La ministre française des Armées ne veut pas des technologies autonomes dans les conflits

le 08 avril 2019
 0
Florence Parly
Alexandros Michailidis / Shutterstock.com

Florence Parly a apporté toute la modération possible quant à l'utilisation de l'intelligence artificielle dans les conflits armés, dans un discours prononcé vendredi.

« Pas un jour ne passe sans qu'on ne parle d'intelligence artificielle, de ce qu'elle promet de révolutionner dans nos vies quotidiennes, des investissements massifs réalisés par toutes les grandes puissances étatiques comme économiques ». Dans un discours prononcé à Saclay le 5 avril 2019, la ministre des Armées, Florence Parly, a renouvelé la volonté de l'État de miser sur l'intelligence artificielle, dans le sillage de ce que souhaite le président Emmanuel Macron. Mais sans pour autant tomber dans certains excès.

Une IA qui s'avère indispensable pour lutter sur le plan international


Consciente des bénéfices potentiels de l'intelligence artificielle pour le ministre des Armées et ses nombreux acteurs, Florence Parly a rappelé que les Armées françaises continueront d'investir dans l'IA, jugée « indispensable pour garantir notre supériorité opérationnelle ».

Grâce à l'IA, les possibilités sont infinies. Elle permet d'anticiper des situations qui pourraient devenir fâcheuses. Florence Parly prend notamment l'exemple d'un projet que développe la Marine Nationale. Celle-ci travaille sur une plateforme d'analyse en temps réel du trafic maritime au niveau planétaire, qui lui permettra bientôt de détecter des navires qui dévieraient de leur trajectoire habituelle sans prévenir. D'autres situations pourraient être appréhendées grâce à l'utilisation de l'intelligence artificielle intégrée à la robotique, comme l'évacuation des blessés ou le déminage d'un terrain.

« L'IA ce n'est ni plus ni moins que la garantie du plus haut niveau de protection des Français », martèle la ministre.

« Terminator ne défilera pas au 14 juillet »


Seulement, l'État français s'estime responsable et se veut précautionneux. Se pose notamment la question de systèmes d'armes létaux, les fameux SALA (Systèmes d'armes létales autonomes), parfois surnommés « robots-tueurs ». Ces engins intelligents pourraient adapter leur comportement à une situation sur zone, sans supervision humaine. À ce sujet, Florence Parly adopte une position claire : « La France refuse de confier la décision de vie ou de mort à une machine qui agirait de façon pleinement autonome et échapperait à tout contrôle humain. [...] Terminator ne défilera pas au 14 juillet ».

Pour prévenir toute utilisation extérieure de tels robots, la France milite pour un consensus solide avec les autres États du globe, à qui elle voudrait imposer trois principes fondamentaux en matière d'intelligence artificielle dans les Armées : le respect du droit international, le maintien d'un contrôle humain suffisant et la permanence de la responsabilité du commandement.

Florence Parly a par ailleurs annoncé la création dès 2019 d'un comité d'éthique ministériel sur les sujets de défense. Outre les interrogations éthiques, l'organe devrait aider à la décision et à l'anticipation.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Selon cette enquête, les femmes progresseraient plus vite que les hommes à Dota 2
Découvrez IA4EU, la plateforme européenne collaborative sur l'intelligence artificielle
See You Yesterday : Netflix dévoile la bande-annonce du film de Spike Lee
Linux on DeX est désormais compatible avec le Galaxy S9, S10 et Tab S5e
Pour iCloud, entre autres, Apple verse plus de 30 millions chaque mois à AWS
Hideo Kojima, créateur de Metal Gear, tease un gros projet lié au cloud gaming
Après Thanos, Fortnite et Marvel vont de nouveau s'associer autour des Avengers
🔥 Bon plan : casque Bluetooth TaoTronics à réduction de bruit active à 48,99€ au lieu de 69,99€
Jeu vidéo : de plus en plus d'offres à pourvoir chaque année en France
Huawei : la CIA s'en mêle et signale un financement par l'agence de sécurité chinoise
Kodi
⚡ Bon plan : HooToo Hub USB C avec Charge Type C à 24,99€ au lieu de 39,99€
Les finances de Spotify sont dans le vert pour la première fois depuis sa création
Byte, le successeur spirituel de Vine, commence à recruter pour sa bêta
NVIDIA : les GTX 1660 Ti et 1650 intégrées à plus à 80 modèles de laptops dès aujourd’hui
scroll top