Test Asus ROG Phone 6 Pro : le meilleur smartphone gaming, point final

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
05 juillet 2022 à 14h30
9
Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic

On le voit venir de loin avec ses gros sabots et ses couleurs RGB tape-à-lœil. Mais on avoue qu’on avait un petit peu hâte de le prendre en main, ce ROG Phone 6. Surtout après l’excellence atteinte par Asus sur le ROG Phone 5.

Asus ROG Phone 6 Pro
  • Écran ultra réactif
  • Des performances imbattables
  • Maîtrise de la chaleur optimale
  • Autonomie impressionnante
  • Le meilleur son disponible sur smartphone
  • Un arsenal d’options pour jouer confortablement
  • Les gâchettes tactiles, toujours une excellente idée
  • Enfin protégé contre les éclaboussures
  • Design toujours ingrat
  • Très lourd
  • Manque de polyvalence en photo et en vidéo

Mais le nouveau smartphone gaming du Taïwanais est aussi le tout premier à embarquer la puce Snapdragon 8+ Gen 1 récemment dévoilée par Qualcomm. Suffisant pour renouveler la formule et justifier un tarif (salé) de 1 329€ ? L’un dans l’autre… oui.

Test réalisé sur un smartphone prêté par le constructeur.

Évacuons déjà un premier doute : les ROG Phone 6 et ROG Phone 6 Pro partagent énormément de points communs techniques. Outre un design à peine différent, la version Pro est la seule à être équipée de 18 Go de RAM et 512 Go de stockage.

Côté nouveautés, les ROG Phone 6 sont les premiers smartphones du marché à opter pour un écran AMOLED 165 Hz. Les gâchettes AirTrigger restent les mêmes que l’an dernier, mais adoptent une nouvelle panoplie de gestes qui offrent toujours plus de souplesse en jeu.

Fiche technique Asus ROG Phone 6 Pro

Résumé

Taille de l'écran
6,78in
Mémoire interne
512 Go
Processeur
Snapdragon 8+ Gen 1
GPU
Adreno 730
Mémoire vive (RAM)
18 Go
Capacité de la batterie
6000 mAh
Compatible 5G
Oui

Caractéristiques techniques

Système d'exploitation
Android
Version du système d'exploitation
Android 12
Surcouche Android
ROG UI
Assistant vocal
Google Assistant

Affichage

Taille de l'écran
6,78in
Type d'écran
AMOLED
Définition de l'écran
2448 x 1080 pixels
Taux de rafraîchissement
165Hz
Densité de pixels
395 ppp
Écran HDR
Oui

Mémoire

Mémoire interne
512 Go
Stockage extensible
Non

Performance

Processeur
Snapdragon 8+ Gen 1
Finesse de gravure
4nm
Nombre de cœurs CPU
8 cœurs
Fréquence CPU
3,2GHz
GPU
Adreno 730
Mémoire vive (RAM)
18 Go

Batterie

Capacité de la batterie
6000 mAh
Batterie amovible
Non
Recharge sans-fil
Non
Charge rapide
Oui
Puissance de la charge rapide
65W

Appareil Photo

Nombre de caméras (avant & arrière)
4
Définition du / des capteur(s) arrière
50 Mpx ; 13 Mpx ; 5 Mpx
Définition du / des capteur(s) avant
12 Mpx
Enregistrement vidéo
8K30 ; 4K60 i/s
Stabilisateur caméra
Numérique
Flash Frontal
Non
Ouverture objectif photo arrières
f/1.9 ; f/2.4
Ouverture objectif photo frontaux
ƒ/2.45
Zoom Optique
Non

Réseau

Carte(s) SIM compatible(s)
Nano-SIM
Compatible double SIM
Oui
Compatible 5G
Oui
Compatible VoLTE
Oui

Connectivité

Wi-Fi
6E
Bluetooth
5.2
NFC
Oui
GPS
Oui

Equipement

Type de connecteur
USB-C
Lecteur biométrique à empreinte digitale
Oui
Capteur de reconnaissance faciale
Non
Acceleromètre
Oui
Gyroscope
Oui
Capteur de lumière ambiante
Oui
Prise Jack
Oui
Nombre de haut-parleurs
2

