San Francisco a interdit la technologie de reconnaissance faciale dans ses services publics

15 mai 2019 à 20h06
0
Reconnaissance faciale

Cette interdiction est une première aux Etats-Unis et remet en question la maturité des technologies de reconnaissance faciale dans les administrations publiques.

San Francisco a décidé de prendre le problème à bras-le-corps, et ça risque de ne pas plaire aux entreprises de la tech. Le Conseil des Autorités de la ville vient de voter en faveur d'une interdiction de l'utilisation des technologies de reconnaissance faciale par ses agences publiques, y compris et surtout par la police. Mais Aaron Peskin, l'un des membres du conseil ayant introduit le décret, assure qu'il ne s'agit pas là d'une « mesure anti-technologique », mais plutôt d'une prise de recul.

Un décret pour laisser le temps à l'administration d'étudier cette technologie


Bien moins qu'une mesure sortie du chapeau, le Conseil des Autorités de la ville a défendu ce décret comme « un prolongement naturel des réformes radicales de confidentialité des données mises en place par le gouverneur de Californie Jerry Brown l'année dernière ».

Aaron Peskin veut également tordre le cou à l'idée selon laquelle ce projet est technophobe en le décrivant comme un moyen « d'assurer une utilisation sûre et responsable » des technologies de surveillance à l'avenir. Ce nouveau décret imposera aussi aux départements de la ville d'obtenir une autorisation préalable pour se doter de nouveaux équipements de surveillance.

Une technologie de reconnaissance source de discriminations


Si les policiers pourront toujours avoir recours à des caméras de surveillance sur leurs uniformes et à des lecteurs automatiques de plaques d'immatriculation, les technologies de reconnaissance faciale ne pourront plus être utilisées par 53 départements de la ville. Bien que selon CNN les autorités n'utilisent plus cette technologie depuis 2017, cette mesure prend davantage une dimension symbolique : « Aucun d'entre nous ne veut vivre dans un Etat policier », tonne Aaron Peskin.

Et pour cause : il a été démontré plus d'une fois que cette technologie avait davantage tendance à discriminer les « minorités sociales », aux premiers rangs desquels les personnes noires, hispaniques ou même transgenre. Face à constat, Facebook, Google, Microsoft ainsi que cinq grandes universités américaines ont récemment enjoint Amazon à ne plus vendre sa technologie de reconnaissance faciale, Rekognition, aux autorités policières.

San Francisco fait aujourd'hui cavalier seul dans une mesure aussi radicale, mais Okland et Berkeley pourraient bientôt lui emboîter le pas.

Source : TechCrunch.
6 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Une étude montre que les cyclistes
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Nos théories sur l'évolution de l'Univers remises en question par 39 galaxies

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top