SpaceX va concevoir des satellites de détection de missiles pour le Pentagone

07 octobre 2020 à 17h34
5
Starlink

Les sociétés SpaceX et L3Harris ont été sélectionnées, le 5 octobre par la Space Development Agency, afin de concevoir et fabriquer huit satellites de nouvelle génération. Ces derniers seront chargés de détecter des missiles balistiques et hypersoniques pour le compte des forces armées américaines.

À terme, le Pentagone envisage d’opérer en orbite basse plusieurs centaines de satellites de différents types.

Des constellations de satellites pour les besoins militaires

La Space Development Agency (SDA) a été créée en mars 2019 afin de développer la nouvelle architecture spatiale des forces armées américaines. Jusqu’à présent, les satellites militaires restaient des engins lourds, très performants et donc relativement peu nombreux. Ces dernières années, le Pentagone s’est toutefois intéressé aux architectures de constellations satellitaires en orbite basse développées par le « New Space », et notamment SpaceX (réseau Starlink ) et OneWeb.

Dans la décennie à venir, le Pentagone souhaite ainsi migrer la quasi-totalité de ses capacités spatiales vers l’orbite basse, dans le cadre de la National Defense Space Architecture. Concrètement, cette architecture spatiale reposera sur plusieurs constellations spécialisées : communication, reconnaissance, détection de menaces, etc. Chaque constellation comprendra quelques dizaines ou centaines de petits satellites légers, peu coûteux et basés sur des technologies commerciales.

En août, un premier contrat a été passé afin de développer la constellation chargée d’assurer la mise en réseau des divers satellites. Désormais, la SDA se lance dans le concret avec des satellites porteurs de nouvelles capacités opérationnelles. Et SpaceX a logiquement été désignée comme une des deux entreprises compétitrices pour la réalisation de la constellation anti-missile.

SpaceX rentabilise l’expertise acquise avec Starlink

Chacun des deux compétiteurs sera chargé de livrer, en 2022, quatre satellites optimisés pour la détection et le suivi de missiles balistiques et hypersoniques. Si les designs proposés offrent satisfaction, plusieurs dizaines de satellites pourront à terme être commandés à L3Harris ou SpaceX. Alors que L3Harris est déjà un fournisseur historique de satellites militaires, il s’agit là d’un premier contrat pour SpaceX.

Il faut dire que la société d’Elon Musk a de nombreux atouts à faire valoir. Comme la National Defense Space Architecture fait la part belle à la maîtrise des coûts, SpaceX a proposé un design de satellite militaire basé sur ses satellites Starlink. Toutefois, au lieu d’embarquer les technologies de communication destinées à offrir une couverture internet mondiale, la version militaire embarquera une charge utile capable de détecter et de suivre le déplacement de missiles adverses.

D’après le directeur de la SDA, Derek Tournear, SpaceX « s’est présentée avec une proposition extrêmement crédible ». Sachant que les entreprises du New Space ont inspiré la nouvelle architecture spatiale militaire américaine, il semble assez logique que SpaceX arrive à se positionner sur ce nouveau marché.

Si les expérimentations menées par le Pentagone à partir de 2022 portent leurs fruits, la SDA estime que près d’un millier de satellites légers pourraient être mis en réseau d’ici 2026. Ces derniers seraient alors exploités par la nouvelle US Space Force.

Source : SpaceNews

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
5
MisterGTO
Fallait s’y attendre et ce n’est malheureusement que le début.
Niverolle
Comme un satellite d’alerte précoce représente une cible de haute valeur pour un ASAT, et comme les arsenaux des grandes puissances suivront le déploiement de cette constellation, le syndrome de Kessler se rapproche à grand pas !!! Décidément, de la guerre froide, on aura tout appris mais strictement rien retenu…
Couscous78150
Les astronomes n’ont pas fini de crier contre la pollution visuelle…
rexxie
Habituellement les satellites militaires se font très discrets…
Niverolle
Pas spécialement. Pour l’astrophotographe, c’est n’est pas plus difficile d’observer un Keyhole, que son cousin éloigné Hubble: dans les deux cas c’est une belle traînée en travers de l’image (ce qui n’est pas bien gênant, puisqu’il suffit de virer cette image de la pile d’image). Et de fait, les observatoires militaires qui surveillent tout ce trafic, se contentent de télescopes de diamètre décimétrique (genre 30 cm en France) pour le spectre visuel. Ceci étant dit, avec le développement des ASAT, j’imagine que les satellites militaires vont devoir se faire moins ostentatoires (si tant est que l’on puisse camoufler un miroir de 2 m de diamètre pointé en permanence en direction du sol).
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

L'opérateur RED by SFR relance un forfait 100Go à prix cassé
PlayStation s'apprête à modifier légèrement son système de trophées
Game Pass : xCloud arrivera bien sur Xbox et PC dans le futur
Metamask, le portefeuille Ethereum, dépasse le million d'utilisateurs
Grande-Bretagne : 100% des foyers alimentés par l'énergie éolienne offshore d'ici 2030 ?!
Boostez le Wi-Fi de votre maison avec TP-Link WiFi Mesh en promo chez Amazon
Amazon a présenté une fournée de nouvelles fonctionnalités pour Alexa
Les écouteurs sans fil Sony WF-1000XM3 à prix (vraiment) cassé !
L'excellent SSD SanDisk 480 Go est encore moins cher aujourd'hui
Google Cloud s’implique dans la gouvernance de la blockchain EOS
Haut de page