Malgré le RGPD, des apps Android partagent leurs données avec Facebook

Alexandre Boero Contributeur
02 janvier 2019 à 17h30
0
facebook appli android.jpg

L'association Privacy International révèle que de nombreuses applications gratuites, disponibles sur Android, transmettent les données de leurs utilisateurs à Facebook, dans le déni total du règlement général pour la protection des données (RGPD).

Deux chercheurs de Privacy International ont scruté les données échangées par une trentaine d'applications gratuites hébergées sur le système d'exploitation mobile de Google, Android, parmi lesquelles TripAdvisor, Kayak ou Skyscanner. Et comme l'indique le journal Les Echos, la route est encore longue avant que chacun daigne respecter ses obligations. L'ONG basée à Londres révèle en effet que Facebook récupère tranquillement les données d'utilisateurs qui ne sont même pas inscrits sur son service de réseau social.

Des données transmises automatiquement à Facebook

Il n'aura pas fallu attendre bien longtemps avant que les petits regrets, l'optimisme infaillible et l'humanisme déguisé de Mark Zuckerberg pour le futur perdent de leur éclat. Privacy International indique que sur les 34 applications Android étudiées, au moins 20 transmettent les données personnelles vers Facebook de façon automatique lorsque l'application est ouverte pour la première fois.

Les données transmises à Facebook sont peu dangereuses, certes. Il s'agit, selon l'organisation non-gouvernementale, du nom de l'application utilisée, de la fréquence d'ouverture de celle-ci, du modèle et du nom du smartphone, ainsi que de l'identifiant Google. Mais une fois l'ensemble des données réunies, elles peuvent « brosser un tableau détaillé et intime des activités, des intérêts, des comportements et des routines des personnes », précisent les chercheurs de l'ONG, qui ont conscience que « certaines peuvent révéler des données de catégories spéciales, notamment des informations sur la santé ou la religion des personnes ».

Des portraits-robots de futurs utilisateurs à Facebook

Les chercheurs de Privacy International prennent un exemple concret d'un utilisateur qui aurait installé sur son mobile les quatre applications suivantes : Indeed, pour la recherche d'emploi ; Period Tracker Clue, un suivi de menstruation ; Qibla, une application de prière musulmane ; et Mon Talking Tom, une appli pour enfants.

Une fois les quatre applications regroupées, Facebook peut se hasarder à dresser le portrait-robot de cette personne, probablement une femme musulmane, mère de famille et sans emploi. La firme américaine, une fois cette personne inscrite sur son réseau social, aurait donc tout le loisir de lui proposer des publicités ou autres publications ciblées.

Une contradiction totale avec le RGPD, et plusieurs responsables potentiels

Lorsque le réseau social enregistre une nouvelle inscription, il possède déjà donc tout un tas de données sur son nouvel abonné. La pratique entre fondamentalement en contradiction avec le RGPD, en vigueur depuis le 25 mai 2018, et qui impose un consentement explicite de l'utilisateur à transmettre ses données. Pour de tels faits, le règlement européen prévoit des amendes pouvant atteindre 4% du chiffre d'affaires mondial, dans le cas d'une entreprise.

Facebook peut être considéré comme l'un des responsables de ce partage de données, puisque c'est via son kit de développement logiciel que les données sont transmises. Et ce dernier a mis près d'un mois après l'entrée en vigueur du RGPD à être paramétré de façon à ce qu'une demande de consentement puisse être proposée à l'utilisateur. Les développeurs des applications, eux, pourraient clairement être dans le viseur des autorités, d'autant plus que Facebook rejette déjà en bloc sa responsabilité et met en cause les développeurs.

Modifié le 02/01/2019 à 17h40
10 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs
The Mandalorian : que vaut le premier épisode de la série TV Star Wars ?
Selon Bloomberg, un MacBook 16
Alain Damasio, Ken Loach... 111 assos et intellectuels se lèvent contre Amazon
Le MacBook Pro 16

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top