Caractéristiques physiques

Hauteur
173mm
Largeur
77mm
Epaisseur
10,3mm
Poids
239g
Certification IP
IPX4

Les smartphones gaming d’Asus sont aussi pour la toute première fois certifiés IPX4, garantissant une résistance aux éclaboussures. Ce n’est toujours pas de l’étanchéité totale, mais celle-ci est dans tous les cas inatteignable dans le cas du ROG. Smartphone gaming oblige, il se doit de dissiper un maximum de chaleur et ne peut donc pas être scellé hermétiquement comme d’autres mobiles plus standard. Du reste, la prise jack est toujours au menu, ce qui est une rareté à ce niveau de prix.

Dans sa boîte, le ROG Phone 6 Pro s’accompagne d’une coque de protection, d’un chargeur 65 W et de son câble USB-C vers USB-C. On trouve aussi une carte de réalité augmentée qui permet de lancer un mini-jeu présentant quelques fonctionnalités phares du téléphone gaming.

Le point sur les accessoires

Avec le ROG Phone 6 et le ROG Phone 6 Pro, Asus lance également l’AeroCooler 6. Cette nouvelle version du ventilateur externe à brancher au port USB-C secondaire propose plusieurs nouveautés de premier ordre.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

D’abord, il dispose maintenant de quatre gâchettes qui, lorsqu’on tient le smartphone équipé de ce greffon, tombent parfaitement sous les doigts. Ne reste plus qu’à passer par l’appli Armoury Crate pour paramétrer les raccourcis et, déjà, décupler son plaisir de jeu.

Mais l’intérêt du ventilateur est évidemment d’améliorer la dissipation (déjà excellente) de la chaleur du smartphone. Disposant de quatre modes de ventilation, l’AeroCooler 6 permet de gagner jusqu’à 10 °C.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Asus relance également ses manettes Kunai 3. Aucun changement par rapport à l’an dernier, si ce n’est ce nouveau coloris blanc qui tranche moins avec la robe nacrée du ROG Phone 6 Pro.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Design : toujours un gros balourd

Asus ne va pas se refaire. Son smartphone gaming porte tous les stigmates des accessoires et périphériques typés « joueurs », avec ce que cela implique d’éléments futuristes et de diodes qui clignotent dans tous les sens.

Oui, le ROG Phone 6 est toujours un très, très gros bébé. Très épais (plus d’un centimètre), il est surtout très lourd (239 grammes). De quoi donner des boutons à celles et ceux qui ne jurent que par les téléphones compacts.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Dans l’ensemble, nous sommes à la maison. Ce nouveau modèle reprend les mêmes bases que le ROG Phone 5, mais ajoute cette année un écran secondaire « ROG VISION » à l’arrière. Exclusif au ROG Phone 6 Pro (le modèle classique n’a droit qu’à un logo RGB), celui-ci permet d’afficher quelques informations comme les appels entrants, l’état de charge de la batterie ou encore de courts messages personnalisés dans la couleur de notre choix.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Le ROG 6 est toujours doté de deux ports USB-C, permettant de brancher le smartphone sans se gêner les mains lorsqu’on joue avec l’écran à l’horizontale. L’écran, toujours entouré d’épaisses bordures, a au moins le mérite de ne pas être défiguré par une encoche ou un poinçon. Il intègre par ailleurs un capteur d’empreintes digitales réactif, et s’encadre de deux gigantesques haut-parleurs que nous détaillerons plus bas.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Enfin, les gâchettes AirTrigger n’ont pas bougé d’un poil par rapport à l’an dernier, mais pourquoi le devraient-elles ? Toujours tactiles, ces boutons additionnels, totalement reconfigurables depuis l’application dédiée représentent l’un des gros points fort de la proposition d’Asus pour les joueuses et joueurs.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic

Écran : la dalle la plus réactive du marché

Le constructeur annonce une luminosité maximale de 800 nits. Nous n'avons pas été été incommodés en extérieur, même si on est loin d’un Samsung Galaxy S22 Ultra ou d’un iPhone 13 Pro qui, eux, dépassent allègrement les 1000 nits.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Toujours est-il que le ROG Phone 6 Pro dispose de l’écran le plus réactif jamais vu sur un smartphone. Cadencé à 165 Hz maximum (120 Hz si l’on opte pour la fréquence automatique), il est aussi échantillonné à 720 Hz et propose une latence plancher de 23 ms.

