La douane américaine interdite de "fouille" des ordinateurs et smartphones

Nathan Le Gohlisse
Expert Hardware
14 novembre 2019 à 11h30
0
joel-mott-3l5USyesQn4-unsplash.jpg
© Joel Mott / Unsplash

L'affaire devrait faire jurisprudence. La cour fédérale de Boston (Massachusetts) a statué ce mardi que les douanes américaines ne peuvent fouiller, en l'absence de « suspicion raisonnable », les ordinateurs et smartphones des personnes arrivant aux États-Unis.

Cette décision intervient après une plainte déposée à l'encontre du gouvernement américain par 11 voyageurs, en septembre 2017. Le Figaro rapporte que les appareils électroniques de ces voyageurs avaient été fouillés sans raison particulière, ce qui les avait poussés à tenter une action en justice. Une initiative alors soutenue par l'ACLU et l'Electronic Frontier Foundation, deux organismes de défense des droits. À l'issue du jugement, ces derniers saluent la décision de la cour fédérale de Boston.

Le quatrième amendement mis en application

En vertu du quatrième amendement, qui protège de perquisitions ou fouilles arbitraires, la juge Denise Casper a estimé que le police des frontières et de l'immigration américaine (U.S. Customs and Border Protection) devait détenir un mandat de perquisition pour fouiller les équipements électroniques d'un voyageur. À défaut d'un mandat en bonne et due forme, la cour estime qu'une « suspicion raisonnable » peut toutefois suffire à fouiller un individu jugé suspect. Une expression qui ouvre malheureusement la porte aux interprétations.

Les conclusions de la juge Casper « renforcent sensiblement les protections du quatrième amendement pour les millions de voyageurs arrivant aux États-Unis chaque année », estime quoi qu'il en soit Esha Bandari, avocate de l'ACLU. « En mettant fin à la capacité du gouvernement d'aller à "la pêche aux informations" sans suspicion préalable, la Cour réaffirme que la frontière n'est pas une zone de non-droit et que nous ne perdons pas nos droits à une vie privée quand nous voyageons ».


Les douanes américaines pointées du doigt pour leur rigorisme

Cette affaire, note Le Figaro, s'inscrit dans un contexte bien particulier : celui du tour de vis mandé par l'administration Trump en matière de lois migratoires. Au cours de l'année 2018 et selon l'ACLU, ce sont ainsi 33 000 fouilles d'appareils électroniques qui ont été menées par les douaniers de l'U.S. Customs and Border Protection. Un chiffre quatre fois supérieur à celui enregistré pour l'année 2015, apprend-on.

La décision de la cour fédérale de Boston constitue aussi une forme de réponse juridique à une affaire récente... et fâcheuse pour l'image des douanes américaines. Fin août, un étudiant palestinien de 17 ans, attendu à l'Université de Harvard, avait été refoulé des États-Unis après des heures d'interrogatoire et une fouille complète de son smartphone et de son ordinateur. Un examen approfondi que les douaniers avaient justifié par la présence de personnes « postant des opinions politiques opposées aux États-Unis », parmi les « amis » du jeune homme sur les réseaux sociaux.


Renvoyé dans un premier temps au Liban, son pays de résidence, il s'était finalement vu autorisé à entrer aux États-Unis après l'intervention de l'Université de Harvard.

Source : Le Figaro
Modifié le 14/11/2019 à 11h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Un groupe d'associations et de collectivités va attaquer Total en justice pour
Une enquête choc montre comment l'antivirus Avast vend vos données de navigation
Fnac Darty : le groupe a perdu 70 millions d'euros au T4 2019, conséquence des mouvements sociaux
Selon Apple, l’uniformisation des chargeurs en Europe tuerait l’innovation
10 ans après, l'iPad peine toujours à tenir ses promesses
Audi : la production de l'e-tron au ralenti, l'approvisionnement de batteries en cause
Star Wars: Knights of the Old Republic pourrait avoir droit à un remake
Xavier Niel détient maintenant 70% d'Illiad, le cours de l'action remonte
Faire des déchets nucléaires des batteries diamants ultra autonomes, une promesse qui donne espoir
Dune : le film de Denis Villeneuve sortirait le 23 décembre

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top