Un amendement vise à réduire la qualité des vidéos sur Internet pour limiter leur impact écologique

26 novembre 2019 à 14h21
0
Streaming video

Le numérique est de plus en plus pollueur, une tendance que souhaite enrayer une députée LREM à travers plusieurs mesures.

Réduire la définition des vidéos et supprimer l'autoplay pour diminuer les effets négatifs d'internet sur l'environnement. Telle est la proposition de la députée La République En Marche Paula Forteza, qui a déposé un amendement en ce sens le 20 novembre 2019 à l'Assemblée nationale, dans le cadre du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire.


Limiter la consommation de ressources

Premier principe de cet amendement : « en vue de diminuer les émissions de gaz à effet de serre liées à la consultation de vidéos en ligne, les vidéos disponibles sur les plateformes [ ... ] sont proposées par défaut dans une qualité combinant un confort suffisant pour l'utilisateur et la consommation de données la plus faible possible ». Rien de bien précis ici, aussi on imagine que la députée fait par exemple référence à la 4K. Mais la notion de « confort suffisant » reste vague. De plus, la définition minimum pour une bonne qualité d'image n'est pas le même selon le support utilisé et la taille de l'écran.

Autre demande de la députée : « le lancement automatique d'une seconde vidéo non sollicitée par le consommateur après consultation d'une première vidéo sur une plateforme en ligne [ ... ] est interdit ». C'est ici l'autoplay, que l'on retrouve sur YouTube et Netflix par exemple, qui est visé. Activé par défaut sur ces deux services, il peut être désactivé avec l'intervention de l'utilisateur et serait ici tout simplement banni.


Informer les utilisateurs

Un autre volet de cet amendement vise à alerter la population quant au fait que leur utilisation d'internet a un impact écologique. Paula Forteza propose ainsi que les éditeurs d'applications mobiles ainsi que les hébergeurs de contenu tiers affichent « un indice d'impact environnemental » pour chaque application, « indiquant les émissions moyennes de gaz à effet de serre associées à son utilisation ».

Dans la même veine que précédemment, l'élue LREM estime que les logiciels de navigation sur internet doivent afficher « en temps réel un indicateur de l'empreinte carbone cumulée associée à la navigation depuis l'ouverture du navigateur », là encore, pour que tout le monde se rende compte de la consommation que représente leur utilisation d'internet.

Le texte rappelle que le numérique émet 3,7 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales, un taux en constante augmentation. La cause notamment au streaming vidéo, qui représentait 80 % des flux de données dans le monde en 2018. Et cela ne va pas s'arranger avec la démocratisation du Cloud gaming.

Source : NextInpact
Modifié le 26/11/2019 à 14h22
41
32
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Lucid Air : la berline électrique concurrente de la Model S ouvre ses précommandes en France
Rachat de Maxwell : Elon Musk s'exprime enfin sur l'impact sur les batteries Tesla
Fnac Darty : le groupe a perdu 70 millions d'euros au T4 2019, conséquence des mouvements sociaux
Quand Microsoft configure Bing par défaut sur Chrome en installant Office 365
Star Wars: Knights of the Old Republic pourrait avoir droit à un remake
Cyberpunk 2077 aurait été reporté à cause... du manque de puissance des consoles
Trump tweete le logo de sa Space Force... le Web trouve qu'il ressemble au logo Star Trek
Lobbying : les GAFA ont cassé leur tirelire en 2019
Tesla a dépassé Volkswagen en capitalisation boursière
Selon Apple, l’uniformisation des chargeurs en Europe tuerait l’innovation

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top