Tech For Good : Amazon et Apple ne veulent pas s'associer à l'initiative française pour une tech plus éthique

01 décembre 2020 à 20h30
8

L'initiative française, chère à Emmanuel Macron, a convaincu plusieurs dizaines de grandes entreprises, dont certaines de la Big Tech. Mais deux mastodontes manquent à l'appel.

Depuis son élection il y a plus de trois ans, Emmanuel Macron cherche à nouer une relation de confiance avec les représentants des nouvelles technologies, symbolisée par le sommet Tech For Good de mai 2018, où le chef de l'État avait accueilli les dirigeants de ces grandes entreprises, à l'Élysée. Deux ans et demi plus tard, l'appel du même nom a permis la signature de 75 grandes entreprises, qui n'ont que leur bonne foi pour attester de leur conformité à l'initiative. Mais deux mastodontes brillent par leur absence : Amazon et Apple.

Imposition, lutte contre la haine, contenus terroristes… les engagements des signataires

Tech For Good France se définit directement comme « le réseau des entrepreneurs et investisseurs qui développent et financent des solutions tech et digitales pour accélérer la transition vers une société plus durable et responsable ». L'initiative vise à faire bouger les lignes parmi les grandes entreprises technologiques en les encourageant à prendre des engagements portant sur la fiscalité, la lutte contre la haine, la pédopornographie, les contenus terroristes en ligne ou la gestion des données personnelles .

Parmi les 75 entreprises signataires du manifeste Tech For Good, on retrouve plusieurs géants mondiaux comme Google, Facebook, Microsoft, Uber, IBM ou Snap, mais aussi quelques grands noms français comme Orange, La Poste, Iliad, BNP Paribas et même de plus récentes entreprises influentes comme Doctolib, BlaBlaCar ou Back Market.

Jean-Claude Ghinozzi, Président de Qwant, aussi signataire de l'initiative, voit en Tech For Good « un nouveau rendez-vous important et une promesse responsable ». Pour le dirigeant du moteur de recherche, le manifeste représente « un véritable engagement sectoriel des plus grands acteurs mondiaux, pour faire de la technologie le socle inébranlable sur lequel reposeront les principes fondamentaux d'un monde meilleur ».

Le silence d'Amazon, Apple discute

Si l'initiative Tech For Good semble davantage avoir une portée symbolique, puisque non contraignante pour les signataires, deux piliers du numérique ont cru bu ne pas rallier la cause : les sociétés américaines Apple et Amazon. Si la dernière citée n'a pas commenté son absence, la firme à la pomme ne s'interdit pas de rejoindre l'initiative. « Les pourparlers avec le groupe étaient en cours », déclarent nos confrères de Reuters.

Il faut dire qu'au-delà de l'aspect symbolique, ce texte peut être un véritable atout dans les relations des entreprises numériques avec l'Union européenne. Deux textes importants, considérés comme une sorte de constitution numérique européenne, seront présentés le 9 décembre prochain par la Commission européenne. Il s'agit du Digital Services Act (DSA) et du Digital Markets Act, deux textes qui renforceront les règlementations en matière de contenus et de concurrence au sein des grands noms des nouvelles technologies. La taxe GAFA n'a sans doute pas non plus été chassée des esprits.

Sources : Reuters , Qwant

Modifié le 02/12/2020 à 08h24
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
9
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Pegasus : Macron demande des clarifications aux autorités israéliennes
Face au blocus des communications à Cuba, les USA envisagent de déployer Internet via des ballons
Cyberattaque : la France est dans le viseur de hackers chinois
Vous pouvez vérifier si votre mobile a été infecté par le logiciel Pegasus, voici comment !
Intel serait en pourparlers pour racheter GlobalFoundries, deuxième plus gros fondeur au monde
Xbox : une mise à jour de l'application familiale pour mieux contrôler les dépenses des enfants
PrintNightmare : le patch ne suffit pas, il faut éditer la base de registre...
La Commission européenne repousse son projet de taxe numérique à octobre
Droits voisins : l'Autorité de la concurrence inflige une amende de 500 millions d'euros à Google
Intel : bientôt une usine en France ?
Haut de page