Téléchargement illégal : la justice européenne s'oppose au filtrage par les FAI

24 novembre 2011 à 14h04
0
La Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE) vient de rendre son jugement au sujet du filtrage de contenus par un FAI. Elle considère que cette obligation est contraire au droit communautaire lorsqu'elle impose à l'opérateur la mise en place d'un système de surveillance généralisée de son réseau.

00FA000001605106-photo-european-flag.jpg
La CJUE vient de rendre sa décision dans l'affaire Scarlet/Sabam (Société belge des auteurs, compositeurs et éditeurs). La Cour estime qu'il est contraire à la réglementation le fait « d'imposer à un fournisseur d'accès à Internet la mise en place d'un système de filtrage afin de prévenir les téléchargements illégaux de fichiers ».

La justice européenne a motivé sa décision (.pdf) par le fait que les FAI n'ont aucune obligation légale de « surveillance ni l'exigence d'assurer le juste équilibre entre, d'une part, le droit de propriété intellectuelle et, d'autre part, la liberté d'entreprise, le droit à la protection des données à caractère personnel et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ».

Pour rappel, l'affaire opposant le FAI Scarlet à l'ayant droit Sabam a débuté lorsque cette dernière a demandé de bloquer tout téléchargement en P2P depuis ce fournisseur. En premier lieu, le tribunal de première instance de Bruxelles avait donné raison à la société gestionnaire de droits en demandant à l'opérateur de bloquer « toute forme d'envoi ou de réception par ses clients de fichiers électroniques reprenant une œuvre musicale du répertoire de Sabam ».

La CJUE a retoqué cette position en estimant qu'un ayant droit peut certes enjoindre un opérateur de bloquer certains contenus dans les règles définies par le droit national. Par contre, cette injonction ne doit pas aboutir à la mise en place d'une surveillance générale des informations qu'il transmet sur son réseau.

Une décision saluée même par les ayants droits

Suite à la publication de ce jugement, les acteurs concernés ont réagi promptement. Côté politique, l'eurodéputée du groupe socialiste Françoise Castex a expliqué que cette décision marquait un « coup d'arrêt à la logique de filtrage en Europe et un vrai échec pour Nicolas Sarkozy ». Même son de cloche pour la Quadrature du Net, l'association considère que « les décideurs publics doivent prendre acte de cette décision en refusant une fuite en avant répressive, telle qu'encouragée par l'accord anti-contrefaçon ACTA ».

Pour sa part, l'IFPI (la Fédération internationale de l'industrie phonographique) a expliqué que ce jugement allait dans le sens d'une meilleure protection des contenus en ligne. Elle souligne dans un communiqué le « bon côté » de la décision communautaire et estime que la CJUE « confirme que les FAI et autres intermédiaires peuvent être requis pour lutter contre les infractions. Elle rappelle également l'importance de la protection des droits de propriété intellectuelle en tant que droit fondamental ». Reste à trouver une solution médiane entre des demandes successives de retrait de contenus et la mise en place d'un système de surveillance généralisé.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Une étude montre que les cyclistes
C’est officiel : Disney+ ne sera pas disponible au lancement en France

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Discussions sur le même sujet

scroll top