Google collecte les données médicales de millions d'Américains pour un projet de recherche

12 novembre 2019 à 16h30
0
Google HQ

Le moteur de recherche a pu récupérer les résultats médicaux de millions d'Américains de manière tout à fait légale, grâce à un partenariat établi avec une compagnie d'assurance. Google assure que ces données seront utilisées à des fins de recherche uniquement.

C'est le Wall Street Journal qui a révélé dans ses colonnes que Google collectait et utilisait les données médicales de millions de citoyens américains pour l'élaboration de ses projets d'étude, sans que ces derniers ainsi que leurs médecins n'en soient informés.

Une collecte légale et encadrée par la législation américaine

Ces informations très personnelles correspondent à « des résultats de laboratoire, des diagnostics de médecins et des enregistrements d'hospitalisation » selon le quotidien. Des douzaines d'employés de Google auraient eu accès à ces données, ainsi qu'aux noms et aux dates de naissance des patients.

Interrogée sur le sujet, Google se déclare surprise par ces révélations. En effet, si la pratique est à la limite de la moralité, elle est parfaitement légale. La Health Insurance Portability and Accountability Act (HIPAA), une loi fédérale datant de 1996, permet aux organisations de santé de partager leurs informations avec leurs partenaires « uniquement dans le but de permettre à l'établissement de remplir ses fonctions de santé » et ce sans l'aval des patients concernés.

Le moteur de recherche a conclu pour cela un partenariat avec Ascension, une compagnie privée d'assurance basée à St Louis, pour récupérer ces données.


Cette entreprise, qui se décrit comme « une organisation de soins de santé confessionnelle vouée à la transformation par l'innovation dans l'ensemble du continuum des soins », publie les données qu'elle récolte auprès de ces patients sur les serveurs de Google Cloud. Google utilise ensuite ces informations pour développer le « Projet Nightingale », une solution logicielle destinée à personnaliser les soins aux patients.

Des outils d'IA destinés à anticiper les besoins de chaque patient

Dans un article, publié à la suite de l'enquête du Wall Street Journal, Ascension explique que l'objectif de cette association entre les deux entreprises est « d'optimiser la santé et le bien-être des individus et des communautés et de fournir un portefeuille complet des capacités numériques ».

Les relevés de santé et les résultats cliniques servent à nourrir le système d'apprentissage automatique et à améliorer la pertinence des services qui seront proposés par le dispositif. L'objectif est « d'anticiper les besoins des patients avant qu'ils ne surviennent ». Google a développé pour Ascension, dans le cadre du « Projet Nightingale », le service en ligne Patient Search, un outil proposant des suggestions personnalisés selon les pathologies développées par chaque patient.

L'entreprise californienne a depuis longtemps un pied dans l'univers de la santé. Elle a déjà en 2017 conclu un accord avec le centre médical de l'Université de Chicago pour là encore développer des solutions d'intelligence artificielle à destination des hôpitaux qui permettent de prévoir les soins dont aura besoin un patient et de prévenir d'éventuelles complications.


Dans un post de blog, Google prend le soin de préciser que ces données sensibles ne sont utilisées que dans le cadre du développement de « Projet Nightingale » et « ne peuvent pas et ne seront pas combinées avec les données des consommateurs Google », pour par exemple affiner le profil publicitaire de ses utilisateurs.

Source : The Verge
6
6
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Il va pleuvoir des radars tourelles, avec 1 200 installations supplémentaires d'ici 2020
Traçage numérique : Emmanuel Macron officialise l'arrivée prochaine d'une application
Porn : Macron veut
Trop chers, pas assez autonomes, les véhicules électriques n'intéressent qu'un français sur dix
Radars tourelles : on les croyait indestructibles, ils ne résistent pourtant pas à la colère de citoyens
Amazon suspend provisoirement l'activité de ses centres de distribution français
De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Le nucléaire provoque-t-il moins de morts que le solaire ou l’éolien ?
Convention citoyenne pour le climat : les propositions phares retenues, et leur avenir
Émissions de CO2 : l'Assemblée nationale vote l'augmentation du malus à 20 000 euros
scroll top