Selon Tesla, ses voitures ont permis d'éviter l'émission de 4 millions de tonnes de CO2

le 16 avril 2019 à 20h42
0
CO2

Dans un rapport rédigé par ses soins, Tesla se targue de jouer un rôle majeur dans la réduction des émissions de CO2. Grâce à ses voitures électriques, l'entreprise aurait ainsi évité l'émission de 4 millions de tonnes de gaz carbonique.

C'est un rapport d'un genre nouveau que le fabricant de voitures électriques Tesla a rédigé puis publié sur son site officiel : « Impact Report », de son nom, s'attarde sur l'impact environnemental des opérations de l'entreprise, non sans mettre en exergue quelques chiffres clé. 4 millions : c'est, en tonne, le poids de CO2 que les véhicules Tesla n'ont pas émis grâce à leur système électrique.

Les voitures Tesla polluent moins, ou presque


Depuis leur introduction sur le marché, les 550 000 produits Tesla vendus par le groupe ont parcouru 10 milliards de kilomètres. Une gargantuesque distance au cours de laquelle les voitures de la marque ont apporté leur pierre à l'édifice dans la réduction des émissions de CO2. Les Superchargeurs, eux, ont produit jusqu'à 595 gigawattheures d'électricité, économisant au passage 283 millions de litres de pétrole, toujours d'après Tesla.

Sur le papier, la firme d'outre-Atlantique contribue donc à la préservation de notre planète. Mais l'entreprise occulte plusieurs éléments susceptibles de faire de l'ombre à son rapport : quelle quantité de CO2 est émise pour fabriquer ses modèles ? Selon les données du quotidien Le Monde, la construction d'une voiture électrique produit 50 % plus de CO2 qu'une voiture thermique, la faute aux métaux rares (cobalt, graphite, lithium, nickel) dont les batteries et le moteur ont besoin.

Un système de recyclage en développement


Leur extraction demande beaucoup d'énergie, mais également une grande quantité d'eau. Sans oublier l'utilisation de nombreux produits chimiques. Toujours selon Le Monde, « il faut trois ans pour qu'une voiture électrique soit moins néfaste qu'une voiture thermique ». Or, la plupart des véhicules Tesla ne roulent pas sur nos routes depuis autant d'années.

Tesla se bat donc avec les armes qu'elle a : à savoir, un système de recyclage dont l'objectif est de traiter les déchets de fabrication des batteries neuves et en fin de vie. Ici, l'idée est de récupérer les métaux présents dans les cellules de batterie de sorte à les transformer en une forme optimale pour la production de nouveaux matériaux de batterie. Une alternative louable, certes, qui ne sauvera cependant pas la planète.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Beesexual, la nouvelle campagne de Pornhub pour aider à sauver les abeilles
Le redémarrage du Large Hadron Collider (LHC) pourrait nous donner des clés sur la matière noire
Twitter : Jack Dorsey a rencontré son plus grand « fan »... Donald Trump
Après le vélo électrique, Xiaomi présente un cyclomoteur électrique de 120 km d'autonomie
Tesla dévoile une voiture sans volant, qui serait commercialisée dès 2021
Les trottinettes Lime piratées en Australie pour dire des phrases salaces
Revue de presse - Le Samsung Galaxy Fold plie... sous le poids des critiques
Comparatif 2019 : Quelle est la meilleure trottinette électrique pour votre usage ?
GTX 1650 : côté multimédia, la puce entrée de gamme de NVIDIA hérite de la génération Volta
Razer ajoute une dalle OLED 4K à son Blade 15 et revoit le design du Blade Pro 17
Oppo lance le Reno 10x zoom : un smartphone haut de gamme avec Snapdragon 855 pour 799€
Contre toute attente, Samsung travaillerait sur deux smartphones pliables supplémentaires
Tesla dévoile Robotaxi, son service de voitures autonomes en autopartage
Projet Wing : Google obtient l’autorisation de faire voler ses drones de livraison aux US
Accusé à tort par la reconnaissance faciale, un étudiant réclame 1 milliard à Apple
scroll top