La ministre française des Armées ne veut pas des technologies autonomes dans les conflits

Alexandre Boero Contributeur
08 avril 2019 à 11h45
0
Florence Parly
Alexandros Michailidis / Shutterstock.com

Florence Parly a apporté toute la modération possible quant à l'utilisation de l'intelligence artificielle dans les conflits armés, dans un discours prononcé vendredi.

« Pas un jour ne passe sans qu'on ne parle d'intelligence artificielle, de ce qu'elle promet de révolutionner dans nos vies quotidiennes, des investissements massifs réalisés par toutes les grandes puissances étatiques comme économiques ». Dans un discours prononcé à Saclay le 5 avril 2019, la ministre des Armées, Florence Parly, a renouvelé la volonté de l'État de miser sur l'intelligence artificielle, dans le sillage de ce que souhaite le président Emmanuel Macron. Mais sans pour autant tomber dans certains excès.

Une IA qui s'avère indispensable pour lutter sur le plan international

Consciente des bénéfices potentiels de l'intelligence artificielle pour le ministre des Armées et ses nombreux acteurs, Florence Parly a rappelé que les Armées françaises continueront d'investir dans l'IA, jugée « indispensable pour garantir notre supériorité opérationnelle ».

Grâce à l'IA, les possibilités sont infinies. Elle permet d'anticiper des situations qui pourraient devenir fâcheuses. Florence Parly prend notamment l'exemple d'un projet que développe la Marine Nationale. Celle-ci travaille sur une plateforme d'analyse en temps réel du trafic maritime au niveau planétaire, qui lui permettra bientôt de détecter des navires qui dévieraient de leur trajectoire habituelle sans prévenir. D'autres situations pourraient être appréhendées grâce à l'utilisation de l'intelligence artificielle intégrée à la robotique, comme l'évacuation des blessés ou le déminage d'un terrain.

« L'IA ce n'est ni plus ni moins que la garantie du plus haut niveau de protection des Français », martèle la ministre.

« Terminator ne défilera pas au 14 juillet »

Seulement, l'État français s'estime responsable et se veut précautionneux. Se pose notamment la question de systèmes d'armes létaux, les fameux SALA (Systèmes d'armes létales autonomes), parfois surnommés « robots-tueurs ». Ces engins intelligents pourraient adapter leur comportement à une situation sur zone, sans supervision humaine. À ce sujet, Florence Parly adopte une position claire : « La France refuse de confier la décision de vie ou de mort à une machine qui agirait de façon pleinement autonome et échapperait à tout contrôle humain. [...] Terminator ne défilera pas au 14 juillet ».

Pour prévenir toute utilisation extérieure de tels robots, la France milite pour un consensus solide avec les autres États du globe, à qui elle voudrait imposer trois principes fondamentaux en matière d'intelligence artificielle dans les Armées : le respect du droit international, le maintien d'un contrôle humain suffisant et la permanence de la responsabilité du commandement.

Florence Parly a par ailleurs annoncé la création dès 2019 d'un comité d'éthique ministériel sur les sujets de défense. Outre les interrogations éthiques, l'organe devrait aider à la décision et à l'anticipation.

18 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Netflix menace les partages de compte entre amis
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
L'Agence internationale de l'énergie met en garde contre la popularité des SUV
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top