Cela signifie plusieurs choses. D’abord, que le moindre de vos mouvements sont retranscris à une vitesse absolument imperceptible sur l’interface — ce qui peut avoir un intérêt stratégique dans les jeux compétitifs. Ensuite, la fluidité offerte par une fréquence aussi importante est tout simplement très agréable au quotidien.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

La saturation (surtout du rouge, omniprésent dans l’interface) est généreuse et suggère donc une couverture généreuse du spectre DCI-P3. On note malgré tout une température un poil trop froide par défaut, et nous recommandons d’utiliser le curseur disponible dans les réglages pour le pousser vers la droite et récupérer un blanc plus proche des 6500K.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic

Audio : toujours les meilleurs haut-parleurs sur smartphone

Au premier allumage d’un ROG Phone, la sonorité qui se déclenche en arrivant sur le menu d’accueil me fait systématiquement sursauter. La faute à un volume un poil trop élevé, mais aussi à une profondeur inattendue de la part d’un smartphone.

Avec ses deux haut-parleurs de 12 mm par 16 mm, le ROG Phone 6 offre rien de moins que le meilleur son jamais constaté sur un téléphone portable. Le son est à la fois puissant, homogène et bien défini. Même les fréquences basses, habituellement très mal retranscrites par ces appareils, s’en sortent avec les honneurs.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Résultat : on n’a presque pas besoin de brancher un casque pour être sûr de profiter du meilleur son possible en jeu ou en regardant une vidéo. De plus, les haut-parleurs se faisant face, ils ne sont pas bouchés par nos mains lorsqu’on tient le téléphone à l’horizontale. Optimal.

On l’écrivait plus haut : le ROG Phone 6 est aussi l’un des derniers détenteur d’une prise jack 3.5 mm. Un atout qui plaira à coup sûr aux audiophiles, d’autant qu’Asus s’est une nouvelle fois associé à DiRAC pour les réglages son du téléphone.

Pour les autres, le téléphone est bien entendu compatible avec des écouteurs et des casques sans-fil grâce à sa connectivité Bluetooth 5.2. Il prend évidemment en charge tous les codecs les plus populaires.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic

Performances : doit-on vraiment écrire qu’il est le plus puissant du monde ?

Cela ne surprendra personne : le Asus ROG Phone 6 Pro écrase absolument tout sur son passage en termes de performances. Ce n’est pas compliqué : il n’est pas un seul titre actuellement disponible sur le Play Store qui puisse l’éprouver au maximum de ses capacités. Genshin Impact, très gourmand comme nous le savons, tient ses 60 images par seconde en qualité élevée.

Mais c’est encore sur les applications de benchmark que la toute puissance du ROG Phone 6 s’illustre le mieux. Le Snapdragon 8+ Gen 1 est un monstre que rien n’arrête. Sur la partie CPU, l’Apple A15 Bionic reste un cran devant, mais pas sur la 3D comme l’illustre ce score tout bonnement explosé par le nouveau mobile d’Asus.

Asus ROG Phone 6 Pro EMBARGO
Asus ROG Phone 6 Pro EMBARGO

Ce qui est encore plus impressionnant que les performances du ROG Phone 6, c’est sa faculté à ne pas souffrir de thermal throttling, l’inévitable bridage des performances conséquente à la montée de la température. Grâce à un agencement intelligent des composants en interne (le SoC est placé entre les deux batteries) et à plusieurs couches de graphite en sus d’une épaisse chambre à vapeur, le smartphone n’est tout simplement pas victime de chauffe. Il faut aussi dire qu’il est bien aidé par le Snapdragon 8+ Gen 1, justement censé corriger les problèmes de température du modèle d’origine.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

30 minutes d’Apex Legends Mobile, et autant sur Diablo Immortal n’ont pas dérangé le moins du monde notre exemplaire de test. Le dos du téléphone était évidemment un peu tiède, mais absolument rien de comparable avec le récent vivo X80 Pro sur lequel on peut faire cuire un œuf après cinq minutes de jeu.

