintes pour les audiophiles
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
Les conseils de Hyundai pour maximiser la batterie de son véhicule électrique
Un vaste trou s'est formé dans la couche d'ozone au-dessus de l'Arctique
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
scroll top