Huawei ouvre son centre de cybersécurité à Bruxelles pour séduire l'Europe

le 06 mars 2019 à 15:30
 0
huawei ken hu.jpg
Ken Hu, vice-président de Huawei, le 5 mars 2019 à Bruxelles (Huawei)

Le mastodonte chinois a décidé de jouer la carte de la transparence avec un bâtiment qui permettra aux opérateurs de téléphonie de directement juger de la fiabilité (à tous les sens du terme) des équipements du groupe.

Dans son processus d'opération séduction menée en Europe pour tenter de convaincre les différents acteurs continentaux de sa transparence vis-à-vis de son rôle d'équipementier, Huawei a réussi un joli coup de communication en inaugurant, le mardi 5 mars 2019, son nouveau centre de cybersécurité à Bruxelles. Des membres de l'Union européenne mais aussi de la GSMA et du Forum économique mondial s'y sont exprimés, en présence de représentants des télécoms, de médias et de représentants d'organismes de régulation et de réglementation.

Les opérateurs télécoms vérifieront par eux-mêmes les matériels de Huawei


Accusé d'espionnage par les États-Unis et remis en cause sur le terrain de la 5G dans plusieurs pays, Huawei veut définitivement lever les doutes sur la sécurité de ses équipements et la protection de la vie privée. Le bâtiment ouvert à Bruxelles est censé relever le défi de la cybersécurité que s'impose Huawei : « La confiance doit être fondée sur des faits. Les faits doivent être vérifiables et la vérification doit être fondée sur des normes communes », s'est exprimé Ken Hu, le vice-président de la société chinoise. « Nous pensons qu'il s'agit d'un modèle efficace pour renforcer la confiance à l'ère numérique ».



Le bâtiment de 1 000 m2, situé au cœur de la capitale européenne, va remplir trois fonctions majeures. Il va d'abord permettre de présenter les pratiques de cybersécurité mises en place par Huawei, de la chaîne d'approvisionnement à la recherche et développement en passant par les produits et les solutions. Huawei offre également à ses visiteurs la possibilité de tester et d'examiner toutes les facettes des matériels de la marque, ce qui intéressera particulièrement les opérateurs de télécommunications, qui auront accès au code source. Ils pourront ainsi vérifier que ce dernier ne comporte pas de porte dérobée facilitant l'espionnage des utilisateurs et clients par le groupe.

Huawei promet « la sécurité ou rien »


Le fichier, accessible jusque là que dans son centre de centre de cybersécurité en Chine et en Europe, est un véritable gage de bonne foi de la firme de Shenzhen, décidée à rassurer ses interlocuteurs sur la sécurité de son matériel et de ses connexions : « Chez Huawei, notre promesse, c'est la sécurité ou rien. Nous prenons cette responsabilité très au sérieux : la cybersécurité est notre priorité absolue dans la conception, le développement et la gestion du cycle de vie de nos produits, et elle est intégrée à toutes les étapes », a rappelé Ken Hu.



Huawei possédait déjà deux centres de cybersécurité sur le sol européen : l'un à Londres, ouvert en 2010, et l'autre à Bonn en Allemagne, inauguré en 2018.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Google lance en catimini une version web de son gestionnaire de podcasts. Le logiciel, clairement en cours de développement, ne permet que la lecture d’émissions, sans autre fonctionnalité.
Il y a quelques heures nous vous parlions de la récente adhésion de Kodi à la fondation Linux.
Une équipe de chercheurs de l’Institut de Technologie de Géorgie a mis au point une interface en réalité augmentée permettant aux handicapés moteurs de contrôler à distance un robot humanoïde dans l’espoir d’améliorer leur quotidien.
08:04 | Robotique
Chaque semaine, l'équipe Clubic vous livre un petit résumé de la semaine en 7 actualités high tech.
22/03 | Clubic
A l'image de nombreux autres services Google, le logiciel Maps va lui aussi céder à l'appel du Material Design, avec quelques petites modifications esthétiques.
Indiescovery, c'est votre rendez-vous avec le jeu vidéo indépendant. Une chronique libre rédigée avec passion après 2h12 de jeu exactement. Si on vous en parle, c'est qu'on a aimé. Bonne découverte !
22/03 | Jeux vidéo
La multinationale, qui souffre de la concurrence d’Amazon (notamment en ligne), étudie sérieusement la possibilité de fonder son propre service de cloud gaming. Une initiative assez peu étonnante.
Proposée par la Commission de régulation de l’énergie à la fin du mois de janvier, l’augmentation des tarifs réglementés de l’électricité devrait entrer en vigueur en juin.
22/03 | Énergie
C’est confirmé : un cadre de Huawei a indiqué ce mercredi 20 mars que les TV du constructeur chinois arriveraient bien le mois prochain sur le marché.
Comme la plupart des autres opérateurs téléphoniques, Free cherche en permanence à attirer de nouveaux clients dans son escarcelle. La firme de Xavier Niel n’est donc pas avare de promotions sur ses forfaits, comme le prouvent les offres sur son forfait 50 Go ou sa Freebox Mini 4K. Mais l’opérateur ne s’arrête pas là dans son offensive, car il propose aussi très régulièrement des ventes privées. C’est d’ailleurs le cas actuellement pour le forfait 40 Go et la Freebox Révolution, qui passent respectivement à 8,99€ et 9,99€ par mois jusqu’à demain matin 8h.
22/03 | Bon plan
Le géant du streaming déploie un nouvel abonnement pour ses utilisateurs en Inde. Uniquement réservé aux mobiles et moins cher que les forfaits classiques, cet abonnement vise à rendre la plateforme >.
22/03 | Netflix
Dans le but de célébrer son premier anniversaire, PUBG Mobile a mis en ligne une toute nouvelle mise à jour qui regorge de cadeaux et autres améliorations sur les différentes maps. De quoi occuper les plus de 200 millions de joueurs à travers le monde qui plongent dans ce battle royale régulièrement.
22/03 | Jeux vidéo
Amazon teste depuis plusieurs mois l’affichage de vidéos dans les résultats de recherche sur l’application iOS...
22/03 | Amazon
Une vulnérabilité découverte par un expert en sécurité permettait à des personnes mal intentionnées d’accéder à certaines données utilisateurs depuis Google Photos.
Trois personnes ont été condamnées à de la prison ferme pour avoir diffusé en streaming et illégalement des matchs de Premier League.
scroll top