Nous l’écrivions plus haut, les joueurs et joueuses les plus acharnés trouveront peut-être un intérêt à s’offrir en sus l’AeroCooler 6 (ne serait-ce que pour les boutons additionnels). Mais, en l’état, la dissipation de chaleur sur ROG Phone nouveau atteint des sommets jamais atteints.

Logiciel : tout pour le gaming

Vous l’aurez constaté à ces images : le ROG Phone 6 est toujours livré avec ROG UI par défaut. Mais on peut également opter pour l’interface ZenUI des ZenFone — plus proche d’Android Stock. Nous avons ici affaire à Android 12, et le constructeur garantit au moins 3 années de mises à jour (versions majeures d’Android et sécurité), sans s’interdire d’étendre le support d’ici là.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic

Outre les fonctionnalités essentielles à tout smartphone que nous ne détaillerons plus ici, le ROG Phone 6 est surchargé d’options permettant de rendre votre quotidien de gameur ou de gameuse plus confortable.

On trouvera déjà le fameux X-Mode qui, en jeux, permet de décupler les performances des jeux en ouvrant grandes les vannes du Snapdragon 8+ Gen 1. Mais le ROG Phone 6 fait encore mieux : grâce au hub Armoury Crate, on peut définir des profils personnalisés pour chaque jeu. Optionnel, cette feature permet de choisir de lancer tel titre en activant l’économiseur d’énergie, ou au contraire le X-Mode. De plus, le profil comprend également les macros que vous aurez pu créer, ainsi que le mappage des touches particulier que vous aurez défini.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

C’est notamment là que les gâchettes AirTrigger entrent en jeu. Comme sur les précédentes éditions du smartphone, on viendra simplement faire glisser un palet (L pour gâchette gauche, R pour gâchette droite) sur les touches virtuelles qu’on souhaite faire correspondre. Dans mon cas, j’utilise la gâchette gauche pour glisser et la droite pour viser et tirer dans Apex Legends Mobile. J’ai aussi ajouté un raccourci vers la touche de saut, qui se déclenche lorsque j’incline le smartphone vers moi. C’est impressionnant, et d’une simplicité déconcertante.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic

Cette année, Asus ajoute encore d’autres possibilités, comme celles de déclencher une action en posant le doigt sur la gâchette et une autre en relâchant le doigt. Le contrôle est d’une granularité folle, et améliore sensiblement le confort de jeu. Je joue personnellement peu sur mobile, mais jouer sur un ROG Phone 6 n’a pas grand-chose à voir tant l’intégralité du logiciel est pensée pour vous faciliter la vie.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic

Pour le reste, le ROG Phone 6 ne manque de rien côté logiciel. Toujours très généreux, le Taïwanais intègre une multitude d’options de personnalisation tant au niveau esthétique que fonctionnel. On peut activer des raccourcis en double-tap sur le dos de l’appareil, mais aussi en pressant le smartphone dans sa paume, façon Google Pixel 3 ou Pixel 4.

En termes de bloatwares (applications préinstallées), le ROG Phone 6 s’en sort avec les honneurs et n’en propose que quatre ou cinq dont il est facile de se débarrasser.

Autonomie : nouveau record pour le ROG Phone 6

Le ROG Phone 6 Pro n’est pas seulement le smartphone le plus performant du marché. C’est aussi celui qui est le plus endurant, d’après nos mesures.

