Huawei ouvre son centre de cybersécurité à Bruxelles pour séduire l'Europe

le 06 mars 2019 à 15:30
 0
huawei ken hu.jpg
Ken Hu, vice-président de Huawei, le 5 mars 2019 à Bruxelles (Huawei)

Le mastodonte chinois a décidé de jouer la carte de la transparence avec un bâtiment qui permettra aux opérateurs de téléphonie de directement juger de la fiabilité (à tous les sens du terme) des équipements du groupe.

Dans son processus d'opération séduction menée en Europe pour tenter de convaincre les différents acteurs continentaux de sa transparence vis-à-vis de son rôle d'équipementier, Huawei a réussi un joli coup de communication en inaugurant, le mardi 5 mars 2019, son nouveau centre de cybersécurité à Bruxelles. Des membres de l'Union européenne mais aussi de la GSMA et du Forum économique mondial s'y sont exprimés, en présence de représentants des télécoms, de médias et de représentants d'organismes de régulation et de réglementation.

Les opérateurs télécoms vérifieront par eux-mêmes les matériels de Huawei


Accusé d'espionnage par les États-Unis et remis en cause sur le terrain de la 5G dans plusieurs pays, Huawei veut définitivement lever les doutes sur la sécurité de ses équipements et la protection de la vie privée. Le bâtiment ouvert à Bruxelles est censé relever le défi de la cybersécurité que s'impose Huawei : « La confiance doit être fondée sur des faits. Les faits doivent être vérifiables et la vérification doit être fondée sur des normes communes », s'est exprimé Ken Hu, le vice-président de la société chinoise. « Nous pensons qu'il s'agit d'un modèle efficace pour renforcer la confiance à l'ère numérique ».



Le bâtiment de 1 000 m2, situé au cœur de la capitale européenne, va remplir trois fonctions majeures. Il va d'abord permettre de présenter les pratiques de cybersécurité mises en place par Huawei, de la chaîne d'approvisionnement à la recherche et développement en passant par les produits et les solutions. Huawei offre également à ses visiteurs la possibilité de tester et d'examiner toutes les facettes des matériels de la marque, ce qui intéressera particulièrement les opérateurs de télécommunications, qui auront accès au code source. Ils pourront ainsi vérifier que ce dernier ne comporte pas de porte dérobée facilitant l'espionnage des utilisateurs et clients par le groupe.

Huawei promet « la sécurité ou rien »


Le fichier, accessible jusque là que dans son centre de centre de cybersécurité en Chine et en Europe, est un véritable gage de bonne foi de la firme de Shenzhen, décidée à rassurer ses interlocuteurs sur la sécurité de son matériel et de ses connexions : « Chez Huawei, notre promesse, c'est la sécurité ou rien. Nous prenons cette responsabilité très au sérieux : la cybersécurité est notre priorité absolue dans la conception, le développement et la gestion du cycle de vie de nos produits, et elle est intégrée à toutes les étapes », a rappelé Ken Hu.



Huawei possédait déjà deux centres de cybersécurité sur le sol européen : l'un à Londres, ouvert en 2010, et l'autre à Bonn en Allemagne, inauguré en 2018.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Le système permet de faire lien entre différentes affaires criminelles afin d’obtenir une liste de suspects potentiels. Les défenseurs des libertés civiles s’inquiètent d’une utilisation discriminatoire de cet outil.
Abordables, performants, régulièrement mis à jour : les smartphones Xiaomi ont de beaux atouts à faire valoir. Ils ont aussi l’énorme avantage d’être facilement modifiables via le root et des ROM modifiées. Ces dernières manipulations deviennent d’ailleurs d’une simplicité enfantine grâce à l’outil XiaoMiTool v2 récemment lancé sur XDA.
Le chef de produit moniteurs de la marque sud-coréenne, Christophe Partridge, détaille pour Clubic les grandes caractéristiques des trois nouveaux écrans Samsung.
24/03 | Écran PC
La rumeur indiquant que Huawei travaille sur deux nouvelles montres connectées semble se vérifier un peu plus aujourd'hui.
Il a étonné autant qu’effrayé les badauds qui s’y sont confrontés : l’énorme Energizer Power Max P18K Pop se cherche un financement pour exister au-delà de sa preuve de concept.
24/03 | Smartphone
Windows Defender ATP devient Microsoft Defender ATP, et se paie en conséquence une sortie sur macOS pour aider les entreprises à renforcer leur sécurité informatique.
24/03 | Mac OS
Annoncée en janvier dernier, la refonte visuelle de Steam est en bonne voie, comme en témoignent les premiers visuels publiés par Valve à l’occasion de la GDC.
24/03 | Steam
Le fabricant chinois Niu lance en France le U-Pro, son scooter électrique connecté et poids plume taillé pour les citadins.
Le 25 mars prochain, la marque à la pomme dévoilera au monde entier son service de presse intitulé Apple News. Il permettra aux abonnés d'accéder instantanément et en illimité à un large catalogue de magazines et autres journaux des quatre coins du globe. Si l'initiative semble prometteuse, elle fait déjà grincer des dents les patrons de plusieurs grands groupes.
24/03 | Apple
Annoncée par Corsair en janvier à l’occasion du CES 2019 avec deux autres souris, les Harpoon et Ironclaw RGB, la M65 RGB Elite n’est ni plus ni moins qu’une Vengeance M60 revisitée au goût du jour profitant d’un capteur optique de nouvelle génération, d’une petite cure d’amaigrissement ainsi que d’un très léger relooking (mais surtout du RGB).
24/03 | Souris
Le navigateur Chrome va permettre dans les prochaines semaines d’accéder à des documents présents sur son espace de stockage personnel directement depuis le champ de recherche.
24/03 | Google drive
27 entreprises devraient être redevables de la taxe française des géants du numérique chère à Bruno Le Maire.
24/03 | GAFAM
Imaginé par l'autorité sanitaire américaine, le jeu vidéo One Leaves vise à exposer les dangers du tabac aux (jeunes) joueurs, et à les faire arrêter de fumer.
23/03 | Jeux vidéo
Avec bientôt cinq saisons au compteur, la série Peaky Blinders est devenu un véritable phénomène, et c'est donc sans surprise qu'on apprend qu'elle aura droit à son adaptation en jeu vidéo prochainement. S'il va falloir attendre encore un peu avant d'en apprendre plus sur le contenu du titre, nous savons déjà quels studios auront la lourde tâche de porter la licence sur consoles et PC.
La multiplication des plates-formes de téléchargement de jeux sur PC pose un certain nombre de problèmes. Parmi les plus épineux, la nécessité d’installer le lanceur spécifique à chaque plate-forme récolte la majorité des suffrages.
23/03 | Steam
scroll top