MàJ - Twitter : Cédric O obtient de débloquer la campagne du gouvernement français

03 avril 2019 à 20h40
0
twitter pixabay.jpg

Le réseau social a pris l'État français à son propre piège en justifiant sa décision par la loi anti-fake news prise par le gouvernement il y a quelques mois. Cocasse.

Mise à jour du 03/04/2018 :
Le tout nouveau Secrétaire d'État chargé du numérique, Cédric O, s'est félicité ce matin d'avoir obtenu de Twitter l'autorisation de diffusion de la campagne censée inciter les utilisateurs du réseau à aller voter aux prochaines élections européennes.


La veille le remplaçant de Mounir Madjoubi s'était indigné sur Twitter dénonçant un blocage inacceptable et son désir de recevoir les représentants du réseau social le plus rapidement possible.

C'est donc chose faite quand bien même la loi demandée par Emmanuel Macron et votée par la majoritée devait éviter les manipulations à visée politique. L'état, ici juge et partie, a donc tranché en expliquant qu'inciter à voter n'était pas orienté politiquement ; une position discutable mais totalement assumée par le nouveau secrétaire d'État.


Cela fait plus de 10 jours que Twitter a procédé au blocage d'une campagne publicitaire du gouvernement français visant à inciter les internautes à voter aux prochaines élections européennes du 26 mai prochain. Le réseau social au petit oiseau bleu indique avoir tout simplement appliqué les dispositions de la loi anti-fake news, relative à la lutte contre la manipulation de l'information, publiée au journal officiel le 23 décembre 2018.

Une campagne qui incitait au vote

Pour sensibiliser le public et notamment les jeunes électeurs à se déplacer dans les bureaux de vote le moi prochain, le gouvernement voulait diffuser une campagne de publicité intitulée « Oui, je vote », sous forme de tweets sponsorisés reprenant une vidéo publiée il y a plusieurs mois de cela. Cette vidéo, encore visible sur YouTube, est portée par le slogan : « En mai 2019, l'Europe changera. À vous de décider dans quel sens ».

La loi anti-fake news impose aux grandes plateformes numériques comme Facebook, Google ou Twitter de fournir les informations sur les publicités politiques de façon à connaître le montant des annonces (et l'identité des émetteurs) diffusées dans un but électoral et pour éviter toute ingérence dans les campagnes et votes.

Un acte lobbyiste des géants du numérique avant le G7 porté sur les GAFA ?

Pour Christophe Castaner, il ne s'agirait pas d'une application stricte de la loi. Le ministre de l'Intérieur soutient que « la priorité de Twitter devrait être de combattre les contenus faisant l'apologie du terrorisme. Pas les campagnes incitant à s'inscrire sur les listes électorales d'une république démocratique. ». De là à y voir un coup de pression des géants du numérique avant le G7 des ministres de l'Intérieur ce jeudi à Paris, où les GAFA seront au centre des débats ? Chacun se fera son avis.



Comme l'un de ses ministres, le gouvernement a son avis. « Ce n'est pas que la loi se retourne contre nous, c'est un hébergeur qui ne s'y conforme pas. C'est selon nous un baroud d'honneur de leur part pour pouvoir remettre sur la table une discussion visant à aménager des dispositifs », dit-on du côté de l'État. L'opposition, La France insoumise et Le Rassemblement national en tête, avaient dénoncé cette campagne du gouvernement.



Modifié le 04/04/2019 à 11h22
27
0
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Malgré le coronavirus, Tesla sauve les meubles au second trimestre 2020 avec plus de 90 000 livraisons
Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
Freebox Pop: retrouvez toutes les annonces présentées ce mardi !
La 5G, une technologie pour
53 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019, un record pas très glorieux
Tesla continue de faire dans la pseudo-disruption et commercialise désormais des shorts...
Windows : le futur design du menu démarrer montre ses variantes
5G : à Singapour, Ericsson et Nokia sont préférés à Huawei, encore...
PlayStation suspend temporairement ses publicités sur Facebook et Instagram
scroll top