On n’a rencontré aucun problème à passer une journée et demie, voire deux jours consécutifs avec notre exemplaire de test. Mais même en abusant, notamment des jeux, nous sommes arrivés à une trentaine d’heure de veille pour plus de 7h30 de temps d’écran. C’est astronomique, et le test de batterie de PC Mark nous le confirme. Ce protocole, qui simule l’usage du téléphone jusqu’à ce que la batterie atteigne 20% de charge, a mis exactement 21h23 à atteindre son objectif. Cette année, parmi les téléphones que j’ai personnellement testés, seul le Redmi Note 11 Pro 5G s’approchait de ce temps — avec 18h11.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic

La batterie de 6000 mAh du Asus ROG Phone 6 Pro met par ailleurs 40 minutes à se recharger pleinement. C’est 12 minutes plus rapide que l’an dernier, même si la puissance de recharge et la capacité de la batterie n’a pas changé.

Soucieux de préserver les composants sur le long terme, Asus continue de mettre à disposition diverses fonctionnalités permettant, notamment, de plafonner le niveau de recharge de la batterie à 80% afin d’éviter de l’épuiser. Et avec une autonomie pareille, on peut effectivement se permettre ce petit sacrifice pour s’assurer de conserver le ROG Phone 6 le plus longtemps possible.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Photographie : capable, mais assez limité

Les ROG Phone ne sont pas des photophones, et ne cherchent pas à l’être. On nous l’a dit : l’objectif est simplement d’offrir à chacune et chacun les outils pour prendre de belles photos, sans fioriture, et ça s’arrête là.

Nous ne sommes donc pas surpris de retrouver au dos du smartphone le capteur Sony IMX766 50 mégapixels (1/1.56" ; ƒ/1.9 ; pixels 2 µm) que l’on retrouve absolument partout sur le milieu de gamme (récemment dans le realme GT Neo 3 par exemple). En complément, on trouvera aussi un ultra grand-angle de 13 Mpx (ƒ/2.5) et un module macro de 5 Mpx (ƒ/2.0) identiques à l’an dernier. Petite régression à l’avant néanmoins : on passe de 24 à 12 Mpx (1/2.8 ; ƒ/2.45).

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Grand-angle

Le dernier capteur de Sony est excellent pour prendre de belles photos en journée. Bien exposées et au contraste naturel, elles ne sont pas « sublimées » à l’extrême par le traitement numérique appliqué par le téléphone.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

On apprécie la grande clarté du centre de l’image, qui permet (le plus souvent) de bien mettre en valeur le sujet de la photo.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Par ailleurs, le téléphone n’a aucun mal à adopter des réglages plus agressifs lorsque la dynamique est grande. Ici, on distingue aussi bien les détails dans les ombres que les nuages dans le ciel.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Ultra grand-angle

L’ultra grand-angle délivre des photos correctes, mais qui manquent d’un petit quelque chose pour sortir du lot. Le contraste mériterait sans doute d’être légèrement rehaussé par défaut pour combler les évidentes lacunes du capteur.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

C’est un fait : le piqué n’est pas optimal. Bien en-deçà de celui du module principal, en tout cas. Globalement, ce capteur secondaire ne souffre pas de dérive chromatique et propose des couleurs à peu près équivalentes au grand-angle. On note simplement une dose de rouge un peu plus prononcée, sans que cela soit vraiment dérangeant.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Zoom

Vous connaissez la chanson. Aucun téléobjectif n’étant au programme du ROG Phone 6 Pro, c’est le grand-angle qui est utilisé. Grâce à sa haute résolution, on peut rogner sans problème dans l’image pour opérer un semblant de grossissement.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 2x - 8x © Pierre Crochart pour Clubic

Le constat est souvent le même dans ce genre de cas : en zoom 2x, ça passe, au-delà, ça casse. En l’occurrence, Asus n’est pas gourmand, et ne nous autorise pas à pousser au-delà d’un zoom numérique 8x — ce qui est déjà suffisamment vilain.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 8x © Pierre Crochart pour Clubic

