Pour les USA, Huawei peut secrètement accéder aux portes dérobées des opérateurs

12 février 2020 à 13h17
0
Huawei
© Veja / Shutterstock.com

Toujours et encore, les États-Unis tentent de convaincre leurs alliés d'écarter Huawei de leurs réseaux. Des responsables américains affirment détenir de vraies preuves à charge contre la firme de Shenzhen.

Depuis le temps que les États-Unis essaient de persuader le monde entier que les équipements Huawei sont néfastes, beaucoup ont pointé du doigt le fait que Washington ne parvienne toujours pas à fournir de véritables éléments physiques attestant des liens entre le géant chinois et les services de renseignement de l'empire du Milieu. Mais des responsables américains ont affirmé, mardi 11 février dans le Wall Street Journal, détenir de vraies preuves de la malveillance de l'équipementier.


Huawei exploiterait des portes dérobées depuis plus d'une décennie

Pour un responsable américain, qui a tenu à conserver l'anonymat, les USA détiendraient des preuves montrant que Huawei peut secrètement accéder aux réseaux téléphoniques du monde entier, grâce à des « backdoors », des portes dérobées pouvant être utilisées par les autorités chinoises.

Selon les services de renseignement des États-Unis, qui auraient communiqué les éléments à leur disposition au Royaume-Uni et à l'Allemagne, Huawei posséderait cette capacité secrète et interdite depuis plus d'une dizaine d'années, alors que tout équipementier est censé fabriquer ses produits de façon à les empêcher d'y avoir accès par la suite, sauf autorisation d'un opérateur. Techniquement, la firme chinoise agirait sans la moindre autorisation donc, et s'emparerait d'informations sensibles et personnelles à sa guise.

Dans le détail, tout fabricant d'équipements de télécommunications a l'obligation d'intégrer, dans son matériel, des moyens permettant ensuite aux autorités d'accéder aux réseaux à des fins légales. Comme nous vous l'expliquions, le fabricant, lui, ne doit pas y avoir accès. Et cette disposition légale, active dans de nombreux pays, aurait été violée par Huawei.

Huawei nie et accuse les USA de tout faire pour bloquer ses activités

Huawei n'a évidemment pas tardé à répondre à l'article du WSJ, média qui appartient au fondateur d'Amazon, Jeff Bezos. La firme de Shenzhen a, par l'intermédiaire de son chef de la sécurité, Andy Purdy, rejeté les allégations des responsables américains, affirmant n'avoir jamais et ne jamais faire à l'avenir quelque chose qui puisse exposer ses clients dans le monde entier.


« Nous nions vigoureusement l'allégation selon laquelle nous conservons une telle capacité. Nous nions également avoir jamais accédé de manière abusive à des informations ou à des données relatives aux clients », a déclaré le responsable.

La société Huawei se dit prise dans le piège des tensions géopolitiques entre la Chine et les États-Unis, et pense que le pays présidé par Donald Trump fera « tout ce qu'il peut pour bloquer » sa capacité à fournir ses équipements aux réseaux de communication de la planète entière.

Source : Wall Street Journal
Modifié le 12/02/2020 à 16h03
28
25
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
scroll top