RGPD : la CNIL veut instaurer un vrai acte de consentement des internautes qui acceptent cookies et traceurs

Alexandre Boero Contributeur
22 juillet 2019 à 07h10
0
cookie-ordinateur.jpg
© Pixabay

La CNIL actualise ses cadres de référence et prépare une nouvelle recommandation qui précisera et renforcera les modalités de recueil du consentement aux cookies.

En matière de recueil du consentement pour les cookies et autres traceurs, la réglementation se peaufine, et la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) a même décidé de prendre un peu d'avance. Le gendarme des données a adopté des lignes directrices, le 4 juillet, faisant suite à son plan d'action détaillé le 28 juin dernier. La Commission souhaite renforcer le recueil du consentement des utilisateurs.

La CNIL veut remplacer (et durcir) une précédente recommandation devenue obsolète avec le RGPD


Si le gendarme des données avait adopté, en 2013, une recommandation pour guider les opérateurs dans l'application de l'article 82 de la loi « Informatiques et Libertés », qui prévoit l'obligation de recueillir le consentement des utilisateurs, celle-ci n'était plus compatible avec les dispositions du RGPD, entré en vigueur le 25 mai 2018, et a désormais été abrogée.


Depuis, la CNIL a défini les bases de sa future recommandation, qui viendra définir les modalités pratiques de recueil du consentement, sans attendre le futur règlement européen « vie privée et communications électroniques », qui ne devrait pas entrer en application avant un moment. C'est ainsi que l'autorité propose de discuter de la façon dont les sites, plateformes et opérateurs, vont devoir obtenir le consentement de leurs utilisateurs.

Les opérateurs devront pouvoir prouver avoir recueilli le consentement des utilisateurs


Dans sa future recommandation, qui devrait être publiée de manière définitive durant le premier trimestre 2020, la CNIL indiquera que la simple poursuite de la navigation sur site ne peut plus être considérée comme l'expression valide du consentement au dépôt de cookies. Les opérateurs qui exploitent les traceurs et déposent les cookies devront être en mesure de prouver qu'ils ont bien recueilli le consentement des usagers.

Cela passera donc par un acte de l'utilisateur. On peut alors tout imaginer au niveau de la forme, comme par exemple la mise en place d'un formulaire qui apparaîtrait en plein écran dès l'ouverture d'un site, demandant le consentement de l'internaute de façon explicite. Notons que l'autorité administrative précise que même en cas de refus du dépôt de traceurs, l'utilisateur devra conserver la possibilité d'accéder au site ou au service.

Lorsque la recommandation sera publiée, la CNIL laissera un délai raisonnable de six mois aux acteurs pour se mettre en conformité et appliquer les nouvelles règles. Le texte final sera conçu en concertation avec des professionnels et des membres de la société civile.

Source : Communiqué de presse
13 réponses
12 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top