Portrait

Le mode portrait du ROG Phone 6 utilise le capteur grand-angle sur lequel il applique malgré tout un léger rognage. Plus gênant, il active par défaut le mode « beauté » qui vient lisser à l’extrême (même au niveau le plus bas) les traits du sujet. À éviter.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Un problème qui ne s’applique en réalité qu’aux être humains, les animaux n’ayant pas besoin de ça pour être encore plus doux à regarder.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Plus sérieusement, le smartphone fait un bon travail pour détourer l’objet de l’image et applique un flou numérique qui est loin d’être exagéré. Il peut d’ailleurs être ajusté pendant, et après la pause.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
Caméra avant © Pierre Crochart pour Clubic

Le mode macro est, comme souvent, presque inutile car la lentille ne dispose pas d’un autofocus. De plus, la trop faible résolution du capteur donne des images baveuses qui ne méritent pas qu’on s’y attarde.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Nuit

On connait d’avance le résultat : seul le grand-angle est susceptible d’offrir de bons résultats nocturnes sur le ROG Phone 6. Grâce à sa taille correcte et ses grands pixels, il est en mesure de capturer beaucoup plus de lumière que l’ultra grand-angle. Lequel, même en intérieur, montre des signes de faiblesse.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
Ultrawide © Pierre Crochart pour Clubic
Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
Grand-angle © Pierre Crochart pour Clubic

À noter que le smartphone applique automatiquement le mode nuit lorsqu’il en a besoin. Et que, contrairement à d’autres téléphones qui ont la même approche, le temps de pause est le même qu’on reste sur le mode auto ou sélectionne manuellement le mode nuit. Au moins, pas de surprise.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
Ultrawide © Pierre Crochart pour Clubic
Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
Grand-angle © Pierre Crochart pour Clubic

Aussi les résultats du grand-angle de nuit sont corrects, sans plus. L’image est plutôt nette et conserve de bons détails, mais le bruit est important dans les zones d’ombre. De plus, les moyennes lumières se parent d’une teinte verdâtre un peu étrange dont on ne voit pas trop d’où elle peut sortir.

Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
Ultrawide © Pierre Crochart pour Clubic
Asus ROG Phone 6 Pro test (embargo) © © Pierre Crochart pour Clubic
Grand-angle © Pierre Crochart pour Clubic

Vidéo

Le ROG Phone 6 Pro est capable de filmer en 8K à 24 images par seconde. Or, ce choix nous pousse à renoncer à la stabilisation. Il faudra donc veiller à rester immobile ou se contenter d’un panorama pour ne pas gâcher un beau paysage.

En 4K à 60 i/s, le compromis est idéal entre qualité d’image et stabilisation.

L’ultra grand-angle est quant à lui plafonné à des films en 1080p à 60 images par seconde. Mais vous allez vite voir que la pauvreté de l’image ne donne pas franchement envie de s’adonner à l’exercice.

Asus ROG Phone 6 Pro : concurrence, prix et disponibilité

Les ROG Phone 6 et ROG Phone 6 Pro sont disponibles à la précommande. Les premiers seront livrés d’ici la mi-juillet, mais il faudra patienter quelques semaines de plus (mi-août) pour déballer son ROG Phone 6 Pro.

  • ROG Phone 6 : 12+256 Go (1029€) ; 16+512 Go (1149€)
  • ROG Phone 6 Pro : 18+512 Go (1329€)

À ce prix, Asus s’attaque comme d’habitude au très haut du panier. On pense au Xiaomi 12 Pro, au récent vivo X80 Pro ou aux évidences comme les Samsung Galaxy S22+ et S22 Ultra ou les iPhone 13 Pro.

Asus ROG Phone 6 Pro : l’avis de Clubic

9

On savait à peu près à quoi nous attendre en déballant le ROG Phone 6 Pro d’Asus. Mais nous avons quand même réussis à être surpris.

Véritable monstre de puissance, le smartphone gaming impressionne dans sa capacité à dissiper efficacement sa chaleur sans sacrifier l’autonomie — qui atteint ici des records.

Au final, nous ne pouvons reprocher que deux choses au ROG Phone 6 et au ROG Phone 6 Pro. Un design qui ne plaira pas à tout le monde, et une expérience photographique trop simple pour un téléphone vendu si cher. 

