Au Japon, un robot-prêtre délivre des sermons

Benoît Théry Contributeur
15 septembre 2019 à 10h13
0
Android Mindar Japon

Il y a des lieux où l'on ne s'attend pas à trouver un robot. Un temple bouddhiste, par exemple. Et pourtant, la région de Kyoto, au Japon, expérimente bel et bien son premier robot-prêtre.

Pour le moment, le robot se contente de répéter ses sermons. Mais à terme, il pourra bénir, conseiller, et même officialiser lors de funérailles.

Un robot dans un temple pluriséculaire

Ce robot a un nom : Mindar. Et il officie au Kodai-ji, qui est à la fois un temple bouddhiste vieux de 400 ans et une école du bouddhisme zen. Comme les autres membres du clergé, Mindar est en mesure de délivrer des sermons religieux et d'interagir avec les croyants. Pourtant, la machine, qui a coûté un million de dollars, ne cache pas ses traits robotiques : fabriqué d'aluminium et de silicone, seuls son visage, la région de son cou et ses mains sont recouverts de silicone, le reste ne dissimulant rien de sa constitution mécanique.

Tensho Goto, l'intendant en chef du temple, est catégorique : pour lui, l'intelligence artificielle représente une aide précieuse : « Ce robot ne mourra jamais. Il continuera de se mettre à jour et d'évoluer. Avec l'IA, nous espérons qu'il gagnera en sagesse, afin d'aider le public à affronter leurs troubles les plus terribles. C'est en train de changer le bouddhisme ».


Mindar Robot Japon
© Vox

Une foule de services

Pourtant, Mindar n'est pas le premier à officier dans le milieu de la religion. Vox rappelle qu'en 2017, l'Inde a fait participer un robot à l'Aarti, un important rituel hindou. La même année, l'église protestante allemande a fait appel, pour le 500e anniversaire de la Réforme, à un robot appelé BlessU-2. Il a ainsi béni 10 000 personnes par des bénédictions préprogrammées. Un moine-androide nommé Xian'er dispense également des mantras en Chine.

Pour le moment, Mindar ne possède cependant pas d'intelligence artificielle. Il se contente de réciter des sermons préprogrammés à propos du Sūtra du Cœur, l'un des textes centraux du bouddhisme. Mais ses créateurs disent vouloir le doter de machine learning, pour qu'il puisse apporter des réponses spécifiques à des problèmes spirituels ou éthiques. L'une des promesses de l'IA est de pouvoir apporter des services à moindres coûts, par exemple des funérailles moins chères. Le Japon dispose déjà d'un robot nommé Pepper capable d'assister dans cette tâche.


D'ailleurs, au-delà de l'aide apportée aux croyants, les responsables religieux voient dans Mindar une manière d'attiser la curiosité, voire l'intérêt des non-croyants. Ils comptent également sur l'IA pour remplacer un prêtre lorsque celui-ci n'est pas disponible. Mais cela pose des questions : par exemple, l'IA elle-même ne risque-t-elle pas de remettre en cause les fondements des églises au sein desquelles elle intervient ? Dans le cas du Japon, les fidèles disent ne pas être dérangés par les risques de cette « spiritualité siliconée ». Tensho Goto, lui, répond : « Le bouddhisme n'est pas la croyance en un dieu : c'est suivre la voie de Bouddha. Peu importe que celui-ci soit représenté par une machine, une pièce de métal ou un arbre ».

Source : Vox
Modifié le 15/09/2019 à 10h25
5 réponses
6 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Netflix menace les partages de compte entre amis
L'Agence internationale de l'énergie met en garde contre la popularité des SUV
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Une nouvelle taxe appliquée sur les billets d'avion dès 2020, pour financer les transports propres
Vers des batteries lithium-CO2 rechargeables ?
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus
19 heures et 16 minutes : Qantas s'offre le record du plus long vol du transport aérien
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top