Huawei se défend au Royaume-Uni et se dit ouverte à la supervision de l'UE

09 février 2019 à 10h00
0
Huawei
ArliftAtoz2205 / Shutterstock.com

Le géant chinois réclame de la patience de la part des autorités britanniques. Dans le même temps, il se dit prêt à collaborer avec l'ensemble des gouvernements et parlements européens.

Malmenée depuis plusieurs mois sur fond d'espionnage potentiel pour le compte de Pékin, Huawei poursuit son opération séduction en Europe. Ou plutôt son opération reconquête. La société chinoise doit d'un côté rassurer et répondre aux inquiétudes britanniques, et de l'autre, convaincre l'Union européenne de sa volonté de coopérer en toute transparence. Le but est connu de tous : prouver que Huawei ne menace en rien la sécurité nationale des États.

Huawei demande du temps au Royaume-Uni

En décembre dernier, BT Group, entreprise mère du principal opérateur britannique EE, avait confirmé exclure Huawei de ses appels d'offres pour une grande partie du développement des réseaux 5G. Le National Cyber Security Center (NCSC) avait, pour sa part, émis des réserves sur les produits de Huawei, évoquant des « lacunes ». En réponse, la firme de Shenzhen s'était engagée à investir 2 milliards de dollars pour atténuer sa vulnérabilité en matière de piratage et d'espionnage.

Aujourd'hui, Huawei demande du temps aux autorités britanniques pour se conformer aux exigences en matière de sécurité nationale. Ryan Ding, Président de la branche équipement de la société, a adressé une lettre à la Commission des sciences et des technologies de la Chambre des communes, dans laquelle il indique qu'il s'agit d'un « processus très complexe qui prendra au moins trois à cinq ans pour déboucher sur des résultats tangibles ». Et le dirigeant d'espérer que le gouvernement britannique le comprenne, en rappelant qu'aucune preuve d'espionnage n'a été rapportée à ce jour.

La cybersécurité, plus un « problème technique » qu'idéologique, pour la firme chinoise

Il n'y a pas qu'avec les Britanniques que Huawei consent à faire d'importants efforts, puisque l'entreprise est ouverte à la supervision des gouvernements de l'Union européenne. Abraham Liu, Représentant principal de Huawei auprès des institutions européennes, a indiqué jeudi à Bruxelles en marge du Nouvel An chinois que « la cybersécurité devrait rester un problème technique plutôt qu'un problème idéologique. Parce que les problèmes techniques peuvent toujours être résolus avec les bonnes solutions, contrairement aux problèmes idéologiques », rapporte l'agence Reuters.

« Nous sommes toujours disposés à accepter la supervision et les suggestions de tous les gouvernements, clients et partenaires européens », ajoute Liu qui, à l'instar de Ryan Ding, rappelle également que les appareils Huawei, passés à la fois dans les mains des opérateurs de télécoms et des régulateurs, n'ont pas causé d'infractions graves à la cybersécurité.

Face à la volonté des États-Unis de convaincre leurs alliés de ne pas utiliser les équipements Huawei, tout n'est pas noir pour la firme chinoise. En France, le Sénat a rejeté mercredi un amendement visant à renforcer les contrôles sur les équipements, tandis que l'Allemagne hésite encore et encourage la mise en place de normes de sécurité encore plus élevées.

0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
Malgré le coronavirus, Tesla sauve les meubles au second trimestre 2020 avec plus de 90 000 livraisons
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
La 5G, une technologie pour
53 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019, un record pas très glorieux
5G : à Singapour, Ericsson et Nokia sont préférés à Huawei, encore...
Windows : le futur design du menu démarrer montre ses variantes
Les jeux PS5 et Xbox Series X plus onéreux que sur les consoles actuelles ?
PlayStation suspend temporairement ses publicités sur Facebook et Instagram
scroll top