Les plus

  • Écran ultra réactif
  • Des performances imbattables
  • Maîtrise de la chaleur optimale
  • Autonomie impressionnante
  • Le meilleur son disponible sur smartphone
  • Un arsenal d’options pour jouer confortablement
  • Les gâchettes tactiles, toujours une excellente idée
  • Enfin protégé contre les éclaboussures

Les moins

  • Design toujours ingrat
  • Très lourd
  • Manque de polyvalence en photo et en vidéo

Design 7

Écran 9

Performances 10

Autonomie 10

Logiciel 10

Photographie 7

Asus ROG Phone 6 Pro au meilleur prix Nous n'avons pas trouvé d'offre en stock chez nos partenaires
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
10
Gauron91
J’aime beaucoup, enfin un téléphone qui propose une offre différente.<br /> L’autonomie a l’air d’être vraiment impressionnante.
Popoulo
Même si j’ai toujours trouvé bizarre les « smartphones gaming », faut dire que je suis assez impressionné par cet appareil, entre le fait qu’il ne fonde pas après 15mn de jeux et que la batterie soit totalement à plat en 2 temps 3 mouvements. Asus a montré son savoir faire. Faut dire qu’ils ont une certaine expérience dans le domaine du gaming ^^ mais là, chapeau.<br /> PS : Article très agréable à lire. Merci M. Crochart !
Bombing_Basta
Imagine t’achètes un PC 1300 boules et tu ne peux le garder à jour que deux ans…
Urleur
Effectivement c’est une jolie console de jeux portable ou un téléphone portable, la cible est clairement définie, le prix aussi trop cher, beaucoup trop cher, en comparatif pour le même prix vous avez la steam deck et un excellent phone.
Nevroska
Design pas ingrat pour ma part, au contraire, ça change.
bmustang
là tu as tout en 1 et c’est presque pas comparable avec une steam
Epsylon93
Moi qui ne suis pas gamer ce mobile a tout ce que je recherche. Je n’ai par contre vu aucune info sur la partie micro sd. Si c’est le cas bingo
DirtyShady
La qualité des jeux Android justifie telle l’achat d’un tel engin…<br /> Franchement non, y a rien de transcendant sur Android, et faut vraiment avoir que ça a faire pour jouer sur mobile ou console portable.<br /> Je m’étais acheté une Switch OLED en pensant que je trouverai le temps d’y jouer, etc…au final j’y joue de temps en temps comme a ma PS5, mais en mode docké…<br /> J’ai beau chercher je ne trouve aucun timing pour jouer de façon nomade. Les rares moments dans l’année où je pourrai a la limite j’en profite pour couper du JV (les vacances par exemple). Il faut apprendre à ne pas être dépendant. Je le suis la semaine, mais je sais aussi couper.
Gwynplaine
Oui, pour 999 euros tu as 3 ans de support… Après même si tu n’as pas de dernier OS tu peux profiter des applications (à jour) un long moment.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers tests

Test REKT RGo : un fauteuil gaming qui mise tout sur l'ergonomie
Test Arctic Freezer 7 X : un premier prix du refroidissement pour assurer l'essentiel
Test MSI MEG CoreLiquid S360 : l'efficacité, le design et l'écran LCD 2,4'' en prime
Test Cooler Master MasterLiquid ML240L V2 RGB : nouvelle version cherche copie parfaite ?
Test be quiet! Pure Loop 280 : radiateur imposant pour un AiO plutôt bon marché
Test Corsair Vengeance RGB DDR5-6000 CL36 : l'Américain baisse le tarif de sa DDR5, pas les performances
Test Oppo Find X5 Lite : un smartphone aussi performant que séduisant ?
Test be quiet! Shadow Rock 3 : une valeur sûre pour refroidir sans se ruiner
Test realme Narzo 50i Prime : sur tous les fronts, mais n'excelle nulle part
Test NZXT Kraken 120 : tout simplement le meilleur kit AiO 120 mm ?
Haut de page